CARRO


CARRO


Pays _ _ _ _ _ _ _ _ : France ??

Région  _ _ _ _ _ _  : PACA (Provence Alpes Cote d’Azur)

Département _ _ _  : Bouches du Rhône

Adresse _ _ _ _ _ _ : Quai Jean Vérandy 13500 Martigues

Latitude _ _ _ _ _ _ : 43,3293

Longitude_ _ _ _ _ : 5,0395

Accès  _ _ _ _ _ _ _ : De Marseille et Toulon prendre A55 direction Martigues sortie Carry-le-Rouet, Chateauneuf-les-Matigues prendre la D9 direction Carro.

De Lyon et Avignon prendre A7 puis A55 direction Martigues sortie Rarry-le-Rouet, Chateauneuf-les-Matigues prendre la D9 direction Carro.

   Traverser le village jusqu’au port.

Parking _ _ _ _ _ _  : Plusieurs grands parkings gratuits. Accès camping-car autorisé.



DESCRIPTION

               Carro est sans doute le meilleur spot de vague de Méditerranée. Caractérisé par une dalle rocheuse s’étirant à environ 400 mètres le long de la côte laissant place à un tombant d’à peu près 50 mètres. Le spot fonctionne principalement en Side-shore bâbord par vent de Sud-Est mais aussi par Nord-Ouest en Side-shore tribord. La houle, formée par les vents, vient buter sur cette marche et crée des séries de vagues pouvant atteindre une taille de mât les jours de “gros”. Les limites de ce haut fond sont indiquées par des espars. Le fond principalement constitué de roches crée des vagues de bonne qualité pour le surf frontside.

pict by: Jean Souville
pict by: Jean Souville




ZONE DE NAVIGATION


Baptiste morand f-2100 carro windsurf france spot zone de navigation

Sur la carte ci-dessus on a représenté trois zones.

  • En vert : mise à l’eau. Elle est constituée d’un glissant donnant d’un coté sur le parking de l’autre sur une plagette d’environ 2m de long laissant place à l’eau et à des rochers(oursins, moules).
  • En jaune : zone principale, elle s’étend du Marin Surf Shop à l’Est sur une distance d’environ 300 mètres à l’Ouest.
  • En rouge : zone étendue de navigation possible.




LIENS UTILES, MÉTÉO, Webcam

Météo ☀️??

          Windguru _ _ _ _ _ _ : https://www.windguru.cz/342

          Wind’s up _ _ _ _ _ _ : http://www.winds-up.com/spot-carro-windsurf-kitesurf-5-observations-releves-vent.html

Webcam ??

          Raf’s Carro cam _ _ _ : http://www.raphaelfilippi.com

          Le Marin _ _ _ _ _ _ : http://www.marinsurfshop.com/content/6-webcam-du-surfshop-de-carro

          Wind’s up _ _ _ _ _ _ : http://www.winds-up.com/spot-carro-windsurf-kitesurf-5-webcam-live.html

Surf-shop

          Le Marin surf shop _ : http://www.marinsurfshop.com

 

Les priorités sur le plan d’eau

 

Les priorités sont souvent mal connues par les windsurfers et les kitesurfers.

Afin d’éviter les conflits entre les chasseurs de tempêtes, un petit cours me semble utile.

Nous commençons par nous demander :

 

Que signifie tribord amure et bâbord amure ?

 

Tribord amure = signifie que l’embarcation reçoit le vent par tribord (droite quand ont regarde vers l’avant) et que les amures (appellation donnée aux gréements) sont à bâbord, sur la gauche.

Donc pour les kites et les windsurfers, le pied avant est le pied droit (donc, en goofy, si on compare avec le snow, le surf et le skate).

 

Quelle amure est prioritaire entre deux embarcations identiques
allant en sens inverse ?

 

Tribord amure est *privilégié* (pas “prioritaire”) mais c’est une nuance de relativement peu d’importance, c’est juste que si la personne qui vient en face de vous est très loin et que vous avez tout le temps, vous pouvez quand même passer.

Priorités voiles

 

Quelle amure est prioritaire entre deux embarcations identiques
allant dans le même sens ?

 

Celui sous le vent est prioritaire car il aura un instant de dévente.
Pour dépasser, on se place d’ailleurs généralement sous le vent pour ne pas gêner l’embarcation qu’on dépasse. En kite, celui au vent va en plus monter son aile tandis que celui sous le vent va devoir la baisser.

Au et sous le vent

 

Ces règles sont-elles toujours d’application même si les
embarcations sont différentes ? par exemple entre une planche et un bateau à
moteur ?

 

L’embarcation à voile est PRESQUE toujours prioritaire sur une embarcation à moteur,
car en théorie, il est plus facile d’être maître de sa trajectoire avec un
moteur (c’est de la théorie, je ne pense pas qu’un super-tanker soit très
manœuvrant).

PRESQUE = Il y a des situations dans lesquelles un navire à propulsion mécanique est privilégié sur le navire à voile.

Exemples : un navire handicapé par son tirant d’eau, un navire à capacité de manœuvre restreinte, un navire en opération de pêche. Il est nécessaire de bien connaître les règles et de les appliquer au maximum pour éviter les confusions (le navire privilégié a une obligation, celle de maintenir sa route et sa vitesse, pour ne pas contrarier la manœuvre anti-collision de l’autre).
Il faut néanmoins aussi appliquer un peu de bon sens et de courtoisie et éviter de se gêner quand c’est facile…

 

Qui est prioritaire dans une zone de déferlement ?

(et non pas dans la houle)

 

Le rider qui surfe une vague a la priorité sur celui qui veut sauter ou va dans la direction opposée.

En surfant une vague, on perd de la maniabilité dans la voile, ce qui laisse beaucoup moins de possibilité de manœuvre. Cependant, la règle du rider qui part de la plage s’applique lorsque les vagues sont proches du bord (shore break ou mousses) : dans ce cas, par courtoisie, celui qui surfe devra laisser la place à celui qui va vers le large.

surf windsurf

Après, pour le même sens dans la vague, les règles actuelles stipulent qu’il ne faut qu’un seul rider par vague.
Le premier rider à être en action sur une vague est prioritaire pour toute la durée de son surf : soit parce qu’il part le plus au vent, soit parce qu’il était dans la vague avant les autres.

surf priorités

En cas de risque de collision, le surfeur prioritaire doit tenter de faire le maximum pour l’éviter.

Ensuite, pour les differents supports, le surfer est prioritaires aux windsurfers et aux kitesurfers qui sont eux aussi prioritaire aux jet-ski

Il vaut mieux respecter ces règles de priorités, car il existe sur tous les spots des riders énervés capables d’en venir aux mains pour une vague malencontreusement taxée ou une règle non respectée.

 

Les KITESURFERS

 

kitesurf regles

Thomas Vincent

thomas vincent - windsurf

thomas vincent - windsurf

Date de naissance : 17/09/1990

Adresse : J’habite à la Baule en Loire Atlantique

En quelle année es-tu ? Travailles-tu ? Je suis Osteopathe depuis peu et encore en formation, en première année d’un diplôme universitaire en Nutrition et Maladies Métaboliques

 

 

Espace Windsurf (EW): À quel âge as-tu commencé à naviguer ? 

Thomas Vincent (TV) : j’ai commencé à naviguer à l’âge de 10 ans sur un lac en Touraine avec un copain et depuis je navigue au taquet.


EWSur un mois, combien de jours es-tu sur l’eau ? 

TV : Je suis tous les jours sur l’eau, que ce soit en SUP de race, SUP de vague, SUP sailing ou windsurf :).

 

EWComment te déplaces-tu sur ton spot ? 

TV : Je me déplace en voiture, car je n’ai pas le choix !

 

EW: De combien de temps as-tu besoin pour te déplacer sur le spot le plus proche ? 

TV : 30 sec … j’habite à 200 m de la mer. 😀 !!

 

EW: Qu’es-tu en train de travailler ? 

TV : Je bosse actuellement tous les moves à contre, Burner, air bob…

 

EW: Dans ta région, y a-t-il des cours de planche à voile à l’école ?

TV : Oui, il y en a énormément et la baie est remplie de club de voile.

 

EW: Quelle est (était) l’implication de tes parents? 

TV : Quand j’étais plus jeune et que je faisais de la planche à dérive, mes parents m’ont soutenu à 200 %. Ils ont dû faire quelques sacrifices pour qu’on puisse se voir, étant en internat lorsque j’étais en sport étude et tout le temps en déplacements pour les compétitions. 


EW: Tes frères et sœurs font-ils du windsurf? Avec la même intensité ? 

TV : J’ai un frère qui ne fait pas de windsurf et je suis le seul de ma famille à en faire !

 

thomas vincent - windsurf


EW: Connais-tu d’autres personnes qui naviguent alors que leurs parents ne naviguent pas? 

TV : Euh je ne sais plus haha…


EW: Navigues-tu avec beaucoup d’amis de ton âge ? 

TV : Oui je navigue avec des gens de mon âge même si la majorité d’entre eux sont plus vieux que moi, le windsurf demande du temps et de l’argent …

 

EW: Penses-tu avoir de la chance? 

TV : Oui, c’est certain, car être tous les jours sur l’eau c’est une chance. Il faut en profiter tant que c’est possible !


EW: As-tu un entraîneur? 

TV : Pas en planche, généralement on se coache entre nous pour réussir à progresser et à se filmer pour voir les erreurs. 

 

EW: Que maîtrises-tu le plus? 

TV : Le spock 540 et le flaka, ce sont les figures de base donc il n’y a pas une sortie ou ces moves n’apparaissent pas.


EW: Comment apprends-tu? 

TV : En regardant les autres naviguer et en regardant les vidéos en boucle. 


EW: En vague et freestyle, comment fais-tu pour apprendre un nouveau move ? 

TV : La répétition du move en corrigeant ses erreurs quand on arrive à les voir. En vague c’est aérien donc l’engagement et sa visualisation dans l’espace sont importants. En freestyle il n’y a pas de secret il faut répéter répéter répéter.


EW: Quels sont tes meilleurs résultats?

TV : 7e en Championnats du Monde bic, 7e en Championnat d’Europe RSX pour ce qui est des plus grosses compétitions, 12e du Raid La Tranche Ile de Ré, plusieurs fois champion de ligue… 


EW: Quels sont tes objectifs en windsurf? 

TV : Maintenant que j’ai fini mes études je peux me consacrer à 100 % dans le windsurf donc je vise de faire le tour PWA, les AWT pour les plus proches et bien sûr le Tour Français en vague. La plupart font l’inverse ou ne font pas d’études. Pour ma part,  j’ai fait des choix différents le but n’étant pas d’être champion du monde, mais d’évoluer à haut niveau en se faisant plaisir tout en gardant cet esprit de compétition.


EW: Qu’aimerais-tu passer un jour ? (Move, championnat…) 

TV : Quand j’étais plus jeune je focalisais sur le shaka. C’était mon move préféré, mais maintenant qu’il est acquis je ne sais pas ce serait probablement un move de vague push forward ou air chachoo mais les objectifs sont déjà d’avoir le même niveau des deux amures en saut !


EW: Fais-tu attention à ta nourriture? Comment ? 

TV : On va dire que j’essaie d’avoir une alimentation équilibrée même si c’est parfois difficile après une grosse session et la fatigue et alors là, une bonne pizza c’est pas mal !!! ahahah généralement dans une journée type, je mange un muesli avec yaourt et fruits le matin, une collation après mon premier entrainement de SUP, viande type poulet avec du riz ou pâte le midi, collation avant le deuxième entrainement ou la session de planche et le soir repas plutôt léger en évitant les glucides donc le plus souvent du poisson avec des féculents. Je fais surtout attention à mon hydratation et c’est pour moi la chose la plus importante pour éviter les petites blessures.

 

EW: Quel est le spot que tu as préféré? 

TV : En France je dirais Quiberon et Sainte-Barbe  par Sud Est qui est vraiment un spot incroyable avec de superbes vagues. A l’étranger je dirais Misty Cliffs en Afrique du Sud un peu au nord du Cap de Bonne-Espérance où la vague est radicale et l’eau est turquoise. C’est un endroit magique.

 

EW: Quel est ton rider préféré? 

TV : En freestyle mon rider préféré est Adrien Bosson. Il est propre dans ses moves, super doué, et c’est un mec vraiment cool dans la vie. En vague Jaeger Stone sans hésitation le « Monsieur Style ». Il est incroyable sur l’eau, tout a l’air facile et super tweacké j’adore !

 

thomas vincent - windsurf


EW: Lis-tu des magazines de windsurf ?

TV : J’avoue que je lis de moins en moins ou alors pour voir les copains dans les magazines 🙂


EW: Comment décrirais-tu le windsurf? 

TV : Je dirais que le windsurf est un sport magique avec des sensations incroyables. Une fois sur l’eau plus rien n’est important sauf le prochain move qu’on va rentrer ! Le windsurf est en train de reprendre de l’ampleur je trouve même si c’est un vrai parcours du combattant pour faire des épreuves dignes de ce nom et faire du spectacle. Le matériel a bien évolué les jeunes peuvent apprendre dans de meilleures conditions et c’est important pour faire perdurer notre sport et leurs donner envie de s’y mettre à fond. C’est un sport de passionnés qui n’est pas facile, mais c’est un beau sport qui nous permet de voyager et de naviguer dans des décors de dingue. Continuons à faire vivre ce sport !
EW: Penses-tu faire du windsurf toute ta vie ? 

TV : Toute ma vie ce serait un peu optimiste. Disons le plus longtemps possible si mon physique me le permet .


EW: Es-tu sponsorisé ? Payes-tu une partie ? Reçois-tu quelque chose ? 

TV : Oui je suis sponsorisé en grande partie pour ce qui est du matériel principal donc voiles et planches.  Je suis ambassadeur pour le foil Rods Man qui ne m’appartient pas, mais c’est en prêt. Pour les accessoires et les combinaisons, je bénéficie d’un pourcentage.

 

EW: Que souhaites-tu rajouter ? 

EW : RAS

Rider dans les vagues avec Russell


Cet article présente un regard sur comment nous naviguons dans les vagues en tant que windsurfer. Nous utilisons une voile donc nous avons besoin de vent. D’un côté ça limite, mais de l’autre, ça présente des possibilités que les surfers n’ont pas.

Est-ce que je m’occupe de la direction, de l’angle vent/voile ou pas?

En ce qui me concerne, c’est la direction. Sans cela, la planche ne tourne pas et vous ne trouvez pas la conduite nécessaire pour rester sur la vague.

Nous travaillons toujours avec le virage par abattée quand on cherche à se diriger, donc ça peut être un jibe ou un bottom turn.


GRAPHIC-1-WAVE-1


Le pied arrière est le pied qui dirige. Le pied avant est le pied qui conduit.

Lorsqu’on ride une vague, nous avons le pied arrière dans le strap, ce qui signifie qu’on peut encore donner plus de commande et d’angle avec le corps que lors d’un jibe.

La direction,… Il est nécessaire que le côté de la planche du côté du strap arrière soit dans l’eau, afin de créer un sillon.
Plus le virage est rapide, plus le sillon doit être profond. En mettant la pression sur le pied arrière, le nez de la planche se lève.
Si vous regardez sur la photo C1, vous remarquez que la jambe arrière est fléchie et le genou est au delà du rail de la planche.
En gardant le corps droit et en mettant la pression uniquement sur les pointes de pied ou en créant un angle en levant le pied avant, la gestion de la direction est faible et la planche ne creuse pas de sillon.
Sur la photo C, on peut voir que le corps reste perpendiculaire à la planche. Plus il y a d’angle et plus le corps penche.

Il est nécessaire de conduire et pour cela, il faut s’aider de la voile. Il est plus facile de commencer à se diriger à partir du neutre (B1).
La voile pousse le rider en avant, créant ainsi une conduite par le pied arrière B234 rabaissant le nez. Il est important de garder l’angle de la planche.
Une faute courante est d’avoir le corps qui s’écarte en opposition à la force de la voile selon C.3.b, ce qui a comme conséquence le relâchement de la pression sur le rail. La planche à plat dans la courbe crée plus de pression dans la voile. Il devient donc impossible de tenir la voile sans l’ouvrir, ce qui entraîne une moins bonne gestion de la conduite.

Une autre erreur courante (C4) est d’essayer de laisser le gréement nous tirer vers l’avant pour créer de la conduite, mais sans donner assez de commande donc la planche ne taille pas de sillon.
En C5, on peut voir que le bottom turn radical n’est pas en couchant la voile, mais créé par la quantité d’inclinaison. Pour cela, il faut que le sillon soit profond et la moitié de la planche toujours hors de l’eau.

La descente et le début du bottom turn sont les parties les plus importantes du wave riding. Plus on arrive à générer de la vitesse et meilleur sera le surf.
Il est toujours possible de réduire la vitesse en cas de besoin. Par contre, il est vraiment difficile de créer de la vitesse après le bottom.





Petit regard sur les différents angles de voile en surf.


GRAPHIC-2-WAVE-1

L’angle le plus facile est side/shore et c’est cela qu’il faut envisager pour un débutant qui souhaite apprendre le waveriding.

(1)Lorsqu’on descend dans la vague, la planche accélère et donc on reçoit beaucoup de vent apparent (le vent vitesse et le vent réel donne une résultante qui est le vent apparent). Par rapport au vent réel, la voile est positionnée correctement, mais par rapport au vent apparent, la voile est trop ouverte (c’est à dire sans puissance), donc on est à l’arrêt s’il n’y a pas de vague.

(2)Lorsqu’on gère la direction, on peut se coucher dans la voile.

(3,4,5) Il y a plusieurs options avec le gréement entre le bottom turn et le rider. Je montre ici deux options : en bleu foncé quand il est nécessaire de mettre de la puissance dans la voile et en bleu clair lorsqu’on a full vitesse.
3a : Le gréement reste avec le même angle par rapport au vent, comme sur la photo 2. Et la planche carve, mais elle est ralentie.
3b : la planche accélère rapidement, donc le vent apparent vient de plus en plus de face et la voile doit donc être fermée.

(4a)La voile est ouverte à 90° par rapport à la planche, afin de générer un maximum de puissance possible à partir du gréement. 4b : Le gréement ne change pas d’angle par rapport à la planche.

(5) En effet, l’angle de la voile ne change pas depuis la position 4, étant donné que nous partons de la navigation fausse panne jusqu’en haut de la vague. A partir de 4a, le gréement ne change pas de position par rapport à la planche, ainsi on peut utiliser la puissance de la voile pour rester engagé.
A partir de 4b, le gréement reste dans la même position par rapport au vent. Il faut vraiment carver et attendre que la planche perde de sa vitesse au moment de grimper la vague en fausse panne.

(6) On monte la vague tout en se mettant en position neutre, afin d’être prêt pour le cutback.

(7) Le gréement reste dans le même angle, tout en mettant le poids sur l’arrière pour gérer la bonne direction.

(8a) Le gréement reste dans le même angle par rapport au vent avec la main qui reste en arrière. Ceci donne la puissance à travers l’arrière du triangle, tout en donnant plus de puissance au pied arrière.
(8b) : Il faut avancer la main arrière sur l’avant, ce qui aura comme effet d’ouvrir la voile, en transférant ainsi la puissance sur le triangle à l’avant.

(9) Le corps et le gréement vont vers l’avant, afin de conduire vers le prochain bottom.

(10) Et maintenant on est prêt à recommencer toute la procédure.




Corto en Nouvelle Calédonie



Photographie : Bryan Gauvan (sauf mention)


Salut tout le monde, je m’appelle Corto, j’ai 11ans et je vis en Nouvelle Calédonie, un archipel français dans le Pacifique!

NC Grubby


Pour pratiquer le windsurf, les conditions sont au top en été, plus ou moins de novembre à avril. L’hiver, de mai à octobre, est plus favorable pour le surf. Toute l’année nous naviguons dans des eaux entre 20 et 30 degrés environ.
Les spots les plus peuplés, car directement accessibles par la plage sont : la Côte Blanche, l’Anse Vata, Aquareve, Poe, etc… Sinon, il faut aller par bateau sur des récifs comme Ténia (deuxième photo) par exemple ou des platiers formes autours des îlots comme Mb’coins ou l’Ilot Maître.

Tenia island, famous surf spot in Bouloupari region, barrier reef, New Caledonia


En Calédonie, c’est le slalom qui est le plus développé et d’ailleurs, en novembre, la finale de la PWA slalom se déroulera sur l’Anse Vata.
Il y a des compétitions à peu près toutes les deux semaines, avec des qualifications pour des championnats extérieurs, par exemple ceux de France ou de Polynésie. Nous avons aussi un Championnat de freestyle local lors duquel il y a un très bon niveau général.
Le SUP, le surf et le kite sont aussi très représentés chez nous.
Au niveau international, on peut voir apparaître quelques noms calédoniens ou du moins des personnes qui ont beaucoup ridé dans notre lagon, entre autre: Sarah Delaunay, Jeremy Flores, Frederic Morin, Robert Territehau, Antoine Albert, Colin Sifferlin, Titouan Puyo…

Pendant les vacances, nous passons pratiquement tout notre temps dans l’eau, et sinon, en période scolaire, nous naviguons souvent après les cours et le week-end!
Pour beaucoup d’entre nous, nous avons la chance de pouvoir voyager et rider sur différents spots comme en Australie, Nouvelle Zélande, Bonaire (où j’ai pu voir s’entraîner Kiri Thodes, Youp Schmit, Taty Frans..). Certains vont aussi à Hawaii!
Le prochain déplacement pour nous sera en juillet pour le Championnat de Polynésie à Tahiti!

Spock one hand


Vivre en Calédonie est un vrai plaisir !


Lanzarote en hiver


Lanzarote est une île située au milieu de l´Océan Atlantique. Elle fait partie des Iles Canaries et est située le plus à l´Est.

 carte-iles-canaries


Lanzarote est l’île la plus proche des continents africain et européen. C’est une île volcanique qui est plate, mais offre de super reefs aux conditions optimales pour le surf ou le windsurf !

 surf


Chaque année, il y a plus ou moins de vent et chaque année est différente. Mais quand il y a du vent, si je navigue le plus que je peux.

La saison d´hiver commence en décembre et finit en mars/avril. En hiver, Lanzarote nous offre un super climat, il n’y a pas beaucoup de vent constant, mais il y a de bonnes vagues et parfois des petites tempêtes qui nous apportent de super conditions de planche!!! Il arrive souvent des résidus qui viennent du Nord de L´Europe, qui nous apporte des vagues super puissantes et un peu de vent.

Cette année il y a eu beaucoup de vent, +/- 60-70% de vent. La plupart du temps, j’utilise ma voile préférée : ma North-Sail Hero 4.2 et ma Fanatic Quad 82l.

D’une année à l’autre, pendant les vacances, il y a plus ou moins de touristes, mais cette année il y en a eu beaucoup !!!

 noah-vocker


Je bouge de temps à autre sur d’autres spots un peux plus radicaux, comme Jameos dans le Nord de l´île ou alors je reste sur mon homespot, Las cucharas.

Cette année, j’ai l’intention de me déplacer sur d’autres îles en hiver, comme Fuerteventura par exemple. Ça me permet de progresser au niveau du surf avec de faibles conditions de vent. Une autre option serait d’aller à Pozo, afin de progresser sur mes sauts et mon Surf On-Shore.

En hiver il fait entre 15° et 25° et l´eau varie entre 17° et 20. Personnellement, j’utilise mon intégral ION ou ma combinaison manches courtes, manches longues.

las-cucharas


En hiver nous surfons plus et ça permet de pouvoir compenser l´entraînement avec le windsurf.

C´est la saison pour se préparer à l’entraînement physique et le mental pour les compétitions.

Les billets d´avion de la France vers Lanzarote ne sont pas chers en hiver. Du coup, il y a beaucoup de Français qui viennent surfer et naviguer.

En hiver, on peut rencontrer quelques Pros, comme Tonky Frans par exemple. Il habite à Lanzarote ! Parfois, quand il y a beaucoup de vent, des waveriders d’autres îles viennent s’entraîner sur nos spots.

C´est super de pouvoir habiter a Lanzarote, car je finis l´école à 14:00, je fais mes devoirs et je vais naviguer sur mon spot de replis, Las cucharas ou Los Charcos.  Je me déplace en vélo ou mes parents m’emmènent jusqu’au club.