Pierrick Contal rentre dans le team Espace Windsurf

pierrick profil

 

11 novembre 1992

Ile de Ré (Cherbourg pour les études)

Première année à INTECHMER (école qui forme des techniciens supérieurs de la mer)

 

 

 

Espace Windsurf (EW) : À quel âge as-tu commencé à naviguer ?

Pierrick Contal (PC) : Mes parents m’ont mis sur une planche, je devais avoir 4 ou 5 ans.

 

EW : Sur un mois, combien de jours es-tu sur l’eau ?

PC : J’essaie de naviguer le plus possible. L’avantage de Cherbourg c’est que les conditions sont très souvent au rendez-vous !

 

EW : Comment te déplaces-tu sur ton spot ?

PC : Depuis peu, j’ai mon permis mais j’essaie au maximum d’aller naviguer à pied ou à vélo.

 

EW : De combien de temps as-tu besoin pour te déplacer sur le spot le plus proche ?

PC : Que ce soit sur l’Ile de Ré ou même à Cherbourg, le spot le plus proche est à une minute à pied !

 

EW : Qu’es-tu en train de travailler ?

PC : En ce moment, je fais de la vague et du slalom. En vague, j’essaie de m’habituer aux conditions bâbords très fréquentes sur Cherbourg et en slalom, je retrouve des sensations avec du nouveau matos.

 

EW : Dans ta région, y a-t-il des cours de planche à voile à l’école ?

PC : Sur Cherbourg, je n’ai aucune idée parce que je viens d’arriver. Mais sur l’Ile de Ré, toutes les écoles participent à une classe de mer. Ensuite, sur la Rochelle, il y a une très bonne section sport-études dont je suis originaire, au lycée Dautet.

 

EW : Parles-tu de tes nav à l’école ?

PC : Forcément ! Je suis dans une école totalement tournée vers la mer avec une forte concentration de surfers, de plongeurs et quelques windsurfers donc on ne peut pas y échapper…

 

EW: As-tu déjà une idée des études que tu souhaites faire? Pourquoi ?

PC : J’ai déjà fait mon choix, je souhaite travailler dans la protection des côtes afin de pouvoir rester dans un domaine qui m’intéresse particulièrement (la majeure partie de l’Ile de Ré se trouve sous le niveau de la mer) et de continuer à naviguer.

 

EW: Quelle est (était) l’implication de tes parents ?

PC : Elle est totale ! Mon père s’occupe d’un centre nautique sur l’Ile de Ré depuis bientôt 17 ans. Mes parents m’ont fait découvrir la voile en général, puis la compétition. Ensuite, ils m’ont suivi aussi bien sur les régates que financièrement et moralement tout en me rappelant qu’il n’y avait pas que la planche dans la vie…

 

EW: Tes frères et sœurs font-ils du windsurf? Avec la même intensité ?

PC : Oui j’ai un frère qui est en première S et qui suit pour l’instant le même parcours que moi aussi bien dans les études que sur l’eau.

 

EW : Connais-tu d’autres personnes qui naviguent alors que leurs parents ne naviguent pas?

PC : Oui j’en connais quelques-uns ; même si ça doit être plus difficile à certains moments je pense.

 

EW : Navigues-tu avec beaucoup d’amis de ton âge ?

PC : Quand je naviguais au pôle France de la Rochelle en RS:X, on était tout un groupe de la même génération et on passait la majeure partie de l’année ensemble entre les entraînements et les compétitions. Ça créait une très grosse émulation. Depuis que j’ai pris ma « retraite » en RS:X, c’est plus difficile parce que j’ai changé de région et je n’ai pas l’impression qu’il y ait beaucoup d’étudiants cherbourgeois sur l’eau.

 

pierrick vague

 

EW : Penses-tu avoir de la chance ?

PC : Oui c’est évident que j’ai beaucoup de chance d’avoir pu pousser ma passion au maximum, côtoyer les meilleurs mondiaux en RS:X et découvrir de superbes destinations.

 

EW : As-tu un entraîneur?

PC : J’avais deux entraîneurs lorsque j’étais au pôle France (que je remercie pour tout ce qu’ils ont pu m’apporter) mais aujourd’hui je n’en ai plus.

 

EW: Que maîtrises-tu le plus ?

PC : C’est difficile à dire mais disons que les conditions dans lesquelles je suis le plus performant sont les conditions limite-planning, un petit 12 nœuds tout plat.

