La Freestyle School, ou comment débuter et progresser en vagues, slalom et freestyle dans un cadre idéal

freestyleschool-guadeloupe

 

Un article de Mathis Mulciba

 

Implanté sur la petite plage de Galbas, face au lagon turquoise de Sainte Anne (en Guadeloupe), le club «  la Freestyle School », fondé par Cyril et Hans, tout deux baignés depuis leur plus jeune âge dans le windsurf, vit au rythme du vent, entraînant avec elle son groupe de véliplanchistes tout au long de l’année.

freestyleschool-guadeloupe

Travaillant d’abord au LCS (club de planche célèbre du lagon de Sainte-Anne), l’école a dû fermer suite à de nombreux problèmes de gérance et autres (loi littorale : loi des 50 pas géométriques qui réglemente toute infrastructure trop proche de la mer) avec, notamment, le Club Med avoisinant.

 

Cyril Primafreestyleschool - guadeloupeLes moniteurs Cyril Prima (brevet d’état d’éducateur sportif, aujourd’hui 31 ans) et Hans Sacher (même âge, même diplôme, 3ème au Championnat de Guadeloupe de vagues 2012) ont, par la suite, décidé de monter leur propre club dans cette même zone de navigation dans le but de continuer à partager leur passion commune. D’abord sans structure d’accueil : ils sont partis de rien pour continuer à entraîner le petite groupe de jeunes qui naviguait déjà au LCS, au point de ramener en voiture tout le matos des cours chaque samedi matin et autres jours de la semaine sur la plage de Galbas.

Heureusement, le nom et la bonne réputation qu’ils s’étaient faits en tant que professeurs dans le milieu de la planche en Guadeloupe, leur a permis de prendre un nouveau départ avec, notamment, le soutien des fidèles du club. Même si les débuts furent difficiles, ils sont tout de même arrivés au bout de leur projet, et ont fondé le, désormais, célèbre club de voile : La Freestyle School de Sainte Anne.

Une fois les premiers problèmes passés, et la première structure installée, le club fondé par Cyril et Hans n’a pas cessé d’évoluer, de s’agrandir et de retrouver du monde sur la petite plage de Galbas. Jusqu’à devenir, maintenant, un lieu incontournable de planche à voile en Guadeloupe et une véritable fabrique de champions (près de 80% des podiums en vagues, slalom, et overwall jeunes au Gwadeloupe windsurf tour 2012, et les 5/6 des podiums du Kiddy tour 2012). Des grands sont passés à leur école comme Antoine Martin.

De la Nova au Taka, en passant par les premiers plannings, l’hélicoptère tack, les tactiques en slalom, l’air jibe et les premiers surfs, la Freestyle School touche à tout, et permet à chacun de s’initier et de progresser dans sa propre discipline. Il y a, bien sûr, du matos à disposition pour chaque besoin (de la petite twinzer de vagues JP à la 150 litres de formula et aux Nova d’initiation, avec des voiles allant de 2m² à 9,3m²).

frontloop - windsurf

Cyril et Hans amènent avec eux les jeunes(de 6 à 18 ans) les mercredis et les week-ends pour des cours hebdomadaires touchant à toutes les facettes du Windsurf avec, par exemple, 2 cours le samedi matin : un à 9h pour les jeunes débutants et un à 10h30 pour les confirmés (ceux qui sont aptes à aller en vagues). Les cours sont donnés par niveau les mercredis, samedis et dimanches. Les débutants peuvent, ainsi, passer ensuite dans le groupe des confirmés pour aller plus loin. Cela permet d’avoir une homogénéité dans le groupe et à Cyril et Hans de monter tout le monde en même temps en s’adaptant aux objectifs de chacun (tout le monde n’a pas envie de faire de la vague ou de la compète).

 

kiddytour

Par ailleurs, il ne faut pas oublier les cours pour les adultes qui sont nombreux le dimanche et le mercredi, les stages pendant les vacances (vagues, initiation etc.) et la location toute la semaine ! L’infrastructure est, de plus, très accueillante : outre les agréables transats, des douches sont à disposition et il est possible de rincer le matos après la navigation.

Le club est ouvert toute l’année (excepté en septembre et parfois en août) du mardi au dimanche et toute la semaine en saison. Il est à signaler qu’en cas de forte pluie ou de grosses périodes de pétole, le club peut fermer certains jours.

En cas de vent trop léger, des surfs et sup sont disponibles. Un petit stand de tir à l’arc maison permet également de s’amuser un peu.

La Freestyle School donne directement sur le lagon de Sainte Anne, baignée par des alizés réguliers et par de nombreux spots de vagues. Le contexte et le lieu en font une jolie place et un cadre idéal à la glisse. Malgré le fait qu’il n’y a pas d’hébergement ni de location de voiture, ce n’est pas ce qu’il manque à Sainte Anne.

Seul bémol, les récentes sargasses (des algues venues de la Floride) qui viennent s’agglutiner sur les plages, ce qui a d’ailleurs amené jusqu’à la fermeture de la plage des salines et à la migration du Club de la Fun KiteAcademy qui est maintenant installé juste en face de celui de Cyril et Hans… Si ces algues venaient à se rassembler sur la plage du Club Med, personne ne sait ce qu’il adviendra du Club la Freestyle School.

Pour ma part, j’ai tenu à réaliser cet article afin de remercier Cyril et Hans qui sont mes moniteurs depuis mes débuts, ainsi que pour tout ce qu’ils m’ont apporté et fait découvrir. Le conseil qui, selon moi, m’a le plus été utile est certainement le jeu de mains sur le wishbone dans l’enchaînement bottom/roller ainsi que les changements de poids dans ce même enchaînement.

Je ne saurais compter mes souvenirs dans ce club tant ils sont nombreux, entre les parties de rigolades en Freestyle Light wind (petite voile, grosse planche) et les sessions parfaites en vagues, ou encore les premiers fronts et premiers surfs,… tant de bons moments qui continuent encore aujourd’hui !

spock - hanssacher
Si vous êtes amenés, un jour, à venir en Guadeloupe, pensez à faire un petit tour sur la plage de Galbas, car, en plus d’être bons professeurs, Cyril et Hans sont accueillants et ne manquent pas de sujets de conversation et de conseils !

Pour plus d’infos : http://www.windsurfguadeloupe.net/

 

Un article de Mathis Mulciba

Le Gecko selon Michiel

 

ARTICLE : Michiel De Cooman

 

“Nous étions toute une équipe de jeunes dans notre club, le mot « Gecko » était très « hot » à ce moment, tout le monde souhaitait le maîtriser”. 

 

Parler du Gecko était, pour moi, important car il s’agit du move à connaître avant de lancer les Air Jibes ou autres spocks,…

C’est aussi un « kids move », car notre poids nous permet de sortir de l’eau de manière plus radicale.

Mon « home spot » étant un petit lac à l’intérieur du pays, il y a rarement beaucoup de vent et celui-ci n’est jamais régulier. Ce qui est idéal pour tout entraînement en « light wind ».

De plus, le Gecko est, pour moi, autre chose qu’un Helitack ou un Duckjibe.
 

Mon père m’a appris comment faire l’upwind 360 et très vite, j’essayais le Gecko.

Tous les jours, je regardais des petits films sur YouTube, ou je consultais mon « Trictionary ».

Au début, le plus dur était de faire couler la planche. à chaque fois, je rentrais déçu, j’allais voir sur des sites comme « Continentseven » ce qu’il fallait encore pour finir le move.
 

Nous étions toute une équipe de jeunes dans notre club, le mot « Gecko » était très « hot » à ce moment, tout le monde souhaitait le maîtriser.

Maintenant je remarque que quelques petits gars de 9-10 ans, ayant l’exemple devant eux, me disent qu’ils veulent faire du freestyle aussi.

Je pense qu’il est très important pour eux d’avoir des parents et un club qui les suivent. Notre club (WindsurfingDeinze) en est un bon exemple !
 

En compétition, le Gecko a très peu de  valeur. Néanmoins, au championnat de Belgique, il y a souvent un petit classement à part pour les jeunes quand il n’y a pas assez de vent pour faire des moves au planning.

La manière de juger est normalement sur base de « overall impression », donc là nous pouvons quand-même montrer des « Geckos » car nous n’avons pas encore une grande série de moves comme les plus âgés.

Nous essayons d’impressionner avec des moves dérivés du Gecko : Clew First, Switch, Diabolo,…

 

Maintenant j’ai évolué au niveau des moves au planning et c’est surtout ça que j’entraîne.

Le Gecko m’aura été très utile car il est une base pour d’autres moves « new school » comme le Flaka (il n’est autre qu’un Flaka sans saut).

 

Voici mes conseils:

 

Avant d’ essayer, il est important de savoir faire un « upwind 360 » dans les straps dans du vent léger. Si cela pose encore des problèmes, il faut commencer par l’Hélitack et la navigation à contre.

Concernant le matériel, je conseille une planche courte, une freestyle 90-100L fera certainement l’affaire.
 

Pour commencer, il faut essayer de naviguer dans du vent léger, les pieds dans les straps et la planche à plat sur l’eau. Pour y arriver, il faut que le corps soit placé au-dessus de la planche, plus vers l’avant  pour que l’arrière de la planche ne coule pas.
 


 

Il ne faut pas naviguer trop au près, les bras et les jambes sont tendus, la voile et le corps sont vers l’avant et bien au-dessus de la planche.
 

Je bascule ensuite la planche en poussant brusquement les talons des deux pieds dans l’eau, la planche va s’enfoncer et le nez va disparaitre dans l’eau.
 

Ensuite, Je tire sur mes bras en gardant le gréement très proche du corps. Il faut rester bien droit au dessus du flotteur (les hanches vers l’avant) et regarder vers le haut de la voile, la jambe avant tendue, la jambe arrière fléchie pour bien sortir de l’eau l’arrière de la planche.

 

Il ne faut surtout pas pousser sur la main arrière mais glisser plutôt le gréement vers le nez de la planche (comme lors d’un Hélitack), bras avant tendu et bras arrière fléchi.

 

Je regarde dans le sens de la rotation. La planche commence à tourner jusqu’au moment où je me retrouve dans une position à contre. La jambe arrière est tendue et la planche se retrouve à nouveau à plat sur l’eau. 

 

Le plus dur est fait, reste à finir comme un upwind 360. Je fais passer la voile au  vent, je replace mon poids plus vers l’arrière pour finir la rotation.
 

Plus il y a de vent plus la manoeuvre sera radicale (verticale) et  la rotation rapide.

 

Bon courage 🙂

 

EW Camps : Kilian du Couëdic en freeride et Julien Taboulet en freestyle à Leucate

 

Ce sera speedloop pour les freestylers 😉 et waterstart, pieds dans les straps ou jibes pour les freeriders 😀

 

groupe
 

Un stage, un camp ou encore un clinic, c’est comme ça qu’on les appelle maintenant surtout quand il s’agit de professionnels tels que Kilian du Couëdic ou Julien Taboulet. Clinic vient de l’anglais et pour nous ne signifie pas vraiment la même chose… 😉

Mais quel que soit le terme, du 7 au 14 avril Espace Windsurf Camps, le nouveau Club d’Espace Windsurf a lancé un Clinic Freeride et Freestyle dans le sud de la France…

Dix personnes ont pu profiter des conditions dantesques de Leucate et des connaissances astronomiques des ces deux professionnels de la planche et de l’enseignement.

 

Après 14h de route, de quoi connaître son « covoitureur » : Manu (une rencontre très sympathique), nous arrivons sur le spot la tête dans les chaussures mais avec une folle envie de naviguer ! Les conditions s’annonçant pour le lendemain, nous nous contentons de faire le tour des shops et boire un verre pour faire connaissance.

briefing
Manu, Romain, Morgane, Jérémy, Antoine, Bernard et Sébastien ont déjà leur premier contact avec le maître Kilian.
 

wesh
Quant à Geoffray, Samy et Nathanaël, ils devront attendre le lendemain pour rencontrer leur chef freestyle 😉

 

Le premier jour de nav nous a montré ce qu’était la Tram !!!! Avec ma voile Loft 3.4 et mon custom DMC de 60L sur le spot « Eole » considéré comme le spot de replis à Leucate la journée s’annonçait corsée ! Ce sera speedloop pour les freestylers 😉 et waterstart, pieds dans les straps ou jibes pour les freeriders 😀

seb
samy
romain
nath
momo
Manu
jerem
geof
bernie
antoine

 

Deux sessions sur la journée, de quoi déjà trouer quelques mains étudiantes ;-).

 

sup
Le lendemain, le SUP prendra la place de la planche vu le manque de vent (un marin un peu faible). Pour beaucoup, ce fut une réelle découverte !

 

Les boards Fanatic d’initiation que Kilian avait emmenées avec lui ont fait l’unanimité !

sup fanatic

 

Par la suite, nous avons pu découvrir le spot de la Palme où tout le monde a pied partout : très agréable pour celui qui teste de nouveaux moves. Cependant avec une Tram un peu trop nord, c’est sur le spot d’Eole que nous finirons la journée avec les freestylers qui naviguent toujours au Goulet en compagnie du Wesh.

 

Entre les coups de Tram et le Marin, l’équipe se déplace dans les shops et il est extrêmement rare qu’ils en resortent les mains vides… ça échange, ça achète mais toujours pour du plus beau et du plus neuf. 😉

 

Le soir les énergies sont parfois éteintes ou encore bien là… Kilian, qui loge avec les organisateurs du stage, ne pourra pas s’empêcher de continuer son cours parfois jusqu’aux petites heures.  La passion jusqu’au bout…

 

Le stage se finira par une journée de nav avec deux sessions de 3h… De quoi finir les ampoules déjà bien ouvertes des mains d’une grande partie de l’équipe. Vive la pommade cicatrisante !

go pro

 

Toutes bonnes choses ayant une fin, c’est avec une certaine nostalgie et un cafard naissant que chacun bouclera ses valises et casera la dernière planche dans le van EW.

 

Merci à toute l’équipe et rendez-vous très bientôt les week-ends ainsi qu’en septembre pour un autre Clinic afin de poursuivre votre progression.
logo

 

Plus de photos sur notre page Facebook