CARRO


CARRO


Pays _ _ _ _ _ _ _ _ : France ??

Région  _ _ _ _ _ _  : PACA (Provence Alpes Cote d’Azur)

Département _ _ _  : Bouches du Rhône

Adresse _ _ _ _ _ _ : Quai Jean Vérandy 13500 Martigues

Latitude _ _ _ _ _ _ : 43,3293

Longitude_ _ _ _ _ : 5,0395

Accès  _ _ _ _ _ _ _ : De Marseille et Toulon prendre A55 direction Martigues sortie Carry-le-Rouet, Chateauneuf-les-Matigues prendre la D9 direction Carro.

De Lyon et Avignon prendre A7 puis A55 direction Martigues sortie Rarry-le-Rouet, Chateauneuf-les-Matigues prendre la D9 direction Carro.

   Traverser le village jusqu’au port.

Parking _ _ _ _ _ _  : Plusieurs grands parkings gratuits. Accès camping-car autorisé.



DESCRIPTION

               Carro est sans doute le meilleur spot de vague de Méditerranée. Caractérisé par une dalle rocheuse s’étirant à environ 400 mètres le long de la côte laissant place à un tombant d’à peu près 50 mètres. Le spot fonctionne principalement en Side-shore bâbord par vent de Sud-Est mais aussi par Nord-Ouest en Side-shore tribord. La houle, formée par les vents, vient buter sur cette marche et crée des séries de vagues pouvant atteindre une taille de mât les jours de “gros”. Les limites de ce haut fond sont indiquées par des espars. Le fond principalement constitué de roches crée des vagues de bonne qualité pour le surf frontside.

pict by: Jean Souville
pict by: Jean Souville




ZONE DE NAVIGATION


Baptiste morand f-2100 carro windsurf france spot zone de navigation

Sur la carte ci-dessus on a représenté trois zones.

  • En vert : mise à l’eau. Elle est constituée d’un glissant donnant d’un coté sur le parking de l’autre sur une plagette d’environ 2m de long laissant place à l’eau et à des rochers(oursins, moules).
  • En jaune : zone principale, elle s’étend du Marin Surf Shop à l’Est sur une distance d’environ 300 mètres à l’Ouest.
  • En rouge : zone étendue de navigation possible.




LIENS UTILES, MÉTÉO, Webcam

Météo ☀️??

          Windguru _ _ _ _ _ _ : https://www.windguru.cz/342

          Wind’s up _ _ _ _ _ _ : http://www.winds-up.com/spot-carro-windsurf-kitesurf-5-observations-releves-vent.html

Webcam ??

          Raf’s Carro cam _ _ _ : http://www.raphaelfilippi.com

          Le Marin _ _ _ _ _ _ : http://www.marinsurfshop.com/content/6-webcam-du-surfshop-de-carro

          Wind’s up _ _ _ _ _ _ : http://www.winds-up.com/spot-carro-windsurf-kitesurf-5-webcam-live.html

Surf-shop

          Le Marin surf shop _ : http://www.marinsurfshop.com

 

La Martinique, une île pour le windsurf

ARTICLE : Martin Plissonneau

mb-logo

Lorsque l’hiver s’installe en Europe, que l’intégrale 5 mm, les gants et la cagoule deviennent pesants, il faut aller voir ailleurs ☺ .
La Martinique est synonyme de vent et de soleil, mais surtout de spots magnifiques !

Moins connue que la Guadeloupe, cette île offre un potentiel inégalable ! J’habite la Martinique et pratique le windsurf de manière intensive, car je suis un vrai fan de ce sport fabuleux !
Étant le seul team rider martiniquais d’Espace Windsurf, j’étais donc l’unique personne pouvant dévoiler les atouts et les particularités des spots de Martinique.

Le ti’ punch dans un hamac après la session, c’est quand même sympa non ?

La Martinique, ou l’île aux fleurs, est une petite île française (1’128 km²) située dans l’arc antillais. C’est un petit trésor des Caraïbes, l’eau ne descend pas en dessous de 26 degrés et il fait beau et chaud.

Le vent souffle très souvent entre 15 et 25 nœuds avec quelques jours à 30, mais c’est rare !! De ce fait, le slalom est la discipline la plus développée sur l’île.
La saison du vent commence vers novembre et finit vers avril/mai. Le mois de décembre est le plus venté de tous (environ 25 jours sur 31, si ce n’est pas plus). De juin à octobre, le vent se fait plus rare, mais il est de plus forte intensité lorsqu’il montre le bout de son nez. En effet, c’est la saison cyclonique, donc il y a régulièrement des ondes tropicales mineures qui apportent 30 nœuds en moyenne pendant deux jours.
On trouve principalement du matos Starboard, Severne, JP, NeilPryde, Gun Sails dans les shops.
L’île a également donné naissance à quelques pointures du milieu du windsurf comme Rémi Vila ou Morane Demont. Certes, il n’y a pas de Philip Köster, mais il y a tout ce qu’il faut pour passer un super séjour!

martinique-windsurf

Les principaux spots de windsurf :

 

spot-windsurf

Fort de France : il s’agit de l’endroit où il y a le plus de vent en Martinique. En effet, le vent off-shore est soumis à un puissant effet venturi qui rend le spot accessible quasiment tous les jours. 10 nœuds ailleurs pour 16 nœuds dans la baie en moyenne. C’est le spot le plus populaire, il est énorme et de nombreux clubs sont basés aux abords de la baie. On y fait surtout du slalom et du bump and jump.

martin-plissonneau
Direction la baie ! Juste derrière la pointe se trouve la 3ème plus belle baie du MONDE !

 

Diamant : une des plus belles plages touristiques. Cependant, dès que la houle se lève, ça devient un super spot pour surfer.

Anse Trabaud : Loin et difficile d’accès, c’est un super spot, on peut y faire du slalom, de la vague et du Freestyle.


Arnaud s’envoie en l’air sur les vagues de Trabaud. On peut faire du slalom juste sous le vent des vagues.

 

Cap chevalier : Encore une belle plage de sable où le Freestyle et le slalom dominent.

cap-chevalier-martinique

 

Vauclin : deuxième spot le plus populaire, on y retrouve des wave riders et des slalomeurs. Sans doute le spot où il y a le plus de compétitions. On y trouve un UCPA, un shop, une grande plage avec des arbres pour laisser le matos le midi pendant que vous déjeunerez dans un des nombreux restaurants en bord de plage. Le cadre de vie est génial, tout le monde est hyper sympa, le shop (Airfly) sera toujours là pour vous dépanner.

martin-plissonneau-windsurf
Attente du départ de slalom 

 

Tartane : plutôt un spot de surfeur, sauf quand le vent tourne nord-ouest, le vent rentre et il y a de quoi jumper et surfer sans problème. Cependant, c’est très rare ! Je n’ai jamais pu y aller par manque de conditions. C’est toujours quand il y a école que le vent se lève…

 

Grand rivière : un petit cousin d’hookipa. Les vagues font parfois taille de mât. La mise à l’eau est très difficile et se fait par les roches. On peut y surfer de belles vagues, mais il faut avoir un bon niveau, sinon la sortie se fera avec des débris de matos…

 

N.B : il existe de nombreux « secrets spots » en Martinique, car, en effet, chaque caye (récif) peut faire un spot de jump.

On peut prendre exemple sur le lougarou :

martinique-windsurfCe petit îlet, perdu en plein océan au large de la Martinique offre de belles vagues. Cependant, il faut un bateau pour y aller, de plus l’ilet est protégé durant une certaine période.
Voilà pour les spots…
Concernant le cadre de vie, il est possible de se loger très facilement ! N’oubliez pas de goûter à la cuisine créole (attention au piment !!) et partager de bonnes sessions avec nous !
Les jours de pétoles, il est possible de visiter les distilleries, se baigner dans les cascades, faire des randonnées en montagne et plein d’autres choses. La vie là-bas est très intéressante.

 

 

 

 

ARTICLE : Martin Plissonneau

Road trip de 4 jours à Fuerteventura.

 

 

Le 8 février, ma maman nous a emmenés, mes frères et moi, sur l’île voisine de Fuerteventura pour y rencontrer nos amis « Les Lovers » : Stéphane Etienne et Nicole Boronat, deux excellents wave riders.

Le but du week-end était évidemment de prendre un maximum de vagues en windsurf, en surf, en SUP ou simplement avec des palmes !

 

Les conditions  annoncées n’étaient pas terribles ! Le vent de Nord-Est est une orientation qui ne rentre pas très bien sur la plupart des spots de Fuerteventura.

 

Le samedi matin, nous sommes allés à Flag Beach. Il n’y avait pas beaucoup de vent ni de vagues, mais c’était amusant pour un premier contact avec l’île. Quand j’ai vu la quantité de kitesurf, j’ai halluciné ! Depuis quelques années, on a surnommé ce spot « Kite beach », ce n’est pas pour rien !!

Après cette première session, nous sommes passés devant Puerto Lajas.  Il y avait beaucoup de monde ! Pas beaucoup de vagues, ça ne valait pas le coup de se remettre à l’eau.

Dimanche dans la matinée nous sommes partis pour la plage d’El Cotillo, située au Nord-Est de l’île. El Cotillo est une plage dont le shorebreak et assez gros et puissant. Stéphane et Nicole nous y ont rejoints pour une session de bodysurfing. On s’est vraiment trop marré ! Après une heure de natation, on était bien fatigués. Les Lovers nous ont conseillé d’aller à Punta Blanca pour naviguer. Pas de chance, en arrivant, le vent était tombé.

 

Après 30 min de piste, Stéphane m’envoyait un message disant que Majanicho fonctionnait pour du SUP. On était à l’eau avec Iballa Moreno (championne du monde de windsurf) et Jurgen Hönscheid  (une légende du windsurf dans les années 80) en plus de sa fille Sonni. C’était petit et ne connaissant pas le spot, ça m’a pris un peu de temps pour prendre confiance. Au final, je me suis bien amusé.

Le lundi matin, nous avons visité le centre de Corralejo, histoire de nous balader un peu. Très vite, Stéphane et Nicole nous appelaient pour dire qu’ils étaient déjà à Majanicho et que le spot marchait.

Majanicho est une baie rocheuse avec plusieurs peaks. Ce jour-là, une bonne droite cassait avec un peu de vent side shore. J’ai gréé ma North-Sails Hero 4.7 et ma Fanatic Quad 69L. Je ne planais pas, mais c’était très bien pour faire du surf pur. J’ai pris 2 vagues, puis à la 3e, je n’avais pas assez d’élan et la vague m’a cassé dessus ! J’ai lâché le matos et me suis fait secouer sous l’eau de nombreuses fois ! Le matos n’était pas loin des rochers ! Au final, une latte cassée !

 

J’ai pris quelques  vagues en plus et je suis sorti pour manger un morceau avant une dernière nav’. J’ai beaucoup aimé la vague de Majanicho. Je dois reconnaître qu’avec cette taille et cette puissance, j’ai été impressionné. Mais rien que pour la poussée d’adrénaline, j’ai adoré !

Mardi matin, nous sommes retournés à Majanicho. La mer était très désordonnée. Le plan d’eau était très clapoteux, les vagues cassaient mal et avec peu de vent. Nous avons décidé de visiter un « Eco Musée ». Il s’agit d’un musée qui explique la façon de vivre des gens de Fuerteventura dans les années 30 et 60.

 

Ensuite, nous sommes allés vers Puerto Lajas. Les prévisions étaient bonnes, avec 20 nœuds de vent de Nord-Est et des vagues.

 

J’ai monté ma 4.2 et la quad 69L.

Puerto Lajas est une gauche de 1,5 à 2 m, très longue, avec le vent side shore et quelques bonnes rampes au départ. C’est le spot sur lequel je me suis le plus amusé.

Sur l’eau, il y avait Iballa Moreno. Elle envoyait du lourd ! Elle n’a rien à envier à la plupart des hommes pour ce qui est de la maîtrise de la vague ! C’est super de pouvoir naviguer avec des gens aussi talentueux !

Le trip touchait à sa fin. En fin d’après-midi, nous avons pris le ferry pour rentrer à Lanzarote.
 

Merci à Stéphane et Nicole, les « Lovers », pour leur accueil et les conseils, ainsi qu’à mes sponsors : Fanatic, North, Ion, et à Espace Windsurf.

Merci beaucoup, Maman, d’avoir fait le taxi pendant ces 4 jours !

 

Mon spot, Moulay Bouzerktoun !

 

Un article d’Abdel Fettah

 

moulay

Moulay Bourzerktoun est un spot fréquenté depuis une dizaine d’années. On parle d’un des meilleurs spots du Maroc !

 

Il s’agit d’un petit village de pêcheurs qui a été fondé il y a cent cinquante ans, situé à vingt kilomètres au nord d’Essaouira en bordure de route.

 

 

Moulay Bouzerktoun est d’abord connu pour son activité qu’est la pêche. En effet, le port a été construit dans une baie naturelle qui le protège de la houle atlantique. Chaque matin où la mer le permet, les pêcheurs vont relever leurs filets au large.

Parfois, le vent du nord souffle si fort qu’il interdit toute sortie de bateaux de pêche en mer.

 

Cependant, ce souffle du dieu Eole a permis la naissance d’une nouvelle activité touristique liée au vent. Dans les années quatre vingt, une population de windsurfeurs européens a débarqué d’un autre continent, afin de profiter des conditions idylliques liées à la pratique du sport.

moulaymoulay

En effet, les hauts fonds rocheux permettent la formation de vagues issues de la houle atlantique auxquelles s’ajoutent les alizés présents tout au long de l’année. Les habitants ont donc développé des structures d’accueil afin d’héberger ces sportifs. Les familles du village ont pu transformer les habitations du bord de mer en chambres d’hôtes, afin de compléter l’offre d’hébergement déjà bien présente. De nombreux lieux de restauration, ainsi que des clubs de planche ont donc vu le jour.

 

moulay

Beaucoup de windsurfeurs sont logés chez l’habitant. Le Café Moulay est un bon exemple, il s’agit d’un restaurant familial qui propose également des chambres (les contacter)

 

Il y a aussi Lawama (les contacter).
En ce qui concerne la location de planche ainsi que la restauration, je conseille Magic Fun Afrika (les contacter).

 

Le vent dominant est le vent du Nord-Est nommé « Charki »

moulaymoulay

 

En avril et mai, le vent est assez fort (18/30 nœuds) et les vagues varient entre 1 et 4 mètres.

À partir du mois de juin, les vagues sont un peu plus petites mais le vent est toujours bien présent ! Tellement présent qu’il peut monter jusqu’à 45 nœuds et cela jusqu’à mi-août.

De mi-août à fin septembre, la houle commence à rentrer, ce qui amène, en général, des vagues de grosses tailles : jusqu’à 5 m. Fort heureusement pour le windsurfeur, ces vagues sont accompagnées de vent !

D’octobre à fin janvier, la houle continue mais avec un vent moins stable (parfois tribord, parfois bâbord).

Dès février et ce jusqu’au mois de mars, le ventilateur du vent le plus dominant tribord démarre avec des vagues allant de 1 à 3 mètres.

 

Les voiles les plus utilisées sont entre 3.7 et 5.3. Au niveau des planches, c’est de 67L à 95L pour les plus gros.

La température et de 25° en général sur toute l’année!

 

moulay

 

Moulay Bouzerktoun rassemble beaucoup de windsurfeurs de la planète, qu’ils soient pro ou amateurs, mais les locaux sont également bien présents ! Ils sont jeunes et s’entraînent ! Ils tentent sans cesse des manoeuvres et améliorent leur surf, histoire de briller autant que possible sur leur spot. Et c’est sans oublier notre star nationale et internationale, Boujmaa Guilloul, qui revient au pays dès qu’il a un peu de disponibilité pour nous faire le grand Show.

Le soir, c’est une habitude, nous nous retrouvons toujours tous autour d’un bon thé à la menthe. Chacun raconte ses exploits de la journée, réussites et belles grosses boîtes 😉

moulay

 

 

Un article d’Abdel Fettah