Le Flaka

 

PHOTOGRAPHES : Bryan Gauvan, Isabelle Bousquet, windsurfer.cl, Kuma Movie

 

Inventé par Web Pedrick en hommage à Patrick Swayze

 

flaka (1)

 

Le Flaka, « un espèce de 360° upwind en l’air », est un move du freestyle moderne qui a l’air vraiment simple à première vue : pas de passage de voile, de « switch stance » ou autre position technique à adopter pendant le move. Et pourtant, je peux vous dire que j’en ai vraiment bavé pour le poser parfaitement.
Je parle bien ici de moi-même, car certains le réussissent presque directement ; c’est pour eux un mouvement naturel.
De ce fait, je pense que je peux vous donner quelques petits conseils simples mais efficaces, vu que j’ai été confronté à pas mal de difficultés pendant mon apprentissage !

 

MATOS :

Je préconise évidemment une planche de type « freestyle » qui est parfaitement adaptée à ce genre de figure.
Une planche de vague est largement envisageable, mais risque de rendre la figure un brin plus technique, car la board aura tendance à plus accrocher et enfourner.
Les voiles de vague et de freestyle feront, toutes deux, parfaitement l’affaire.
Vous pouvez également tenter ce move avec une Formula ou une 293 OD, si vous voulez que la terre entière vous respecte… ou alors vous prendre une boîte sévère !

 

PLACE AUX CHOSES SÉRIEUSES :

Avant de tenter le Flaka, je recommande de maîtriser le 360° upwind dans les straps que Russell Groves explique dans cette vidéo.
Je recommande également de savoir « poper » (sauter) sur des plans d’eau plats, sans l’aide d’un clapot ou d’une vague.

Le point clé du Flaka, c’est le début, l’impulsion. Le reste du move n’est que la fin d’un 360° upwind. C’est pour cela que je vais m’attarder beaucoup sur cette première partie de la figure.

⁃ Pour engager un Flaka, il faut beaucoup de vitesse. On abat franchement pour se retrouver au largue, voire au grand largue.

 

Ce qu’il se passe au niveau de la planche :

⁃ On déclenche son impulsion pour aussitôt faire planter le nez de la planche légèrement au vent. Il faut créer un point de pivot et c’est indispensable, car il n’y a que Taty, Kiri ou Gollito pour faire un Flaka sans plantage de nose. Pour y arriver, il faut se jeter sur l’avant de sa board quitte à, au début, faire de magnifiques « nose dive » et une chute spectaculaire !

yan-delaunay

 

Ce qu’il se passe au niveau de la voile :

⁃ Lorsque je disais à Antoine Albert (NC 21) que je n’arrivais pas à faire des Flakas, il me répondait qu’il fallait que je fasse un « essuie-glace ». Cela consiste à faire basculer la voile de l’arrière vers l’avant très rapidement. Ces images que j’ai trouvées dans une vidéo de Kiri Thode illustrent bien le mouvement.

Kiri flaka preparationKiri flaka lancé

⁃ On « lance » la voile dans la même idée que le plantage du nez de la planche : on envoie le gréement légèrement au vent et vers le nez de la planche.

⁃ L’impulsion doit, elle, se faire pendant le glissement de la voile.

⁃ Si vous avez réussi à combiner plantage du nez de la planche et basculement du gréement, votre impulsion sera normalement réussie et vous aurez fait la partie la plus difficile du move ! La suite, n’est, comme je l’ai dit précédemment, qu’un 360° upwind glissé.

yan-delaunay1

⁃ Il n’y a donc pas de difficultés particulières ; il faut rester en avant tout au long de la rotation et prendre garde à la reprise de puissance de la voile lorsque l’écoute passe dans le vent.

 

C’EST FINI

Si tout s’est bien passé, vous devez avoir réussi votre Flaka. Au début, ils seront très « plantés », ressembleront à des « air geckos » et ne seront pas très radicaux ; mais à mesure que vous progressez, ils deviendront de plus en plus aériens et rapides. Vous pourrez ensuite essayer des variations comme le Flaka Diablo, le Flaka 720°ou le Flaka à une main pour devenir le kéké du spot.

J’espère que mes conseils vous seront utiles et vous feront gagner du temps pour l’apprentissage de cette figure qui est pour la plupart des rider, difficile.

Si vous avez la moindre question, n’hésitez pas à me la poser dans les commentaires : je vous répondrai au plus vite ! 😉

9 réponses sur “Le Flaka”

  1. est ce que tu crois qu’à mon age (je me tairais sur le chiffre), je peux le faire? Tes explications sont tellement limpides que j’ai envie de me lancer…; Merci à toi
    SD

    1. Salut SD
      Je m’excuse pour ma réponse qui arrive en retard.
      Je pense qu’il est possible de poser des flakas assez jeune. Je connais un pote de 11 ans, tout maigre, qui en fait. Le flaka c’est avant tout un move technique qu’il faut comprendre et il n’est pas nécessaire de “poper” très fort. Ce n’est une figure comme le burner, le ponch, le culo, qui demendent eux, un engagement physique réel! Donc si le cœur t’en dit, lance toi pour le flaka ! Et n’oublie de persévérer. C’est un move impossible à poser du premier coup! 😀
      cordialment
      yann

  2. Salut!

    Malgré tes bons conseils je n’arrive pas encore à comprendre la manoeuvre. Qu’est-ce qui fait tourner la planche au début? C’est l’impulsion de tes hanches? C’est le vent qui rentre dans la voile de l’autre côté?

