Un mois à Pichilemu – novembre 2011

 

Un article de Céline Grosjean

 

Plusieurs années avant mon trip, Manu (le shaper de DMC) me parlait de son voyage qui lui avait permis de progresser considérablement en surf (windsurf).

La destination était ainsi toute choisie ! Il n’y avait « plus qu’à » !

En passant par Pozo Izquierdo au mois de juin, j’ai trouvé ma partenaire de trip… En effet, ayant l’intention de partir pour le Chili, j’en parlais beaucoup autour de moi, afin de trouver d’autres personnes et partager mon aventure.
Björte m’a donc accompagnée tout du long et y est restée bien plus qu’un mois !

C’était décidé, nous allions vivre dans la maison de Kilian du Couëdic pendant un mois (le prix était correct et les conseils étaient assurés).

 

 

Björte est arrivée quelques jours avant moi, ce qui m’a donné la chance d’avoir quelqu’un qui m’attende à l’aéroport avec déjà notre voiture de location : une camionnette de compet 😉

Après 1h30 de train, 13h de vol, il fallait encore passer 3h dans la voiture entre Santiago et Pichilemu… La maison était à Punta de Lobos (spot de surf internationalement réputé).

La maison de Kilian est une jolie maison en bois faisant partie de l’hôtel « Punta de Lobos lodge ».

 

Patrick Rousseau, un excellent windsurfer belge, en est le gérant. L’hôtel est considéré comme le plus luxe de Pichilemu !

Durant la première semaine, nous avons beaucoup navigué à Llico, conditions que nous connaissions bien, car le vent y est side on. De plus, il y a toujours plus de vent là bas, donc quand c’est limite, il y a toujours moyen de naviguer.

 

Petit à petit nous nous sommes un peu ouvertes vers d’autres spots beaucoup plus side off comme Topocalma, Matanzas ou encore La Puntilla de Pichilemu. Tous de véritables spots de surf !

Par la suite, nous avons eu 6 jours sans vent… C’était le moment de louer un SUP et progresser dans cette discipline qui complète tellement bien le windsurf ! Punta de Lobos ayant des vagues tous les jours, avec mes deux sessions par jour, c’était exceptionnel. Björte, quand à elle, avait profité de ces quelques jours sans vent pour aller voir le concert de Pear Jam à Santiago.

 

Mon séjour s’est terminé par 4 grosses sessions dans de belles grosses vagues à Topocalma, Llico et La Puntilla… Je n’avais plus peur de ces monstres et progressais à vue d’œil. Cette sensation de force et de vitesse sur la vague était fabuleuse !

 

Ces jours-là, il y a eu pas mal de casse et de perte (du matos qui se détache). Il n’y a pas de surfshop à Pichilemu… Il faut aller jusque Santiago !!! Une vraie galère ! Certains prévoient le coup en amenant 2 mâts de la même taille.

 

Les petits restos ont tous plus ou moins la même chose à la carte et ce n’est jamais très cher (poisson, crabe, viande ou poulet). Mais attention à ne pas oublier la « propina » (pourboire) qui est bien d’usage au Chili et pas seulement dans les restos, mais aussi à la pompe à essence (une personne fait le service, gaz, nettoyage, air), au supermarché (des jeunes emballent nos achats), au bar,…

Le monde du windsurf est très petit à Pichilemu, nous nous connaissions tous ! C’est excellent! Sur l’eau, comme le soir, nous nous organisions pour nous rassembler ! La journée, nous étions sur le meilleur spot du jour et le soir autour d’un feu ! L’article sur les rencontres

 

Je suis revenue avec un meilleur niveau, des images exceptionnelles, des rencontres très fortes et un certain goût de trop peu …

Chile … Asta pronto !

 

 

Un article de Céline Grosjean

7 réponses sur “Un mois à Pichilemu – novembre 2011”

  1. Céline,

    Je vais aller cet automne à Buenos Aires et Santiago de Chile pour le boulot et aimerais prolonger d’une semaine pour faire du windsurf et SUP au Chili. Il y a moyen de louer du matériel sur place?

    Merci

  2. bonjour,
    j’aimerai partir au Chili pour un trip windsurf en Novembre cette année…as tu un moyen de joindre Killian ?
    es tu passé par un opérateur ..merci

  3. Salut Sébastien,

    J’ai communiqué ton adresse mail à Kilian 🙂

    Je ne suis pas passée par un opérateur, Kilian m’a donné beaucoup d’informations. Sinon tu peux aussi contacter Patrick de l’hôtel Punta de Lobos ( http://www.posadapuntadelobos.cl/ ). Si ton budget est serré, tu as aussi le Pichilemu Hostel qui est très bon marché ( https://www.facebook.com/pichilemuhostel?fref=ts ).
    A Matanzas, il y a encore d’autres possibilités 🙂

    Je t’envie beaucoup, j’aimerais y retourner mais le budget doit suivre…

    Bon trip !

  4. Bonjour, super article,

    Je cherche aussi un moyen de contacter Kilian, je l’avais contacte l’annee derniere mais j’ai perdu son mail. Allez bonne session a tous, envoyez du loop !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *