Florian Laffeach dans le team Espace Windsurf



florian-laffeach


Date de naissance : 17/06/1993

Adresse : Trebeurden, Bretagne Nord, France

Travail : Technicien en matériaux composites








Espace Windsurf (EW) : À quel âge as-tu commencé à naviguer ?

Florian Laffeach (FL) : J’ai commencé à naviguer sur des raceboards à l’âge de 11 ans et j’ai commencé tranquillement le funboard autour des 14 ans.

 

EW : Sur un mois, combien de jours es-tu sur l’eau ?

FL : Environ 6 à 7 jours par mois suivant les conditions. Je suis plus gâté l’automne et l’hiver que l’été où il faut sortir les grosses voiles.

 

EW : Comment te déplaces-tu sur ton spot ?

FL : Je me déplace avec mon camion, pratique pour mettre tous le matos. Je l’ai également aménagé pour partir les week-ends ou pendant les vacances pour chercher de bonnes conditions.

 

EW : De combien de temps as-tu besoin pour te déplacer sur le spot le plus proche ?

FL : Je suis assez bien servi niveau eau plate pour le slalom, le spot le plus proche étant à 2 min. à peine et est le plus fréquenté toute l’année. En gros, nous avons 4 très bons spots de slalom à moins de 15 min. Il ne faut pas hésiter à venir, il y a une grosse ambiance 😉
Pour la vague, ça se complique un peu. On a 2 spots à 15 min, mais il n’y a pas une bonne houle. Du coup, je bouge souvent dans le Finistère (ex: Le Dossen, Ports Carn, Audierne, Kervel, etc. ) et parfois dans le Morbihan, mais je navigue très peu Tribord.

 

EW : Qu’es-tu en train de travailler ?

FL : En ce moment, je bosse en vague sur les surfs front side et backside et me colle tranquillement aux front et back loop.

 

EW : Dans ta région, y a-t-il des cours de planche à voile à l’école ?

FL : Non, pas que je sache du moins.


florian-laffeach


EW : Que fais-tu comme travail ?

FL : Je travaille dans une entreprise qui construit des voiliers en composites. Je m’occupe principalement des procédés infusion sous vide des coques et ponts. C’est agréable de travailler dans une entreprise qui a le sens marin. Cela aide quand ont veut négocier pour aller à l’eau les jours où le vent cogne.

 

EW : Parles-tu de tes nav au travail ?

FL : Oui, comme ils ont tous le pied marin, on raconte nos sorties de week-end, que ce soit en bateau ou en windsurf.

 

EW : Tes frères et sœurs font-ils du windsurf ? Avec la même intensité ?

FL : J’ai un frère qui ne pratique pas le windsurf. Dans la famille, je suis le seul à pratiquer des sports de glisse.

 

EW : Navigues-tu avec beaucoup d’amis de ton âge ?

FL : On est une petite bande de potes à bouger ensemble le week-end quand les conditions sont là.

 

EW : Penses-tu avoir de la chance ?

FL : Oui carrément, tout ce que je fais vers la mer, que ce soit personnel ou professionnel. C’est important pour moi et j’ai de la chance d’avoir une multitude de spots pas loin, ce n’est pas le cas de tout le monde.

 

EW : As-tu un entraîneur ?

FL : Non je n’ai pas d’entraîneur. Avec les potes, on se motive et on s’aide les uns les autres !

 

EW : Que maîtrises-tu le plus ?

FL : Je pense, le surf frontside, car je me suis concentré dessus tout l’automne. Mais c’est toujours difficile d’être objectif lorsqu’on parle de soi.

 

EW : Comment apprends-tu ?

FL : Je me concentre 75 % de la session sur ce que je veux améliorer et à force, ça rentre.

 

EW : En vague et freestyle, comment fais-tu pour apprendre un nouveau move ?

FL : J’essaie de bien visualiser les étapes et positions dans ma tête et après, je fais mes essais pendant la session.

 

EW : Quels sont tes meilleurs résultats ?

FL : Je ne fais pas trop de compétitions. J’ai seulement participé au « Raid la Tranche Ile de Ré » pour le fun où j’ai fini 48e. J’aime bien cette discipline, mais faire de la vague et de la longue distance demande un budget assez conséquent au niveau du matos.

 

EW : Quels sont tes objectifs en windsurf ?

FL : Progresser toujours et de façon plus rapide ! Aussi, j’aimerais beaucoup aller naviguer au chaud ☺

 

EW: Qu’aimerais-tu passer un jour ? (Move, championnat…)

FL : En 2014, poser les loops et pouvoir m’équiper pour faire plus de Slalom et longue distance.

 

EW : Fais-tu attention à ta nourriture ? Comment ?

FL : C’est mon point faible ! Je ne fais vraiment pas attention et je mange n’importe quoi, mais j’essaie de plus en plus de m’améliorer, surtout l’hiver, car cela permet de gagner de précieuses minutes dans le froid.

 

EW : Quel est le spot que tu as préféré ?

FL : Je pense que ma plus belle session a été à Kervel en Baie de Douarnenez. C’était un matin, nous étions seulement 4 à l’eau avec un vent léger, mais de belles vagues bien propres, c’était le gavage au surf !!

 

EW : Quel est ton rider préféré ?

FL : Pour moi, sans hésiter, Keith Teboul. J’adore sa façon de surfer et sa personnalité.
Ce mec est jute totalement hallucinant de radicalité. Je pense que c’est un des meilleurs surfeurs au monde.
J’admire également Camille Juban et Graham Ezzy. J’adore ce qu’ils font. Ils ont vraiment un bon style !

 

EW : Lis-tu des magazines de windsurf ?

FL : Planche mag et Wind mag bien sûr.

 

EW : Comment décrirais-tu le windsurf ?

FL : Plus qu’une passion, c’est carrément un rythme de vie entre la houle et les dépressions ! Je n’ai jamais rien trouvé d’égalable en terme de sensations ! Une bonne session et hop on oublie tout le reste !

 

EW : Penses-tu faire du windsurf toute ta vie ?

FL : J’espère bien que oui !

 

EW : Es-tu sponsorisé ? Payes-tu une partie ? Reçois-tu quelque chose ?

FL : Non je n’ai pas de sponsor, je paye mon matos intégralement et ça représente un sacré budget.

 

EW : Que souhaites-tu rajouter ?

FL : Je remercie Espace Windsurf pour son accueil dans le team et sa volonté à vouloir faire connaître notre sport si magique. C’est grâce à des personnes dévouées et passionnées comme eux que notre sport avance.


florian-laffeach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *