Les risques du soleil pour la peau

 

Tous les sportifs qui pratiquent des sports extérieurs sont confrontés au soleil, mais peu savent bien s’en protéger, donc voici quelques astuces pour ne plus craindre le soleil cet été.

soleil

 

Les UV responsables

 

En petite quantité, les ultraviolets (UV) émis par le soleil sont bénéfiques à la santé, car ils favorisent la fabrication de vitamine D et dopent le moral.

Mais en trop grande quantité, le soleil provoque de nombreux effets délétères sur la peau (cancer de la peau, rides au visage, taches brunes, vieillissement de la peau, couperose…) et nombre de ces manifestations solaires pourraient être évitées si la peau était correctement protégée du soleil.

Ce qui est dangereux, ce sont les rayonnements ultraviolets (UV), totalement invisibles pour l’œil humain et qui ne procurent aucune sensation de chaleur.

Il y a deux types d’UV :

— les UVA qui pénètrent profondément dans la peau et qui accélèrent son vieillissement en accentuant l’apparition et le développement des rides et des taches brunes.
— les UVB qui agissent au niveau de l’épiderme en stimulant la production de mélanine, ce qui donne le teint bronzé.

Ce sont les UVA et les UVB qui, en trop forte dose, provoquent des coups de soleil et, à terme, peuvent causer des dommages irréversibles sur la santé.
Même bronzé, il faut continuer de se protéger !!

 

Les maladies

 

Il y a deux types de cancers résultant de l’exposition aux rayonnements UV :

— les carcinomes, cancers qui touchent la couche superficielle de l’épiderme

— les mélanomes, tumeurs malignes qui se développent sur les mélanocytes, que l’on trouve dans la peau, les muqueuses, mais aussi les yeux.

 

Il est important de bien se protéger

 

Il faut savoir que l’intensité des UV est liée à l’horaire d’exposition et non à la chaleur ressentie. Lorsque le soleil est au plus haut, les rayons UV sont les plus dangereux. Pour limiter les risques, évitez de vous exposer entre 12 h et 16 h.

Les enfants et les adolescents sont plus vulnérables face au soleil. Ils ont une peau et des yeux plus fragiles et s’exposent plus souvent. Pour limiter les risques, ils doivent donc être particulièrement protégés.

Un T-shirt sec, un chapeau ou une casquette et des lunettes de soleil constituent la panoplie la plus sûre et la plus simple contre les rayons UV. Se couvrir est le meilleur moyen de limiter les risques liés au soleil.
En plus des vêtements, la crème est un filtre indispensable aux rayons du soleil. Pour limiter les risques, elle doit être appliquée soigneusement toutes les deux heures et systématiquement après la baignade. Attention, la crème ne permet pas de s’exposer plus longtemps.

 

Il faut bien choisir sa crème solaire

 

creme-solaire


Même les produits solaires les plus efficaces ne filtrent pas la totalité des UV : ‘l’écran total’ n’existe pas. Son utilisation ne permet pas de s’exposer plus longtemps.
Une crème solaire indice 2 n’arrête que 50 % des UV, un indice 20 en stoppe 94 %, un indice de 60 en laissera encore passer 2 %.
Pour choisir une crème solaire, il faut contrôler plusieurs points importants qui vont déterminer la capacité de protection solaire de la crème:

— IP ou SPF (Sun Protection) : l’indice de protection de la crème solaire
L’indice de protection solaire doit être de préférence supérieur à 30 (‘protection haute’). En effet, les tests effectués en laboratoire pour déterminer l’indice de protection d’une crème solaire, sont effectués avec des quantités de produits en général très importantes (2mg/cm² de peau), en tout cas beaucoup plus importantes que celles que l’on s’applique habituellement sur la peau ! : on peut, en pratique, diviser l’indice de protection par 3 en utilisation courante !! Autant dire qu’une crème solaire ayant un indice inférieur à 30 (‘protection haute’) protège très peu la peau du soleil en conditions d’utilisation ‘normale’.

— Il faut aussi savoir que cet indice de protection (IP ou SPF) concerne en général uniquement les Ultraviolets de type B (UVB), c’est-à-dire les UV qui sont responsables du coup de soleil. Or, on sait que les UVA sont, eux aussi, néfastes pour la peau et qu’il faut aussi s’en protéger. Les UVA longs (pénétrant plus dans la peau) seraient responsables d’un tiers des cancers de la peau
En conséquence, il est important de vérifier que la crème solaire protège aussi contre les UVA.
Les filtres solaires et les excipients utilisés dans les crèmes solaires sont parfois altérés par le contact avec l’eau. Veillez donc à choisir une crème solaire résistante à l’eau (elle doit porter la mention ‘water resistant’) si vous envisagez de vous baigner !

 

Les coraux

 

Des expériences ont été menées dans différentes mers du globe et ont montré que certains composants pour filtrer les UV (ultraviolets) contenus dans de nombreuses crèmes solaires peuvent stimuler le développement d’infections qui détruisent la fameuse zooxanthelle. Il s’agit d’une micro algue qui vit en symbiose avec le corail et qui est nécessaire à son développement. Ainsi le corail blanchit et meurt.
Il existe deux types de crèmes solaires :

— Les crèmes solaires avec filtre chimique qui ne sont pas biodégradables et qui, en pénétrant dans la peau, peuvent irriter ou déclencher des allergies. Ce sont ces crèmes qui, une fois dans l’eau, se retrouvent avec les animaux marins et menacent les récifs de corail !
— Les crèmes solaires avec filtres minéraux de zinc ou de titane sont sans danger, car les minéraux ne pénètrent pas dans la peau et ne provoquent pas d’allergie. Elles sont conçues pour limiter les impacts sur les écosystèmes marins.

Il convient donc de privilégier les crèmes solaires bios à base de filtres minéraux.
On estime aujourd’hui que plus de 50 % des coraux des récifs sont malades !

 

Un bronzage intelligent

 

Les séances d’UV en cabine de bronzage ne préparent pas votre peau au soleil, le bronzage artificiel n’ayant pas le même effet protecteur que le bronzage naturel, car il est plus superficiel. Les UV artificiels ne font que s’ajouter aux UV du soleil : l’effet cancérigène est renforcé. La fréquentation des cabines de bronzage est donc fortement déconseillée.

Même bronzé, il faut continuer à se protéger ! Le bronzage est une ‘barrière’ naturelle fabriquée par la peau pour se protéger du soleil.
Mais cette barrière est superficielle et ne filtre qu’une partie des UV. Une peau bronzée est moins sensible aux coups de soleil, mais ne protège absolument pas contre le risque de cancer.

Le risque n’est pas lié à la sensation de chaleur, mais à l’intensité des rayons UV. Il faut donc se méfier des fausses impressions de sécurité lorsqu’il fait plus frais, sous un ciel nuageux ou avec du vent.

Le danger ne vient pas uniquement des coups de soleil. Les UVA n’ont, le plus souvent, pas d’effet visible immédiat, mais ils pénètrent dans la peau en profondeur, tout comme les UVB qui augmentent pourtant le risque de cancer de la peau.

La réverbération du sol est d’intensité variable où l’herbe, la terre et l’eau réverbèrent moins de 10 % du rayonnement UV, alors que la proportion peut atteindre 80 % pour la neige fraîche, environ 15 % pour le sable sec d’une plage et 25 % pour l’écume de mer.

 

 

Source : INPES


 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *