Le front pour les nuls

windsurf - frontloop

ARTICLEMarine Hunter
PHOTOGRAPHES : Fotoride, Nicolas Peltier, Thomas Seguin, Fred Bonet, Olivier Lhopez



Voici une version plus synthétique de mon article « Le front pour les lâches » publié sur mon blog windsurfeuseinparis.com.

frontloop - windsurfLa façon dont j’ai appris le front est complètement à contre-courant des conseils classiques du style: « il faut toiler », « yaka border » et « c’est plus facile que le jibe ». J’avais dix fois trop d’appréhension pour foncer tête baissée dans ce move contre-nature où on provoque la catapulte contre laquelle on a appris à résister toute sa vie.
Je ne prétends pas que c’est une panacée, j’y ai vraiment été progressivement en affinant la technique au fur et à mesure que je prenais confiance.
J’ai pris certains défauts à cause de cette façon de faire et j’ai du corriger au fur et à mesure grâce à des coachings et à pas mal de conseils. Il y a certainement une façon d’apprendre mieux plus vite, mais pour moi un apprentissage pas à pas a été indispensable pour vaincre la peur d’y aller et arriver à tout coordonner.

Apprendre le front m’a pris autant de temps voire plus que le jibe! Si on peut s’entraîner en enchaînant 100 jibes en une session, faire plus de 10 tentatives de forwards dans la même session peut même devenir contre-productif à cause de la fatigue (ça demande plus de dynamisme qu’un jibe) et des douleurs qui deviennent dissuasives à la longue. Quand on commence à faire toujours la même erreur sans arriver à se corriger c’est qu’il temps de passer à autre chose!

frontloop - windsurf

COMMENT S’EQUIPER :

Je portais un casque au tout début que j’ai vite abandonné en me disant que sans rien, j’étais obligée de ne pas me rater… C’est mon petit côté barbare ^^ après coup, je regrette surtout l’impact vest, la douleur de certains plats était limite dissuasive!
casque (préférence perso pour le casque de surf Olaian qu’on ne sent pas sur la tête)
impact vest pour réduire la brûlure des plats sur le dos
combinaison 3mm mini, oubliez les shortys! Les plats sur les cuisses ça déchire pas mal aussi…
Evitez les bouchons d’oreilles, sur vous tombez sur le côté c’est hyper désagréable : ils s’enfoncent bien fort pour sauter après, un bonheur.

Dans l’idéal, si vous pouvez trouver un de vos amis qui souhaite passer le front pour vous accompagner et naviguer ensemble, c’est beaucoup plus motivant de se challenger à plusieurs. L’émulation est un gros facteur de progression.

DECOUVRIR LES SENSATIONS DU FORWARD :

NON PLANING

Catapultes avec la voile pour s’habituer à la traction, prendre les bonnes habitudes et voir l’effet des actions des bras

frontloop - exercice

Matos : grosse planche, surface de voile suffisante pour avoir de l’appui (=> plus on toile, plus c’est impressionnant au début). Mieux vaut augmenter la toile progressivement.

Allure : travers

Technique :
je recule la main arrière,
je regarde derrière mon épaule ou je regarde ma main
je borde sèchement
je garde le bras avant tendu
je me laisse emporter en restant tout le temps bordé
Bordé = CONTRÔLE
Bras avant tendu = ROTATION A PLAT SANS DANGER; le bras avant donne l’angle de la rotation: plié = verticalité, tendu = horizontalité. Un front avec le bras tendu tout le long de la rotation tourne mieux, avec moins de hauteur et sera moins moins dangereux.

Résultat à obtenir : je suis passé de l’autre côté de la planche et j’atterris en position waterstart sous le vent de le planche.

PLANING

Cette vidéo qui décompose le forward en plusieurs étapes m’a beaucoup aidé, notamment le wymaroo faisait bien sentir l’influence des jambes sur le pilotage de la planche et les conséquences sur la rotation. Je le faisais très mal mais ça m’a fait ressentir le mouvement différemment.


C’est vraiment le cœur de l’apprentissage: arriver à ressentir et à transcrire en mouvements ce qu’on a lu comme explications et qu’on n’a jamais expérimenté auparavant… Finalement, chaque nouveau move c’est apprendre à marcher ou à faire du vélo pour la première fois!

Je préfère commencer les fronts le plus vite possible dans la session, plus je retarde et plus j’angoisse à l’idée d’essayer alors que ce n’est pas une manœuvre risquée si on assure ces quelques points: sauter au largue, regarder derrière et rester bordé tout le temps. Surtout que je ne sautais pas haut du tout…

windsurf - frontloop

Prenez le temps! Inutile d’enchaîner les bords à fond la caisse, il vaut mieux faire un bord où on est concentré, où on a pris le temps d’attendre la rafale pour partir et sauter au bord de la plage et faire une pause de quelques minutes au retour. Gardez de l’énergie pour être efficace. Parfois je partais sur des bords de 2km au large en cherchant la bonne rampe, je pense qu’à certains moments il est plus simple de faire demi-tour et d’attendre une meilleure opportunité au bord. Mais parfois ça paie aussi!

Matos : tout juste au planing, idéalement petite voile et grosse planche pour diminuer l’appréhension de la traction vers l’avant de la voile.

Spot : vent side à side on pour arriver au largue sur les rampes

Allure : largue; c’est plus facile de border qu’au près et la planche est mieux orientée, il y a moins de chemin à faire pour tourner. Comme pour le jibe!

Vagues : petites rampes, voirs mousses molles au début: la mousse projette un peu en arrière, et il y a moins besoin d’être dynamique à l’impulsion, ça saute plus facilement « tout seul » et ça donne un point de repère: quand on sait où on vas sauter exactement, on a le temps d’anticiper et de se préparer. C’est important d’avoir ce temps d’anticipation car le geste de reculer la main arrière n’est pas forcément encore un réflexe acquis.

frontloop mousses windsurf

Technique : Idem:
je repère ma rampe
je suis au largue voile bordée
je ramène la planche sous les fesses en ramenant les jambes pour que la planche sorte de l’eau
je borde le plus possible

Coordonner l’impulsion du saut puis la rotation, c’est le gros défi. souvent je me prenais quelques envols car j’essayais de tourner sans sauter: border avec la planche collée, ça finit en beau lancé d’étoile de mer ^^ Pensez en 2 temps; je saute, je borde.

Au début, ça ne ressemblera pas forcément à grand-chose, le but est de se familiariser avec le fait de se faire emporter vers l’avant et de se rendre compte que même si on a l’impression de monter à 1m50 de haut, il y a encore une énorme marge avant la surrotation… Si on reste bordé et qu’on a pris la rampe au largue, on se rend assez vite compte qu’à part un plat sur le dos, il n’y a aucun danger!!

frontloop windsurf

CITIUS, ALTUS, FORTIUS : SE PERFECTIONNER

J’ai essayé de me faire filmer ou prendre en photo dès que je le pouvais pour les fronts, autrement j’avais l’impression de perdre mon temps car je en savais pas quoi corriger. Je suis une quiche en auto-analyse et le plus efficace pour voir ses défauts reste la vidéo prise de l’extérieur. Les prises Gopro ne me parlent pas spécialement non plus…

Pour la suite, il faut commencer à se lancer sur des vraies vagues assez ouvertes < 1m avec un peu plus de vitesse. C’est indispensable pour s’engager plus sur l’avant. Le problème de sauter sur les mousses, c’est qu’elles vous jettent en arrière ce qui d’une part ralentit la rotation, et d’autre part donne la mauvaise habitude de se mettre trop sur l’arrière.

Vous allez voir vous-même qu’en prenant confiance, vous chercherez à accélérer de plus en plus dans la barre, voire commencer à vociférer des insultes lorsque vous perdrez le planing devant une jolie rampe qui vous faisait des clins d’oeil depuis 20 mètres.

Pour monter un peu plus haut, la trajectoire idéale est de se lancer au largue pour avoir de la vitesse, lofer sur la vague en se redressant pour prendre plus d’amplitude et de faire abattre la planche en l’air dès la sortie de vague. Facile, non? :p

Pendant longtemps certaines photos de mes fronts ressemblaient à des descentes de backloop au milieu de la rotation, malgré le fait de sauter au largue il y avait une phase de saut assez verticale avec le mât qui touchait parfois l’eau. En fait, mon problème était que je repliais les bras une fois en l’air en ayant peur de trop tourner. Fatal error!

Si vous avez ce problème, voici quelques pistes (merci la clinic de Josep Pons):
==> faire abattre la planche dès la sortie de la vague, et l’agripper avec les pieds de façon à la faire gîter et présenter la carène au vent: la prise au vent aide à tourner
==> tendre la jambe avant
==> garder le bras avant tout le temps tendu et la main arrière tout le temps bordée
Résultat : on réceptionne on largue, même avec peu de hauteur le mât ne touche pas l’eau, la rotation se fait plus sur le côté et est plus efficace.

windsurf frontloop

GERER LA VITESSE ET LE VENT FORT

Ces deux points-là sont ma bête noire!! Dans le vent fort j’ai compris que ça en servait à rien d’être à fond la caisse au largue pour un front classique, c’est assez dur à tourner et à contrôler. Mieux arriver un peu plus piano et lofer sur la vague. Tous les défauts sont amplifiés dans ces conditions, il ne faut vraiment pas avoir peur de TOUJOURS garder le bras avant tendu et la main arrière bordée JUSQU’AU BOUT. C’est la garantie d’un beau front.
Pour la vitesse, la seule manière de la gérer et de monter plus haut et de temporiser, avec la gravité on ralentit automatiquement… Mais ça demande d’avoir confiance en soi. Souvent, je remarque qu’en vidéo je suis toujours moins haut que ce que je ne pense l’être en réalité!

Concernant la partie perfectionnement, beaucoup de vidéos en parlent mieux que moi :


etc…
Coachs au poil :
Benoit Gendre en Charente-Maritime
Nico Akgazciyan (clinic Fun&Fly)
Josep Pons (Gran Canaria)
Il y en a sûrement d’autres qui ont une très bonne pédagogie, le tout est de trouver la méthode qui vous correspond. Bons loops!!

windsurf frontloop

CARRO


CARRO


Pays _ _ _ _ _ _ _ _ : France ??

Région  _ _ _ _ _ _  : PACA (Provence Alpes Cote d’Azur)

Département _ _ _  : Bouches du Rhône

Adresse _ _ _ _ _ _ : Quai Jean Vérandy 13500 Martigues

Latitude _ _ _ _ _ _ : 43,3293

Longitude_ _ _ _ _ : 5,0395

Accès  _ _ _ _ _ _ _ : De Marseille et Toulon prendre A55 direction Martigues sortie Carry-le-Rouet, Chateauneuf-les-Matigues prendre la D9 direction Carro.

De Lyon et Avignon prendre A7 puis A55 direction Martigues sortie Rarry-le-Rouet, Chateauneuf-les-Matigues prendre la D9 direction Carro.

   Traverser le village jusqu’au port.

Parking _ _ _ _ _ _  : Plusieurs grands parkings gratuits. Accès camping-car autorisé.



DESCRIPTION

               Carro est sans doute le meilleur spot de vague de Méditerranée. Caractérisé par une dalle rocheuse s’étirant à environ 400 mètres le long de la côte laissant place à un tombant d’à peu près 50 mètres. Le spot fonctionne principalement en Side-shore bâbord par vent de Sud-Est mais aussi par Nord-Ouest en Side-shore tribord. La houle, formée par les vents, vient buter sur cette marche et crée des séries de vagues pouvant atteindre une taille de mât les jours de “gros”. Les limites de ce haut fond sont indiquées par des espars. Le fond principalement constitué de roches crée des vagues de bonne qualité pour le surf frontside.

pict by: Jean Souville
pict by: Jean Souville




ZONE DE NAVIGATION


Baptiste morand f-2100 carro windsurf france spot zone de navigation

Sur la carte ci-dessus on a représenté trois zones.

  • En vert : mise à l’eau. Elle est constituée d’un glissant donnant d’un coté sur le parking de l’autre sur une plagette d’environ 2m de long laissant place à l’eau et à des rochers(oursins, moules).
  • En jaune : zone principale, elle s’étend du Marin Surf Shop à l’Est sur une distance d’environ 300 mètres à l’Ouest.
  • En rouge : zone étendue de navigation possible.




LIENS UTILES, MÉTÉO, Webcam

Météo ☀️??

          Windguru _ _ _ _ _ _ : https://www.windguru.cz/342

          Wind’s up _ _ _ _ _ _ : http://www.winds-up.com/spot-carro-windsurf-kitesurf-5-observations-releves-vent.html

Webcam ??

          Raf’s Carro cam _ _ _ : http://www.raphaelfilippi.com

          Le Marin _ _ _ _ _ _ : http://www.marinsurfshop.com/content/6-webcam-du-surfshop-de-carro

          Wind’s up _ _ _ _ _ _ : http://www.winds-up.com/spot-carro-windsurf-kitesurf-5-webcam-live.html

Surf-shop

          Le Marin surf shop _ : http://www.marinsurfshop.com

 

Le forward loop de Tonky Frans

 

Il s’agit d’une explication des différentes étapes du forward loop. Pour celle-ci, j’ai utilisé une série de photos que j’ai prise l’été passé avec Tonky Frans. Chaque rider a son propre style mais les éléments sont toujours les mêmes.
J’aimerais démontrer qu’il n’y a, en réalité, pas de saut donc pas de vague nécessaire. Et il ne faut pas se jeter en avant dans un forward loop, ainsi on enlève les deux éléments qui effraient les gens.

 

FORWARD-WH

 

Le Take off. Il est vrai que l’angle de décollage peut changer en fonction de la puissance que vous avez, mais c’est plus par rapport à la hauteur et la distance que vous souhaitez atteindre. La plupart du temps, on décolle légèrement au vent. Il n’est pas nécessaire de sauter, j’appelle ça faire un pop. Pour ce faire, il faut être bien centré sur le milieu de la planche, pousser vers le bas avec les deux jambes et puis faire un bond avec les deux jambes en bougeant le gréement en direction du vent. A ce moment, il y a vraiment très peu de puissance dans la voile.

 

GRAPHIC-1-100

On remarque qu’en bougeant le gréement vers le vent cela fait abattre la planche. Les deux jambes doivent se placer en dessous des fesses. On remarque également que le gréement ne va pas en avant, mais sur le côté de la planche tout en n’engageant pas encore de puissance. Au moment où la planche est à 45° au vent arrière, c’est le moment d’engager la puissance. A ce stade, certains riders glissent la main arrière vers l’arrière du wishbone, mais Tonky garde ses mains dans la même position. (Selon les conditions).

WH-F-1

 

 

GRAPHIC-2-100

La première chose à considérer est le pied arrière. Il faut qu’il soit sous les fesses pour être juste au-dessus du tail de la planche. Le corps ne doit pas se pencher vers l’avant de la planche. Du fait que le gréement se trouve sur le côté de la planche, le bras avant est donc tendu. Ainsi, l’engagement de la puissance va se faire uniquement par la main arrière proche du corps. Le fait de tendre la jambe avant au moment de la puissance dans la voile, va accélérer la rotation. Il s’agit de l’étape la plus importante du forward et si ça fonctionne, le reste devient automatique.

WH-F-2

 

 

GRAPHIC-3-100

La planche tourne et commence à monter. Il faut garder la position N°2, monter avec le wishbone proche de soi. Ainsi, on reste sous le gréement et à l’arrière de la planche.
GRAPHIC-4-100

(C’est une image intéressante, car sur la photo en elle-même, on ne peut pas dire s’il s’agit d’un backloop ou un forward). Donc la première chose à remarquer est qu’on est au plus haut du saut et qu’on a déjà fait ¾ de la rotation. La position n’a pas changé depuis l’engagement dans la N° 2. La chose la plus importante à faire est de regarder en arrière par dessus l’épaule, afin d’observer la réception, vérifier la vitesse de rotation et la hauteur.

WH-F-3

 

 

GRAPHIC-5-100

Lorsque la rotation est parfaite en N°4, il faut rester dans la position jusqu’à l’atterrissage. Sur cette image, Tonky ralentit la rotation en ouvrant la voile et en ramenant le mât vers le centre de la planche. Si la rotation n’est pas suffisante, c’est souvent parce que la voile a été ouverte durant la rotation et finit dans cette position. Donc, il faut ramener le gréement dans la position en N° 1 avant d’atterrir.

WH-F-4

 

 

GRAPHIC-6-100

En utilisant la N°5 pour ralentir la rotation, on atterrit sur l’arrière de la planche et celle-ci va pivoter autour de l’angle optimum d’atterrissage. Lorsque la rotation est parfaite, on devrait pouvoir viser l’angle optimum d’atterrissage. En voulant faire un forward posé full planing, il faut le poser le plus abattu possible. Ainsi, on peut voir sur l’image qu’un forward consiste en une rotation de plus de 360° 😉

WH-F-6

 

 

Les images 1, 2 et 3 sont placées ensemble car elles représentent les parties les plus importantes ! En faisant les mouvements corrects, on obtient la rotation et il est bien plus facile de ralentir une rotation que d’essayer d’avoir de la puissance, selon la N°4, pour finir le forward.

En gardant la position N° 3 et 4, on est ainsi toujours en dessous de la voile en se redressant seulement à l’atterrissage. Donc si l’on tourne trop, il n’y pas de problème puisqu’on atterrit juste sur le dos. Cela permet aussi d’éliminer une frayeur au sujet du forward.

Revenons sur le saut. Sauter à cet angle est la seule manière d’acquérir de la hauteur. En sautant plus sous le vent, on n’atteint une certaine hauteur que grâce à la vague. Plus on saute sous le vent et moins on a de hauteur, mais on avance plus dans la rotation donc pour un double forward, on a plus tendance à sauter sous le vent.
Si on monte contre le vent, il faut se rappeler d’abattre (laisser dériver), sinon le mât ira trop loin devant et la rotation deviendra plus verticale.

Pour finir, il existe une coïncidence intéressante. Si je montrais N°3, 4 et 5 sans les numéros, pourriez-vous me dire de quel saut il s’agit?

This sequence actually comes from the Bonka but I liked the fact he uses No. 5 to stop his rotation. Showing do not be frightened to commit at the beginning.
Ces séquences viennent en fait du Bonka, mais j’aime le fait qu’il utilise le N°5 pour arrêter sa rotation. Donc, il ne faut pas hésiter à se lancer dès le début.

Bonka-3-WH

 

 

Comparatif entre l’«Air Jibe » en windsurf et le « 180 frontside» en skateboard

 

Sponsors

 

Beaucoup de gens pratiquent le skateboard et d’autres la planche à voile mais pourtant peu de personnes remarquent les points communs entre ces deux sports.  Aujourd’hui je vous propose donc de mettre en évidence les points communs entre  ces 2  figures:

L’Air Jibe en windsurf et le 180 frontside en skate,  tout en essayant de vous expliquer comment passer l’Air Jibe.

 

Il y aurait  3 points communs entre ces deux figures qui au final, se ressemblent, selon moi, beaucoup.

 

1er point : l’impulsion.

2ème point: l’orientation du regard à l’impulsion pour engager la rotation.

3ème point: le ciseau avec les jambes pour réaliser la rotation.

 

1er point commun : Sur l’impulsion,  tirer sur la jambe avant et garder la jambe arrière assez tendue  pour engager le ciseau.

 

 

 

Avant d’engager la rotation il faut être au planning. Pour commencer vous pouvez vous aider avec un clapot. Une fois le clapot repéré il faut d’abord chercher à décoller avant de tourner sinon la rotation va être stoppée. Pour donner une bonne impulsion il faudra effectuer une flexion – extension et tirer sur sa jambe avant puis décoller la planche de l’eau.

Pour l’Air Jibe, il ne faut pas  ramener le talon de la jambe arrière sous ses fesses sinon vous ne pourrez pas engager le ciseau avec vos jambes. Il faut donc garder la jambe arrière plus ou moins tendue.

 

2ème point commun : rotation de la tête vers l’arrière à l’impulsion, la tête tourne pour regarder la zone d’atterrissage ce qui fait aussi tourner les épaules et donc permet d’engager le demi-tour.

 


 

3ème  et dernier point commun : action de ciseau avec les jambes pour permettre à la planche de tourner.

 


 

 

Pour faire pivoter le flotteur il faut faire l’action de ciseau avec vos jambes, ce qui consiste à pousser avec la jambe avant et tirer avec la jambe arrière, le ciseau est plus visible en skate. Dans le même temps il faut commencer à passer la main arrière de l’autre coté du wishbone.

Une fois que la main avant est passée de l’autre coté du wish il faut ensuite essayer de passer la main arrière tout en continuant la rotation.

 

Cependant, j’ai aussi relevé quelques points divergeants

 

1er Point Divergeant : position des bras

 

Sur les photos proposées ci-dessous, l’action des bras est très différente ; en skate les bras sont écartés pour garder le maximum d’équilibre en l’air alors qu’en planche il faut rester compact et garder le corps très près du mât pour pouvoir passer ses mains.

En ce moment, c‘est ce qui me pose problème j’arrive à tourner le floteur mais pas à passer mes mains. Les transferts du skate vers la planche ont donc leurs limites !

 

 

La réception se fait en switch. Il est donc préférable de savoir naviguer en pieds inversés avant de faire l’Air Jibe mais ça vient tout seul. Pour la réception il faut tenter de conserver le poids du corps sur l’avant, car en situation inverse (en arrière) c’est l’éjection assurée  du floteur. De plus, si vous êtes en avant, la réception se fera  sur le « nose » et pas à plat et par conséquent, vous vous poserez plus doucement et  ne vous blesserez pas.

 

2nd Point divergeant : sur nos deux tricks, à la réception, le corps est moins sur l’avant en skate comparativement au windsurf.

 

En effet,  comme vous posez les 2 roues et non le nose, un engagement trop prononcé risquerait  de vous faire subir  l’effet « peau de banane », les boards (flotteur & skate)  ne réagissant pas de la même manière au contact de l’eau ou du béton !

 

 

 

Pour finir, il faut abattre pour récupérer du vent et repartir en switch puis remettre ses pieds dans le bon sens.

 

Voilà, n’hésitez pas à réagir à cette vision des moves. La partagez-vous ?

 

 

Riders Team EW : Noah & Jules    

Copyright  : Eric Bellande / Jules Cachat      

Textes et Montages : Jules Cachat
 

Le backloop

 

ARTICLE : Pierre Chauvin

 

pierre back

Photo : Pierre Chauvin en backloop à Wissant

 

Le backloop est une figure mythique dans le waveriding ! Elle est une des premières qui a été tentée dans les épreuves de vague et elle est encore importante aujourd’hui en heat. Les pros envoient des backloops une main/un pied.

J’ai choisi cette figure car je ne la maîtrise pas encore super bien. Le fait d’écrire un article sur le backloop m’aide beaucoup ! Je pense, de plus, que cet article va pouvoir également vous aider. En effet, quelqu’un qui maîtrise au complet une manœuvre ne se souvient pas toujours des différentes étapes qui l’ont aidé à la maîtriser…

C’est aussi une figure que j’aime voir ! Quand, dans le nord, Jules Denel ou Yann Sune envoient des backloops a 10 mètres à côté de moi, c’est impressionnant !

Pour moi, Philip Koster, Jonas Ceballos, Jules Denel et Yann Sune sont les riders qui font les plus beaux backloops.
La particularité du backloop est qu’il est très facile à tourner (vous pouvez voir beaucoup de personne sur les spots envoyer puisque qu’il suffit de tourner la tête), mais le plus compliqué et de le poser.

 

Pushloop / Backloop, la différence :

 

La rotation de la première se termine en l’air, alors que la seconde se termine à la réception. Pour quelqu’un qui ne connaît pas le windsurf, le pushloop est souvent plus impressionnant que le backloop.

 

Les conditions pour l’envoyer :

 

– Le Vent : l’orientation n’est pas ce qu’il y a de plus important. Cependant, au niveau de la force, entre 20 et 25 nœuds, est ce qu’il y a de mieux.
– La Vague : l’idéal est une vague bien raide, de minimum 1 mètre.

 

Selon moi, il ne faut pas décider d’envoyer un backloop au dernier moment mais presque dès le début du bord pour pouvoir trouver la vague la plus propice.
Il ne faut pas hésiter à aller chercher un pic plus loin sous le vent et abattre pour attaquer la vague, cela permet aussi de prendre un maximum de vitesse.

Il est surtout important d’attaquer la vague sur le pic pour bien monter comme un high jump.
Attention à bien évaluer la hauteur du saut par rapport à la vague que l’on va attaquer. Si la vague est petite, il faudra envoyer la rotation plus rapidement que si la vague est plus grosse.

 

Les étapes :

 

1)
– Bien lofer quand on est dans la vague
– Dès la sortie de vague je pense à fléchir les jambes pour me permettre de monter le plus haut
– Monter bien haut et bien à la verticale

2)
– Commencer à mettre la carène face au vent, ce qui va aider à engager la rotation
– Tourner la tête pour regarder le point d’impact afin de voir où on va atterrir. De plus, cela va aider à tourner les épaules correctement

3)
– Approcher le wish du corps

4)
-Reculer la main arrière pour permettre de mieux résister à l’impact et afin de ne pas se faire arracher la voile des mains lors de la réception

5)
– Regarder fixement la zone où je vais atterrir
– Se pencher en arrière afin d’éviter de se faire embarquer en avant et de retenir tout le matériel

Je pense qu’une réception est bonne, lorsque la planche s’enfonce bien dans l’eau. Je préfère un backloop posé comme ça, plutôt qu’un backloop posé sur la carène ou même sur l’arrière de la board (comme une réception de jump).

Ce qui m’a aidé à le poser c’est mon regard et le fait de reculer la main arrière et de se reculer.

 

Sur-rotation  ?

 

Pour gérer une sur-rotation, il faut d’abord bien fixer le point où l’on veut atterrir, mais surtout bien garder la voile bordée (fermée) et ne surtout pas pousser sur la main arrière.