 

EW: Comment apprends-tu ?

PC : Jusqu’à maintenant, j’avais un super encadrement avec des moyens importants comme la vidéo. C’est en essayant de reproduire les gestes des meilleurs windsurfers, de comparer et de réessayer que j’apprenais. J’ai besoin de voir une manœuvre, une position, etc, de l’assimiler et enfin de la reproduire sur l’eau.

 

EW : En vague et freestyle, comment fais-tu pour apprendre un nouveau move ?

PC : C’est la même chose, il faut que j’arrive à visualiser ce move dans ma tête pour ensuite l’essayer sur l’eau. Pour ça, les discussions de parking ou observer sur la plage ou en vidéo sont idéales, afin de trouver des repères et vraiment savoir ce qu’on va faire avant de se lancer.

 

EW : Quels sont tes meilleurs résultats ?

PC : En slalom, j’ai gagné le Mondial du Vent en 2009 ; en formula je suis vice-champion de France jeune 2010 et en RS:X j’ai fait 5ème à la Med Cup 2010 en 8,5m².

 

EW : Quels sont tes objectifs en windsurf ?

PC : Aujourd’hui, je vais sur l’eau pour me faire plaisir, progresser et essayer d’aller le plus vite. L’esprit de compétition est moins présent mais il en reste encore un petit peu…

 

EW : Qu’aimerais-tu passer un jour ? (Move, championnat, …)

PC : Mon rêve, niveau compétition, ça serait de participer au PWA World Tour en slalom et en vague même si les spots en vague ne sont pas forcément très alléchants, ça pourrait être une super expérience. Autrement, j’aimerais bien poser les pushloop into forward. J’y travaille mais je n’ai encore jamais rencontré les conditions idéales (vagues, vent et être prêt dans ma tête).

 

EW: Fais-tu attention à ta nourriture? Comment ?

PC : Je n’y fais pas particulièrement attention même si j’évite de manger n’importe quoi (trop gras, trop sucré,…).

 

EW: Quel est le spot que tu as préféré ?

PC : Assurément c’est l’Ile de Ré pour la variété et la qualité de ses conditions. La baie du Goisil pour le slalom (un certain Antoine A. vient se régler sur son nouveau matos l’hiver) et la côte sud en général pour ses conditions en vague.

 

Même si j’avais bien aimé Canos de Meca, au niveau du CapTrafalgar en Espagne du sud.

 

EW : Quel est ton rider préféré ?

PC : En slalom, évidement Antoine Albeau, le rider français le plus titré, un mec super accessible. Et en vague, la « vieille école » Robby Naish et Jason Polakow, même si Philipp Köster est super impressionnant en saut.

 

EW : Lis-tu des magazines de windsurf ?

PC : Oui régulièrement pour me tenir informé de la planète windsurf même si internet a pas mal remplacé la presse papier.

 

EW : Comment décrirais-tu le windsurf ?

PC : C’est pire qu’une drogue !!! Quand tu y as goûté, tu ne peux plus décrocher ! Plus sérieusement, c’est un sport génial, non polluant avec lequel on peut avoir des sensations extrêmes très rapidement.

 

EW : Penses-tu faire du windsurf toute ta vie ?

PC : J’aimerais et il n’y a pas de raison que ça s’arrête puisque même professionnellement, je devrais avoir une carrière proche de l’eau. Et s’il n’y a pas de vent, il reste le SUP, le surf, le skate,…

 

EW : Es-tu sponsorisé ? Payes-tu une partie ? Reçois-tu quelque chose ?

PC : En ce moment, et depuis quelques années, je suis aidé par le magasin Neway La Rochelle-Ile de Ré qui m’aide au niveau du matos.

 

EW : Que souhaites-tu rajouter ?

PC : J’espère qu’à travers cette collaboration avec Espace Windsurf, je pourrai vous faire partager mes expériences, mes astuces et mon envie de naviguer.
Je tiens particulièrement à remercier tous ceux qui m’ont permis d’en arriver là, c’est-à-dire mes parents, mon club le Centre Nautique Couardais du Goisil, mes entraîneurs, la communauté de commune de l’Ile de Ré et le conseil général de la Charente Maritime.

 

pierrick slalom

4 réponses sur “Pierrick Contal rentre dans le team Espace Windsurf”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *