Comment réparer le panneau d’une voile ?

sam-esteve


“Découdre les coutures des lattes et le pourtour du panneau. Puis, le décoller délicatement car il est encore fixé au scotch double-face.”


L’idée m’est venue de réparer des voiles, car j’aimerais fabriquer mes voiles de planches par la suite. J’ai donc commencé à faire un stage en entreprise dans la voilerie EPURE qui est spécialisée en sellerie et en voilerie de bateau. Un ami avait lui-même fait un stage là-bas et maintenant il fait ses voiles.

Dans le même temps, le club de voile CVCL de Cap Leucate avait une ancienne machine à coudre industrielle, mais pas en état de fonctionnement, avec des pièces qui devaient être changées. Elle était dans un coin et personne ne s’en servait. Je leur ai proposé de réparer leurs voiles et en échange ils m’ont donné la machine que j’ai réparée.
La réparation de voile m’intéresse, car cela revient moins cher de réparer que d’acheter toujours du neuf. De plus, cela me fait une occupation pendant mes heures de temps libre, c’est-à-dire sans vent.


sam-esteve


Je n’ai pas assez de recul pour constater une évolution des matériaux. Par contre, les nouvelles voiles sont plus renforcées aux endroits qui seront sollicités.
Réparer une voile demande de la patience et il faut être minutieux. Le temps de travail dépend de la zone à réparer et de la taille du panneau, mais chaque étape de la réparation est assez longue : découdre, recouper le panneau, le fixer sur la voile puis recoudre le panneau. Et une vérification de la réparation est indispensable en gréant la voile.




Matériel


reparation-panneau-planche

– 1 stylo-feutre- des ciseaux
– X-ply (monofilm tramé)
– 1 découvite (outil permettant de découdre facilement tout type de couture).
– de l’insigna (scotch en tissus ‘dacron’)
– 1 machine à coudre industrielle
– scotch double-face
– un grand plancher
– UNE BONNE DOSE DE PATIENCE




Retirer le panneau abîmé


trou-panneau

Tout d’abord, découdre les coutures des lattes et le pourtour du panneau. Puis, le décoller délicatement car il est encore fixé au scotch double-face qui a servi à maintenir le panneau au cours de la fabrication de la voile.
Le panneau décousu sera ensuite utilisé comme gabarit pour découper le nouveau panneau.




Découper le nouveau panneau de X-ply


Se servir du panneau abîmé comme gabarit et tracer à l’aide d’un stylo-feutre le nouveau panneau. Vérifier que les deux panneaux soient identiques. Découper en utilisant une paire de ciseaux.




Fixer le nouveau panneau sur la voile


Poser l’insigna sur le contour du panneau, du même côté que l’ancien panneau. Coller le scotch double-face sur l’autre partie de la voile. Fixer le panneau sur la voile.




Coudre


reparer-voile

Commencer par coudre le contour de la voile, puis finir par la couture des lattes.




Le résultat


C’est enfin terminé, il reste à gréer la voile pour admirer le travail. La voile est toute neuve, elle a une seconde vie !

reparation-panneau

réparation-voile




Pour plus d’infos


Sam ESTEVE
Réparation de voiles
Email: samo-02(at)hotmail.fr
Tél.: 0760415561

Comment faire un Switch Kono?

 

Le Kono consiste à faire un 180° en se positionnant sous le vent, puis se lancer en arrière pour atterrir en marche arrière et repartir sur l’autre bord. C’est un move qui demande beaucoup de coordination. Cette figure de freestyle existe depuis une dizaine année, son inventeur est inconnu, mais aujourd’hui, c’est Gollito Eterado qui le réussi le mieux, car son move a de la hauteur, de l’amplitude et de la vitesse. En compétition, c’est un move qui rapporte beaucoup de points. Il s’agit d’une figure assez compliquée qui demande une bonne pratique en freestyle. Elle reste difficile, car il faut maîtriser d’autres positions avant de la tenter : se mettre en switch stance (pieds inversés) en gardant sa vitesse et son cap, ainsi que passer sous le vent de la voile.

 
 

LE MATÉRIEL

 

Tout d’abord, je vous conseille d’avoir du matériel adapté à votre gabarit. L’avantage du « matos » de freestyle  est qu’il est léger et maniable. Les voiles « freestyle Pures »  de chez Gaastra dont je me sers sont fabriquées en tissus « Tramé » et en monofilm. La partie basse de la voile est en « Tramé » pour plus de résistance à l’effort et le reste de la voile est en monofilm, ce qui lui procure une légèreté et une maniabilité optimum. Le wishbone Gaastra est très confortable au niveau du grippe et sa forme aussi épouse parfaitement le creux de la voile, ce qui procure au gréement Gaastra une performance inégalable. Le RDM 75 % carbone est idéal, car il reste abordable au niveau du prix. Il est très important qu’il soit léger. Le flotteur de freestyle a comme particularité son shape ; planche courte, large et légère. J’utilise une planche Tabou twister qui a comme dimension 2,33 m. sur 58 cm et qui fait 80 litres (je mesure 1m70 pour 60 kilos). Autre avantage de ces planches, pour faire des marches arrière, comme dans le move du Kono, la planche n’enfourne pas.

 
 

LA DIFFÉRENCE ENTRE UN KONO ET UN KONO SWITCH

 

Le Kono est plus difficile que le Kono Switch, car dans le premier on se retrouve sous le vent en pieds inversés.

 
 

RÉUSSIR UN KONO SWITCH

 

Sam Esteve
 

–      Prendre de la vitesse et se mettre en switch stance (pieds inversés).

–      Passer sous le vent ; vent de travers  en conservant la vitesse (flotteur perpendiculaire au vent). Pour plus de détail sur le passage sous le vent se référer à l’article d’Antoine, «Passer la voile à contre».

–      pousser sur la main arrière ce qui fera décoller la planche.
 

Sam Esteve
 

–      Border la voile pendant le saut pour éviter d’enfourner la planche et la remettre à plat.

–      Attendre que le vent regonfle la voile pour repartir sur l’autre amure, travers au vent.

 
 

DÉMONSTRATION
 

Sam Estève

Sam Estève

Sam Estève

Sam Estève

Sam Estève

Sam Estève

Sam Estève

Sam Estève

Sam Estève

Sam Estève

Sam Estève

 
 

ENCHAINEMENT DE MOVE AVEC LE KONO SWITCH

 

le Skopu qui consiste en 1 Kono (switch ou pas) + 1 Flaka