    Je n’arrive pas a comprendre s’ il faut laisser la voile “neutre” et tourner avec ses hanches ou bien s’il faut “aller chercher” le vent avec la voile…

    Merci

    1. Salut guillem 🙂
      Je m’excuse pour ma réponse tardive… Peut-être que d’ici là tu as posé le flaka! Je vais quand même répondre à ton commentaire qui est intéressant car le problème que tu décris est très fréquemment rencontré lors de l’apprentissage de ce move. Ça me rappelle les beaux jours… 🙂

      tout d’abord, tu parles de mouvements de voile et de hanches (qui sont des éléments importants), mais n’oublie pas que la clé du flaka c’est le plantage du nose dans l’eau. le flaka est, certe, un 360°, mais tu ne dois pas le réaliser comme tu le ferais en snowboard, avec un “simple” mouvement de hanche. En Windsurf tu as un gréement qui t’empêches de pivoter directement. Le passage du plantage de nose est donc obligatoire !!

      Entraîne toi à envoyer des impulsions de façon à planter le nose devant toi et légèrement au vent, au risque de prendre des boîtes plutôt violentes. :p N’oublie pas de rester en appui sur la jambe avant (il ne faut pas que tu plantes la planche en braquant ton corps vers l’arrière) . Comprendre cette impulsion, c’est la clé du flaka. J’étais bloqué comme toi au début du move, et insister sur le plantage de nose m’a permi de vaincre le flaka

      Concernant le mouvement de voile, il faut la glisser au vent: tu ne dois pas pousser sur le vent ! Cela te plaquerait en arrière et stopperait la rotation. La voile doit donc rester neutre. Si tu veux un exemple visuel, tu dois te dire qu’au moment où le nez de la planche se plante, tu dois avoir glissé la voile de façon que le coude de ton bras arrière soit positionné en face de ton visage.

      Tu peux t’entrainer à terre, sans matos, pour sentir le changement d’appui de l’arrière vers l’avant (ce qui crée le plantage de nose) et la coordination avec le mouvement d’essuie-glace de la voile.

      J’espère que m’a réponde va t’aider.
      Si tu as d’autres questions, n’hesite pas !

      Cordialement
      Yann 🙂

      1. Merci de ta response Yann!

        Malheuresment je suis encore bloqué sur le flaka. Je suis beacoup beacoup plus proche du shaka, qui en theorie est plus difficile. Toujours la meme chose. Je plante le nose de ma planche et je tombe violentement sur ma voile.

        Mais c est vrai que je pensais plutot a la voile qu’à la planche. Je vais suivre tes conseils aussitot. Demain il ya de la tram!

        Merci encore

  3. Salut Yann!
    Merci pour ces éclaircissements qui me paraissent limpides et rende ce merveilleux move un peu plus accessible.
    Place à la pratique!

    A bientôt.

    Simon
    Ps : Si tu as des photos & vidéo à diffuser, n’hésite à revenir vers moi via mail ou facebook!

  4. La clé est effectivement dans le planter de nose (Le planter de baton comme dirait l’autre).
    Il faut reussir à planter le nose mais très légèrement de travers car sinon tu traverse ta belle voile toute neuve!!!
    Bref, c’est pour ça qu’il y a un subtile jeu de jambes que je n’avais pas compris au départ.

    Je m’explique :
    1/ Lors des premiers essais, tu t’enfournes comme une buse, ça ne tourne pas trop et tu te prends une grosse boitasse.
    2/ Pour sortir de ça, il faut tendre sa jambe avant, pour que la board touche l’eau avec le nose légèrement de côté, et là là, pim pam poum, le 180° passe tout seul… Regarder bien les photos, les gars tendent la jambe avant pour forcer le nose à avoir ce leger angle.

    Autre point clé, il faut vraiment rester centrer sur la planche, c’est pq il vaut mieux apprendre sur une planche de freestyle ou naturellement tu restes plus sur le matos…

    Bref, pour passer le 1er 180°, pas de secret il faut planter ce fucking nose avec ce petit décalage, quitte à faire des gros enfournement. A partir du moment ou tu commences à enfourner c’est gagné….

    1. Je confirme. Le plantage de nose est clairement la clé du flaka. Il faut effectivement passer par ces tentatives d’enfournage (avec un clapot c’est plus facile) pour sentir ce pop si particulié! Le reste se fait plus naturellement. Attention par contre à ne pas faire les premières tentatives sur un reef à maree basse à moins d’avoir envie de racourcir sa board gratos (true story)
      À bientot ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *