Summer trip à Lanzarote chez la famille Vocker

 

PHOTOGRAPHE : Russell Groves et Sylvain (sauf mention)

 

Bonjour ! Je m’appelle Jules Cachat, j’ai 15 ans, j’habite en Tunisie et je pratique le windsurf depuis, maintenant, huit ans, principalement en vagues. L’été dernier, j’ai eu la chance d’être accueilli pour la deuxième fois consécutive par la famille Vocker plus qu’accueillante, composée de Sylvain le papa, Katja la maman bien vaillante de la petite famille, Milo et Mathis les deux frères jumeaux et enfin Noah, très bon ami à moi. C’est alors que le 18 juin, je me suis envolé pour Marseille, puis Madrid, pour finir à Lanzarote.
Lanzarote est une petite île d’Espagne située dans l’Océan Atlantique et faisant partie des îles Canaries. Administrativement, l’île fait partie de la province de Las Palmas dans la communauté autonome des îles Canaries, dont la capitale est Arrecife. J’ai séjourné sur l’île durant pratiquement un mois, dont 3 semaines chez la famille Vocker et 2 semaines avec le Wave-Sailing Windsurfing Camp. Le climat était plus qu’agréable, short et t-shirt (si nécessaire) toute la journée, des vraies vacances, quoi. Cette île est incroyable, elle regroupe de multiples paysages très variés, aussi incroyables les uns que les autres et offre diverses activités. Dans cet article, mon but est de vous faire découvrir toutes ces activités et ces paysages époustouflants, les deux étant liés la plupart du temps.

famille-vocker

 

Pendant mon séjour, j’étais principalement à Las Cucharas, car c’est là qu’habitent les Vocker. Nous étions à moins d’1km du spot de Las Cucharas. Nous allions, la plupart du temps, en vélo sur le spot avec Noah, entre 10 heures et 11 heures. Sur le spot de Las Cucharas, la navigation se fait principalement bâbord au saut et tribord au surf. Las Cucharas bénéficie de beaucoup de vent tout au long de l’année, ainsi que de grosses vagues qui atteignent parfois, sur le reef, la taille de mât. Nous avons eu des conditions très favorables à la navigation entre 15 et 25 nœuds la plupart du temps, mais pas beaucoup de vagues cette année. Les conditions étaient un peu meilleures l’année dernière, mais il y avait quand même vraiment moyen de prendre du bon temps sur l’eau, en shorty avec une eau turquoise. Nous naviguions 1 heure ou deux le matin et l’après-midi 3 heures. Le midi, nous mangions chez les grands-parents de Noah en vacances sur l’île et il ne fallait pas rater le poulet frites du vendredi midi. Las Cucharas est à la fois un spot de vagues, de freestyle et de slalom qui offre une multitude de choix de navigation selon les conditions. De plus, des riders tels que Yoli et Tom de Brendt ou Tonky Frans étaient là pour faire le show. J’ai aussi pu rencontrer Céline Grosjean à Lanzarote et partager quelques sessions avec elle.

front jules

noah front

 

Las-Cucharas.

 

Si toute fois le vent n’est pas au rendez-vous, rien de tel qu’une petite session de skimboard, de paddle ou de « bouggy », comme on dit là-bas, dans le shorebreack, soit à Los Charcos soit à Las Cucharas. C’est ce que nous avons fait avec mon ami Noah … que du plaisir.

skim noah

boogy-jules Sylvain

 

Lorsqu’il n’y avait ni vague ni vent, nous allions faire un petit tour en palme avec masque et tuba pour dire bonjour à nos amis les poissons, ou allions au port faire quelques plongeons ou tours de Rosalie.

Encore une possibilité, lorsque le vent était faible et qu’il y avait un peu de clapots, nous partions depuis la plage de Charkos pour une session de down wind avec Sylvain jusqu’a la Playa Chica (se référer à la carte).

down-wind

 

Après des journées comme celles-là, rien de mieux qu’un petit arrêt à la supérette avec Noah pour acheter une glace et la savourer au soleil qui décline sur le spot. Le soir, on rentrait à la maison pour déguster un bon repas préparé par Katja ou Sylvain et on visionnait les vidéos de la journée, un petit coup d’internet et au dodo.

noah et jules
© Céline Grosjean
 

J’ai aussi pu aller faire du stand-up paddle avec Sylvain et Noah à la plage de Famara c’était une première en sup pour moi dans les vagues. J’ai fait plusieurs gamelles, mais grâce aux conseils de Sylvain et Noah, j’ai vite réussi à avoir de bonnes sensations. Les conditions étaient géniales pour surfer ou faire du sup, avec des gauches et des droites qui déroulaient parfaitement et toujours avec une vue exceptionnelle. Pour moi, il s’agissait d’un spot parfait pour débuter avec les vagues du bord. Par contre, plus au large, les vagues sont parfois grosses.

lanzarotemap
© http://goo.gl/AJiHD8

plage-de-famara
© http://goo.gl/Zs3IyR

Il faut également parler des piscines naturelles de Lanzarote et franchement, je ne sais même pas quoi dire face à cette beauté de la Nature. L’emplacement de ces dernières reste secret et seuls les locaux connaissent la route afin de préserver les lieux ;).

piscine-naturelle         piscine-naturelle-3

iscine-naturelle-2

 

Plus tard, les stagiaires du Wave Sailing Windsurfing Camp sont arrivés sur l’île et c’était à nouveau des moments incroyables partagés tous ensemble sur l’eau. Nous avons fait beaucoup de sup à Las Cucharas tous ensemble le matin et avons aussi pu rencontrer Stéphan et Nicolle Etienne (allias les lovers). Nous avons également passé de bons moments à la piscine de l’hôtel et, le soir, les sorties étaient plus que sympas. Nous avons fait un tour de l’île avec Nicolas Bourgois Rodriguez, un local de l’île, et son fils Gaston, pour une petite randonnée. Tout au long du séjour, nous avons été très bien encadrés par le Club Windsurfing Las Cucharas, les barbecues étaient au rendez-vous et c’est d’ailleurs chez Laurent (propriétaire du Club de Las Cucharas) et Maria, son épouse, que le séjour s’est clôturé par un barbecue avec tout le monde.

lanzarote wswc

 

Les moments passés sur cette île ont été inoubliables et je remercie d’ailleurs la famille Vocker (ma deuxième famille) pour ce super séjour, ainsi que Russell Groves pour tous ces conseils, tous les membres du Club Windsurfing Las Cucharas, Nicolas et sa femme et, bien sûr, Noah Vocker.

Je remercie également mes partenaires Chinook Leucate, DMC et Sport et Glisse.

Road trip de 4 jours à Fuerteventura.

 

 

Le 8 février, ma maman nous a emmenés, mes frères et moi, sur l’île voisine de Fuerteventura pour y rencontrer nos amis « Les Lovers » : Stéphane Etienne et Nicole Boronat, deux excellents wave riders.

Le but du week-end était évidemment de prendre un maximum de vagues en windsurf, en surf, en SUP ou simplement avec des palmes !

 

Les conditions  annoncées n’étaient pas terribles ! Le vent de Nord-Est est une orientation qui ne rentre pas très bien sur la plupart des spots de Fuerteventura.

 

Le samedi matin, nous sommes allés à Flag Beach. Il n’y avait pas beaucoup de vent ni de vagues, mais c’était amusant pour un premier contact avec l’île. Quand j’ai vu la quantité de kitesurf, j’ai halluciné ! Depuis quelques années, on a surnommé ce spot « Kite beach », ce n’est pas pour rien !!

Après cette première session, nous sommes passés devant Puerto Lajas.  Il y avait beaucoup de monde ! Pas beaucoup de vagues, ça ne valait pas le coup de se remettre à l’eau.

Dimanche dans la matinée nous sommes partis pour la plage d’El Cotillo, située au Nord-Est de l’île. El Cotillo est une plage dont le shorebreak et assez gros et puissant. Stéphane et Nicole nous y ont rejoints pour une session de bodysurfing. On s’est vraiment trop marré ! Après une heure de natation, on était bien fatigués. Les Lovers nous ont conseillé d’aller à Punta Blanca pour naviguer. Pas de chance, en arrivant, le vent était tombé.

 

Après 30 min de piste, Stéphane m’envoyait un message disant que Majanicho fonctionnait pour du SUP. On était à l’eau avec Iballa Moreno (championne du monde de windsurf) et Jurgen Hönscheid  (une légende du windsurf dans les années 80) en plus de sa fille Sonni. C’était petit et ne connaissant pas le spot, ça m’a pris un peu de temps pour prendre confiance. Au final, je me suis bien amusé.

Le lundi matin, nous avons visité le centre de Corralejo, histoire de nous balader un peu. Très vite, Stéphane et Nicole nous appelaient pour dire qu’ils étaient déjà à Majanicho et que le spot marchait.

Majanicho est une baie rocheuse avec plusieurs peaks. Ce jour-là, une bonne droite cassait avec un peu de vent side shore. J’ai gréé ma North-Sails Hero 4.7 et ma Fanatic Quad 69L. Je ne planais pas, mais c’était très bien pour faire du surf pur. J’ai pris 2 vagues, puis à la 3e, je n’avais pas assez d’élan et la vague m’a cassé dessus ! J’ai lâché le matos et me suis fait secouer sous l’eau de nombreuses fois ! Le matos n’était pas loin des rochers ! Au final, une latte cassée !

 

J’ai pris quelques  vagues en plus et je suis sorti pour manger un morceau avant une dernière nav’. J’ai beaucoup aimé la vague de Majanicho. Je dois reconnaître qu’avec cette taille et cette puissance, j’ai été impressionné. Mais rien que pour la poussée d’adrénaline, j’ai adoré !

Mardi matin, nous sommes retournés à Majanicho. La mer était très désordonnée. Le plan d’eau était très clapoteux, les vagues cassaient mal et avec peu de vent. Nous avons décidé de visiter un « Eco Musée ». Il s’agit d’un musée qui explique la façon de vivre des gens de Fuerteventura dans les années 30 et 60.

 

Ensuite, nous sommes allés vers Puerto Lajas. Les prévisions étaient bonnes, avec 20 nœuds de vent de Nord-Est et des vagues.

 

J’ai monté ma 4.2 et la quad 69L.

Puerto Lajas est une gauche de 1,5 à 2 m, très longue, avec le vent side shore et quelques bonnes rampes au départ. C’est le spot sur lequel je me suis le plus amusé.

Sur l’eau, il y avait Iballa Moreno. Elle envoyait du lourd ! Elle n’a rien à envier à la plupart des hommes pour ce qui est de la maîtrise de la vague ! C’est super de pouvoir naviguer avec des gens aussi talentueux !

Le trip touchait à sa fin. En fin d’après-midi, nous avons pris le ferry pour rentrer à Lanzarote.
 

Merci à Stéphane et Nicole, les « Lovers », pour leur accueil et les conseils, ainsi qu’à mes sponsors : Fanatic, North, Ion, et à Espace Windsurf.

Merci beaucoup, Maman, d’avoir fait le taxi pendant ces 4 jours !