RS:X

 

ARTICLE : Benjamin Longy

rsx-logo

Ma planche olympique !

 

La « RS:X » est devenu support olympique juste après les jeux d’Athènes en 2004! Ce nouveau support succédait alors à la « Mistral One Design ». Par peur du changement sans doute, de nombreux riders étaient alors sceptiques mais il semble qu’aujourd’hui ils soient nombreux à l’avoir adopté malgré des performances plus limitées sous certaines conditions.
La RS:X est une planche plus physique : très large et très lourde, elle glisse peu par temps calme étant donné qu’elle « colle à l’eau ».
La voile, elle aussi a changé : la voile Mistral (7,4m²) avait une têtière triangulaire, alors que la voile RS:X (9,5m² pour les hommes et 8,5m² pour les femmes et les jeunes) est une voile créée à partir d’une V8 de chez Neilpryde. Elle est donc plus « moderne », plus grande et plus lourde.

rsx-windsurf

 

planche-rsx

Cette nouvelle planche ressemble de loin à une grosse « Formula » avec une dérive au milieu et un rail pour le pied de mât. Par vent faible, le pied de mât est mis à l’avant et la dérive est mise, pour pouvoir faire du « près ». Par contre, à partir de 12 nœuds (en 8,5m²), la dérive peut être remontée pour pouvoir faire du près au planning. Et c’est là que la planche devient vraiment intéressante !

 

 

Mes réglages :

 

reglages-rsx

Je dois tenir compte de plusieurs paramètres : la force du vent, l’état du plan d’eau et de leurs évolutions!
Certains réglages se font sur terre d’autres peuvent se faire sur l’eau et même lors d’une manche !

Dès que je plane je navigue avec une voile bien étarquée pour qu’elle ne soit pas trop encombrante. Plus elle « dégueule », plus l’air peut passer facilement (les rafales se ressentent donc moins dans les bras).
J’aime une voile étarquée et bien creuse au niveau du wish !

 

 

 

Etat du plan d’eau :

reglages-rsx

Mer plate : je mets le wish très haut (niveau des yeux) et le pied de mât reculé au maximum ! Mes bouts de harnais sont assez reculés, et aussi très courts! Plus le vent va monter, plus je vais baisser le wish et allonger mes bouts de harnais.
Vagues : Le pied de mât moins reculé, bouts de harnais assez long, plus le vent va monter, plus je vais avancer mon pied de mât et baisser mon wish mais en deuxième choix.

Sur nos voiles, nous avons des palans d’amure et d’écoute pour pouvoir changer les réglages en navigation
Le palan d’amure va étarquer ou désétarquer la voile, il se trouve le long du mât. Il aura une réaction directe sur la chute.
Le palan d’écoute va jouer sur le creux de la voile, il se situe sur le wish.

Si le vent monte de 5 nœuds et que je plane, ou le contraire, il est facile de changer les réglages afin d’avoir un réglage optimum.
Pendant les manches, j’utilise le palan d’écoute pour creuser la voile au vent arrière afin d’avoir un maximum de puissance.

 

 

 

 

lattes-rsx

Je joue aussi sur le réglage des lattes ! Il faut que la chute soit bien homogène pour éviter la cassure.
Je desserre, quand le vent est fort, ce qui permet à la chute d’ouvrir encore un peu plus !

 

Mes bouts de harnais sont réglables : Ils sont au plus petit à 35 cm et au plus long 60 cm
Les bouts longs sont utilisés au vent arrière et dans la pétole, dès que le vent monte, je réduis la longueur!

Je règle également la hauteur du wish: dans le vent faible, je le mets très bas (niveau menton), à la limite du planning, je le remonte un petit peu (niveau nez) et au planning, je le mets au dessus des yeux. Si le vent monte encore, je le descends…

Hors course, je peux régler la longueur du wish : dans la pétole je le mets à 4 et dans le vent 8 ou 10 (cm)

 

rsxSur la planche, comme presque sur toutes les planches de raceboards, on peut changer pas mal de choses.
Sur l’eau, je peux jouer sur la dérive, mais également sur la position du pied de mât à l’aide d’une pédale : quand je ne plane pas, je garde la dérive mise et le pied de mât reste avancé au cran 9 ( il y a 9 crans).
quand je plane, je remonte la dérive et je recule le pied de mât au cran 3, ou plus suivant le vent.
Au vent arrière, si ça ne plane pas, je remonte la dérive, mais je garde le pied de mât avancé !

À terre je peux changer la position des straps ainsi que l’aileron (60cm en 8,5). Nous avons tous la même taille d’aileron mais chaque aileron ne donne pas les mêmes sensations (si la jauge le permet, nous pouvons donc changer d’aileron suivant les conditions prévues)

 

 

longy-benjamin

Les parcours et la compétition :

 

Les parcours « trapèze » sont souvent utilisés en RS:X  : un départ avec 5 minutes de procédure, un près, un largue, un vent arrière, un près, un vent arrière et enfin, un largue pour passer l’arrivée. Dans les compétitions internationales, il y a aussi souvent un « down wind » avant l’arrivée.

Chaque manche dure environ 45 minutes et il y a entre 1 et 3 manches par jour selon les conditions. Entre chaque manche, les riders peuvent bénéficier d’une petite pause pour reprendre le souffle, boire, mais aussi faire un rapide débriefing avec son coach.

parcours

 

Tout au long de l’année, les meilleurs jeunes riders se préparent pour la compétition la plus importante de la saison : le championnat du monde ISAF. Ce championnat est vraiment considéré par les jeunes comme les Jeux Olympiques auxquels peuvent participer leurs ainés. Mais il n’y a, dans chaque catégorie, qu’un seul représentant par pays !
Lorsque les jeunes passent en 9,5, c’est à dire à partir de 19 ans, l’objectif est clair : participer aux Jeux Olympiques… Le rêve de tout rider, mais très peu y parviennent !

En attendant, il faut se fixer des objectifs pour progresser, et pour cela, les compétitions internationales ne manquent pas : la SOF, kiler Woche, Miami Rolex Cup, Delta Loyd Ragatta, Sail for Gold Regatta … et bien sur les championnats d’Europe et du Monde senior de la classe RSX ! Mais pour ces dernières compétitions, en France, il y a des sélections étant donné le nombre très important de candidats !!

Vous l’aurez maintenant compris, je fais partie de ces jeunes riders avec des ambitions importantes et un rêve : les Jeux Olympiques…

 

ARTICLE : Benjamin Longy

7 réponses sur “RS:X”

  1. bonjour,Benjamin.
    Je vois que vous etes un vrai pro,je suis content pour vous.
    Effet secondaire,j’aimerais savoir où on peut trouver une Rs X équipée complète, planche et gréement et a quel prix s’il vous plait.
    Je suis a Alger,et navigue toujours.Dans l’attente d’une réponse,et fut un plaisir d’avoir visiter cette page.
    Cordialement, Youceph

  2. Bonjour,

    Alors tu peux commander une RSX neuve sur le site de la marque, ou même sur RSXclass. Un pack complet doit être au alentour de 5000 euros.
    Pour trouver des occasions il faut trainer sur les régates … ou alors contacter les quelques coureurs qu’il y a dans le sud de la France ! Ou autres pays bien sur. Plutot des coureurs nationaux qui on beaucoup de matériels, tu prend leur nom et tu leur demande sur les réseaux sociaux.

    En espérant que cela t’aidera !

    Bon courage,
    Benj

  3. bonsoir benjamin, ton article est très intéressant car pour une fois les réglages sont bien expliqués. Pourrais tu me dire quelle planche tu conseilles a un ancien compétiteur sur one design que je suis et qui reprend la race board (pour le plaisir, pas de compete en vue) après une éclipse de 15 ans dans le milieu? est ce que la rsx est le top du top ou est ce que tu me conseillerai un autre mode?. A mon époque je faisais de la one design alors que par ex la F2 lightning était plus performante. Merci d’avance de ta réponse. JIM

  4. Bonjour,

    La planche RSX est très ciblé compétition, elle a été conçu pour l’olympisme. Elle reste très chère, fragile et relativement lourde (grand volume). Elle permet une fenêtre d’utilisation (et de planning) grande, même si très physique dans les grands airs (plus de 20 nœuds).
    C’est un bon compromis pour un bon gabarit car elle ne coule pas. Mais peut-être moins intéressant si vous n’avez jamais fait de planche planante (exemple formula, remonter au près sans dérive à partir de 12 nœuds).
    Tu as quand même la possibilité de trouver des RSX d’occasion de compétiteur qui souhaite renouveler leurs planches/voiles.

    La voile par contre elle est vraiment bien (de mon point de vu) mais je n’ai jamais essayé beaucoup d’autres voiles du même segment. Elle est utilisé par certain raceboardeur, mais reste quand même plus lourde qu’une voile ultra light de raceboard de compet’.

    J’ai adoré faire de la raceboard, je n’ai testé que quelques planches:
    – Mistrale one design: très peu de volume.
    – Mistrale équipe : volume et légèreté mais reste rigide ! Une super planche.
    – Bic hybride : une raceboard plus large que ces dernier qui est donc très facile d’utilisation.
    – Starboard phantome: l’arme ultime pour la compétition raceboard, attention le prix brule les yeux !

    Cela dépend de ce que vous recherchez, mais je vous proposerais ceci:
    Acheter une planche raceboard type F2 ou mistrale à retaper pour pas trop chère (problème: tout le monde veux les garder haha !) , acheter une voile polyvalante genre 8.5 RSX et naviguer dans les petits airs avec, et faire de la vrai raceboard !! Pour faire du planning acheter une planche freeride pas chère et prendre du plaisir à aller vite et jiber.

    N’hésite pas revenir vers moi si tu as des questions !

    Benj

  5. Salut Benjamin ! je voulais savoir quelle était la solution pour passer les lattes facilement, j’ai beaucoup de mal avec ma RS:X, faut-il que je prenne plus de bordure ? Que je l’étarque plus ? Que je mette du WD 40ou du silicone ?
    Concernant le wish je l’ai acheté d’occasion et il manque du grip par endroit notamment au niveau des bouts de harnais et j’ai peur que ça cisaille le carbone, comment je peut faire pour protéger tout ça ? J’ai pensé à une chambre à air..
    Enfin dernière question, est-il facile et pas cher de se faire ses réglages de bordure et de cuni ? J’ai acheté la planche sans cela et j’hésite à acheter au fournisseur le kit..
    Merci à toi
    Bonne soirée 🙂

    1. Bonjour Hadrien,

      Je répond sûrement un peu tard, mais ça pourrais servir à d’autres personnes !

      Concernant le passage de lattes, du Téflon peux sûrement aider, mais je commencerais par vérifier les spacers qui sont installés sur les lattes (petites pièce en plastique qui se situe entre le camber et le T de latte). Ces spacer permettent de mettre de la tension entre le mat et la latte et donc s’il n’y a pas de spacer, les camber tournerais mieux.
      Attention à ne pas avoir une trop forte tension de latte (sans non plus avoir des plis partout), si le problème perciste il faut essayer de mettre un peu plus de tension à l’amure, plus de tension à l’ecoute si toujours aucune améliorations.

      Concernant le wish, pour moi il n’y a pas de crainte à avoir. Évidement le wish s’usera sûrement au fur à mesure des naviguations mais ne créera pas de fragilité sur du court terme. Un wish carbone est réparable à l’infini. Il serait même plus rigide (plus lourd aussi évidement) après l’avoir fait réparé par ton shaper local (ou toi même si tu maitrise le carbone). Par ailleurs il n’est pas très difficile de changer le grippe de son wish, il y a maintenant possibilité de trouver des gaines neuve à installer soit même avec de la colle neoprene. Solution beaucoup moins onéreuse que d’acheter un wishbone neuf.

      Pour finir sur les palans, les kit de palans d’amure et d’ecoute son souvent un peu plus chère que ce que l’ont peux faire soit même, mais on installe strictement la même chose.
      Clamcleat vend des taquets pour wishbone facilement trouvable en shop ou sur internet avec différente dimension pour s’adapter à son wish, il suffit d’ajouter du bout, un élastique et deux poulies (ou anneaux de friction).
      Pour le palan d’amure 2 poulie double à sifflet Harken et une poulie simple feront la base du palan qui sera attaché au mât avec un noeuds de cabestan juste en dessous du wish.

      J’éspere avoir pu aider 😉

      A +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.