Interview – Pierre Mortefon

 

Originaire du Languedoc Roussillon, plus exactement de Port-La-Nouvelle, Pierre Mortefon représente la génération montante du slalom français, notamment en jouant sur le tour AFF et PWA depuis maintenant quelques années. J’ai donc choisi d’interviewer Pierre afin de découvrir ses objectifs pour la saison 2014 ainsi que le matériel de slalom North Sails/Fanatic, qu’il aide à développer en allant au moins une fois par an à Hawaii.

Année de naissance 1989
Numéro de voile F14
Taille 1m87
Poids 92 kg
Première année en PWA 2007
Première victoire de manche 2011
Sponsors North Sails, Fanatic, ION, 71percent, Waxx

planche-mortefon voile-mortefon

 

Tu finis cette saison de 2013 en 12e position en slalom, avec notamment deux belles étapes, 8e en Corée et 6e en Turquie. Que penses-tu de ta saison ?

Je suis satisfait de ma saison 2013, même si une petite pointe d’amertume ressort après analyse des résultats avec 2 beaux tops10 et 2 épreuves où je passe un peu à côté… Néanmoins, j’ai encore bien progressé sur de nombreux points et je sais sur quel point il faut encore travailler pour progresser en 2014 !

 

En Turquie, alors que tu étais 1er avant le dernier jour, tu finis 6e, que s’est-il passé ?

Je ne sais pas vraiment, certainement le changement de statut que je ne n’ai pas vraiment su gérer. En effet, la course au podium ne se régate pas de la même façon, j’ai super bien navigué et j’ai peut être commencé à « trop réfléchir » le dernier jour… J’ai reçu des tonnes de messages d’encouragement et  j’étais au bord d’un rêve de gosse. Malheureusement, j’ai laissé passé ma chance, la faute peut être à la pression, mais ce n’est que partie remise et je sais que maintenant, je peux jouer devant !

 

Quels sont tes objectifs pour 2014 ?

Pour 2014, je souhaite continuer à progresser ! Le titre de Champion de France AFF et le TOP 10 mondial PWA sont mes objectifs prioritaires… Mais cela va être une saison très chargée avec de nombreux évènements au programme.

 

Suis-tu une préparation particulière, que ce soit mental ou physique ?

Oui, je suis une préparation physique particulière avec un coach physique qui me coache tout au long de l’année (Romaric Linares de LR préparation) et c’est un véritable plus. En effet, j’ai commencé à travailler sérieusement avec lui à la fin 2012 après avoir réellement compris qu’une prépa physique spécifique était indispensable pour tenir une saison en slalom. Après avoir enchaîné 2 années où malheureusement je m’étais blessé, j’ai pris conscience que j’avais certainement besoin de quelque chose de supplémentaire. J’ai ressenti les effets dès le début de la préparation et la fin de saison a d’ailleurs été plus facile à gérer que les années précédentes. De plus, j’ai évité toute blessure et ça n’est vraiment pas négligeable. J’ai entre 3 et 5 séances par semaine en fonction de la période et des choix de travail discuté avec mon préparateur. Concernant le mental,  je n’ai pas vraiment de préparation. J’essaie de discuter beaucoup avec mon entourage, ainsi qu’avec d’autres sportifs évoluant dans différents sports. J’ai aussi lu pas mal de livres l’an dernier et petit à petit je progresse là dessus. Ce qui est sûr, c’est qu’il faut toujours croire en soi !

 

Qu’est-ce qui constitue un bon entraînement pour toi ?

Pour moi un bon entraînement est un entraînement où l’on apprend quelque chose, que ce soit sur sa planche, sur sa voile ou sur soi-même… Il peut être long, court, difficile ou facile, mais le but est d’avancer sur une interrogation qui reste en suspens …

pierre mortefon 

 

Que fait un Pierre Mortefon les jours de pétole ?

Il peut faire pas mal de choses ! Il y a déjà les séances de prépa physique qui sont là pour occuper les journées vent ou pas vent ! Je fais aussi pas mal de SUP quand il y a des vagues et c’est un super complément tout comme le VTT qui permet de bonnes sorties dans la nature. Mais, en dehors du sportif,  il y a aussi pas mal de choses à gérer comme organiser sa saison, chercher des sponsors et des partenaires pour pouvoir mieux organiser son année. Il faut aussi réserver les logements, billets d’avion, excédents… Je vis à 100 à l’heure, même quand il n’y a pas de vent, mais cela fait quand même du bien de parfois ne rien faire !

 

Lors de la saison, j’imagine que tu es presque tous les jours sur l’eau, mais combien de fois navigues-tu par semaine en hiver ?

C’est à peu près pareil que cela soit l’été ou l’hiver ! Tant que les conditions le permettent, je suis sur l’eau… En revanche, j’adapte ma navigation en fonction des conditions et je cherche à travailler en conséquence. Par exemple, je ne vais pas bosser les jibes et l’agressivité sur les manœuvres un jour où il fait 5°, mais je privilégierais plus les longs bords de speed test pour régler le matériel.

 

Tu es désormais un membre très actif dans la production du matériel 2014 de slalom chez North/Fanatic, cela t’aide-t-il à mieux connaître ton matos pour les courses ?

Pour le moment, je découvre et j’apprends beaucoup à chaque phase de développement auquel je participe et c’est super. Pour le moment, ce n’est pas encore un véritable plus pour les courses, mais je commence à connaître pas mal de chose sur la manière dont fonctionne le matériel et cela me permet surtout de réagir plus vite lorsque cela ne va pas. Ça c’est déjà un avancement important qui me permet de ne pas stagner lorsque cela coince un peu…

 

Quelles sont les améliorations apportées au le matériel de slalom 2014, par rapport à 2013 ?

Le matos a bien progressé pour 2014, nous avons commencé à travailler sur les planches et les voiles assez tôt et surtout sur de nombreux spots différents et ça c’est très important ! Pour les planches, elles étaient déjà très rapides et nous avons beaucoup travaillé sur la facilité et le contrôle en plage haute d’utilisation pour les petites-moyennes planches et le départ au planing ainsi que les jibes ont énormément progressé sur les plus grosses !

En ce qui concerne les voiles, le développement s’est fait en deux parties pour les petites surfaces avec une évolution de la plage d’utilisation haute et une meilleure tenue.

Pour les grandes tailles, il est prévu une meilleure accélération, ainsi qu’un meilleur départ au planing.

Mais le mieux reste de les essayer vous-mêmes !!!

pierre mortefon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *