Petit bilan de ma première participation à une étape de la PWA !

 
©Photo : Bryan Ganvan & Patrice Morin

 

Participer à cette étape de la Coupe du Monde qui a eu lieu en Nouvelle-Calédonie, qui est mon pays de naissance et dans lequel j’habite, fut une très belle expérience. J’ai pu naviguer avec mes idoles, que je ne connaissais que via les magazines ! Pouvoir naviguer à leurs côtés fut tout simplement magique !

Nous devions être sur le spot à 7h pour préparer notre matos, car les garçons commençaient leurs manches vers 9h et nous les filles vers 10h30.

Je n’avais pas vraiment de stress, car pour moi tout ce qui comptait était de pouvoir partager le même plan d’eau et les mêmes manches que mes idoles, comme Sarah Quita Offringa, Lena Erdil, Delphine Cousin…

 
pwa
 

C’était vraiment génial et cette expérience m’a vraiment tirée vers le haut. Par exemple, pour les départs j’ai pu observer les techniques des pros et réussir à me caler sur elles. Je pourrai donc à l’avenir me servir de ce que j’ai appris pour d’autres compétitions. J’ai aussi observé comment faire un bel intérieur à la bouée et bien d’autres choses encore. Toutefois, il me reste beaucoup de travail à accomplir avant de pouvoir rivaliser avec toutes ces championnes, mais j’ai eu beaucoup de chance de pouvoir partager le même plan d’eau et disputer des manches avec elles.
 
pwa-girl
 

Lors de cette étape de la PWA (la Airwaves Nouméa Dream Cup), nous avons eu de très grosses conditions, le vent soufflait à 25-30 nœuds et le plan d’eau était très clapoteux. Le matériel que j’avais ne m’a pas facilité les choses, car ma seule planche de slalom pour le moment est une RRD Fire Race 120Litres (jauge jeune dans laquelle je cours d’habitude). C’est une très bonne planche, mais inadaptée aux conditions du moment. Toutes les autres compétitrices naviguaient avec des 90 Litres.
 
bouee-pwa
 

Même si je n’ai pas fait une excellente place au général, je suis contente de ma participation. J’ai réussi à me placer devant quelques pros sur 3 manches (7ème sur 13). Au général de toute les étapes, je me suis classée 20ème sur 29 en n’ayant fait qu’une seule étape, donc je suis assez contenteJ. C’est encourageant et motivant, d’autant plus que l’ambiance de la compète était géniale. Les pros riders(euse)s ont été très gentils et certains m’ont même donné des conseil de réglages des voiles…

 

Participer à une étape de la PWA était un rêve pour moi depuis que j’ai commencé la planche (c’est-à-dire depuis un an et demi) et j’ai eu beaucoup de chance de pouvoir le réaliser aussi vite !
 
slalom-pwa
  

Un énorme merci à ma maman, car c’est grâce à elle que j’ai pu m’inscrire et réaliser ce rêve ! Un grand merci également à mes sponsors Reef, Hurley, Vaa Store NC, Kaloéa, Kongboon, Nectar, Isaw, AEL, FreeRide Nouvelle-Calédonie et à mon Club l’ACPV.

 

 

Corto en Nouvelle Calédonie



Photographie : Bryan Gauvan (sauf mention)


Salut tout le monde, je m’appelle Corto, j’ai 11ans et je vis en Nouvelle Calédonie, un archipel français dans le Pacifique!

NC Grubby


Pour pratiquer le windsurf, les conditions sont au top en été, plus ou moins de novembre à avril. L’hiver, de mai à octobre, est plus favorable pour le surf. Toute l’année nous naviguons dans des eaux entre 20 et 30 degrés environ.
Les spots les plus peuplés, car directement accessibles par la plage sont : la Côte Blanche, l’Anse Vata, Aquareve, Poe, etc… Sinon, il faut aller par bateau sur des récifs comme Ténia (deuxième photo) par exemple ou des platiers formes autours des îlots comme Mb’coins ou l’Ilot Maître.

Tenia island, famous surf spot in Bouloupari region, barrier reef, New Caledonia


En Calédonie, c’est le slalom qui est le plus développé et d’ailleurs, en novembre, la finale de la PWA slalom se déroulera sur l’Anse Vata.
Il y a des compétitions à peu près toutes les deux semaines, avec des qualifications pour des championnats extérieurs, par exemple ceux de France ou de Polynésie. Nous avons aussi un Championnat de freestyle local lors duquel il y a un très bon niveau général.
Le SUP, le surf et le kite sont aussi très représentés chez nous.
Au niveau international, on peut voir apparaître quelques noms calédoniens ou du moins des personnes qui ont beaucoup ridé dans notre lagon, entre autre: Sarah Delaunay, Jeremy Flores, Frederic Morin, Robert Territehau, Antoine Albert, Colin Sifferlin, Titouan Puyo…

Pendant les vacances, nous passons pratiquement tout notre temps dans l’eau, et sinon, en période scolaire, nous naviguons souvent après les cours et le week-end!
Pour beaucoup d’entre nous, nous avons la chance de pouvoir voyager et rider sur différents spots comme en Australie, Nouvelle Zélande, Bonaire (où j’ai pu voir s’entraîner Kiri Thodes, Youp Schmit, Taty Frans..). Certains vont aussi à Hawaii!
Le prochain déplacement pour nous sera en juillet pour le Championnat de Polynésie à Tahiti!

Spock one hand


Vivre en Calédonie est un vrai plaisir !