Interview Justine Lemeteyer

jjustine lemeteyer windsurf

justine-lemeteyerDate de naissance : 29 juillet 2002

Adresse : Douvres-la-délivrande

Année scolaire : Première S

 

 

 

 

 

Espace Windsurf (EW): À quel âge as-tu commencé à naviguer ?

Justine Lemeteyer (JL) : J’ai commencé à naviguer très tôt dans le club de voile que tenaient mes parents à Luc sur mer, mais j’ai vraiment commencé la planche à 8 ans.

justine lemeteyer interview

 

EWSur un mois, combien de jours es-tu sur l’eau ?

JL : Un maximum ! Après cela dépend des conditions et de mes horaires de cours…

 

EWComment te déplaces-tu sur ton spot ?

JL : Je peux y aller à vélo quand je vais au club et en camion quand je m’entraîne avec mon père.

 

EW: De combien de temps as-tu besoin pour te déplacer sur le spot le plus proche ?

JL : À vélo 10 min et en voiture 5.

 

EW: Qu’es-tu en train de travailler ?

JL : En slalom je travaille mes réglages pour gagner en vitesse et le racing jibe progressivement. En vague je commence le backloop, en plus de petits move de freestyle.

justine lemeteyer slalom

 

EW: Dans ta région, y a-t-il des cours de planche à voile à l’école ?

JL : Non malheureusement il n’y a que des stages de catamaran…

 

EW: As-tu déjà une idée des études que tu souhaites faire? Pourquoi ?

JL : Je ne suis pas encore sûre de ce que je veux faire, mais pour l’instant j’ai envie d’entrer en STAPS pour devenir professeure d’EPS.

 

EW: Quelle est (était) l’implication de tes parents?

JL : J’ai la chance d’avoir des parents qui sont très impliqués dans ce que je fais. Ils m’accompagnent en régate toute l’année et me supportent dans tout ce je fais. Un vrai plaisir !

 

EW: Tes frères et sœurs font-ils du windsurf? Avec la même intensité ?

JL : Ma petite sœur de 13 ans navigue pour le plaisir quand il y a du soleil de préférence. Le sport dans lequel elle s’éclate le plus, c’est la natation.

 

EW: Connais-tu d’autres personnes qui naviguent alors que leurs parents ne naviguent pas?

JL : Oui, j’en connais qui n’avaient pas de parents windsurfeurs, mais qui s’y sont mis. Mais dans la plupart des cas, les parents en ont fait peu de temps après !

 

EW: Navigues-tu avec beaucoup d’amis de ton âge ?

JL : La plupart des ami(e)s avec qui je navigue en club à mon âge. Mais sur les spots je suis souvent la plus jeune et la seule fille.

 

EW: Penses-tu avoir de la chance?

JL : Oui, je pense avoir énormément de chance ! J’ai des parents, des supporters et des sponsors qui me permettent de vivre ma passion et de traverser la France plusieurs fois dans l’année pour aller en compétition ! Alors je profite à fond et j’espère que ça va durer !!!

 

EW: As-tu un entraîneur?

JL : Oui, j’en ai même deux ! Il y a Paulin Sevestre, qui m’entraîne au club OCEAN à Ouistreham avec les copains tous les samedis. Et mon père avec qui je travaille sur l’eau dès que l’on peut, peu importe le moment de la semaine !

En plus, j’ai la chance qu’ils soient tous les deux d’anciens compétiteurs qui ont encore beaucoup de choses à m’apprendre !

 

EW: Que maîtrises-tu le plus

JL : En slalom, je maîtrise mieux les conditions musclées, dans du vent fort. Et en vague je pense que je maîtrise mieux le saut que le surf.

slalom windsurf justine lemeteyer

 

EW: Comment apprends-tu?

JL : En écoutant les consignes et les conseils de l’entraîneur et en répétant sans cesse le même mouvement…

 

EW: En vague et freestyle, comment fais-tu pour apprendre un nouveau move ?

JL : Je crois que le plus difficile c’est de se lancer… Alors il faut oser et après répéter et répéter pour enfin vivre ce super moment quand tu plaques quelque chose pour la première fois !

 

EW: Quels sont tes meilleurs résultats?

JL : En Bic 293, une troisième place sur une interligue à La Baule avec une 5.6 de vague ! Et en slalom, mon titre de championne de ligue cette saison, avec à côté des perfs encourageantes, comme de bons départs en tête sur l’AFF de Marignane et une manche de poule de deux derrière le maillot jaune du Championnat de France Jeune 2018.

compétition justine lemeteyer

 

EW: Quels sont tes objectifs en windsurf?

JL : Cette année j’espère entrer dans le top 10 U20 de l’AFF et monter sur le podium U17. En vague, continuer à travailler le backloop et progresser en surf. Et bien sûr, toujours s’éclater sur l’eau !

 

EW: Qu’aimerais-tu passer un jour ? (Move, championnat…)

JL : Le championnat qui me fait rêver c’est bien sûr la PWA en vague comme en slalom ! Mais il y a encore beaucoup de travail !!!

 

EW: Fais-tu attention à ta nourriture? Comment ?

JL : Oui, j’ai commencé cette année à faire attention à ce que je mangeais. J’ai commencé par changer tout mon petit déjeuner en remplaçant le chocolat chaud et les tartines par du fromage blanc, des fruits et des noisettes. Pour le reste je ne mange ni trop gras, ni trop sucré.                              Évidemment il faut s’autoriser des petits plaisirs de temps en temps. Et quand c’est difficile, la solution c’est de regarder une petite vidéo de planche et ça remotive !!!

 

EW: Quel est le spot que tu as préféré?

JL : Je pense que c’est Asnelles en octobre de l’année dernière. J’étais en 3.5 et 77L, quand j’ai mis à l’eau il y avait 2 mètres de vague, mais avant ça il y avait bien 3m ! C’était magnifique !!!

 

EW: Lis-tu des magazines de windsurf ?

JL : Oui de temps en temps, un petit planchemag spécial manœuvre ou alors une présentation du nouveau matos. Mais le mieux c’est les vieux WIND des années 80 !

 

EW: Comment décrirais-tu le windsurf?

JL : Comme un sport magique ! Si tu goûtes au planning, tu deviens vite accro !

Ce que je trouve le plus fantastique c’est de jouer avec les éléments et d’être sur l’eau ! C’est un sentiment de liberté génial !

jjustine lemeteyer windsurf

 

EW: Penses-tu faire du windsurf toute ta vie ?

JL : J’espère ! Je m’ennuierai sinon !

 

EW: Es-tu sponsorisé ? Payes-tu une partie ? Reçois-tu quelque chose ?

JL : Oui je suis sponsorisée par une entreprise de camping-car : les camping-cars Jacqueline, qui me prête un véhicule pour partir en compétition. Il y aussi la clinique de la planche qui me prêtent du matos et me fait des tarifs préférentiels. Roxy pour tout l’équipement néoprène et les vêtements. Et l’entreprise Lamy Marine Consultant qui m’a aidée à financer les déplacements.

Cette année j’ai fait une campagne de financement participatif, mais je vais commencer à travailler en faisant du baby-sitting dès la rentrée pour financer une partie du budget de l’année prochaine.

 

EW: Que souhaites-tu rajouter ?

JL : Juste un grand merci à tous ceux qui me permettent de vivre ma passion à fond à 16 ans : les supporters, les sponsors, le club et à Espace Windsurf pour leur aide médiatique !

Interview | Marine Hunter

marine hunter

 

Crédit photos : Eric Bellande & Lodeo Photographie

 

 

marine hunter

Date de naissance : mai 1992

Adresse : Boulogne-Billancourt

Année scolaire : Je me suis arrêtée en L2 Biologie mais je ne perds espoir d’arriver à atteindre un niveau achevé d’éducation quelconque un jour ^^

Job ? Oui! En 25h au rayon Eau chez Décathlon Wagram, vous pouvez passer me faire coucou si le coeur vous en dit! On a même du kite, du SUP et du windsurf et en plus des combis. J’ai réussi à caser dans un coin quelques housses de surf. De quoi s’occuper!

 

Espace Windsurf ( EW ): À quel âge as-tu commencé à naviguer ?

Marine Hunter (MH) : J’ai demandé à mon frère de m’apprendre vers 16-17ans. Ne me demande pas pourquoi j’ai beaucoup plus qu’accroché…

 

EW : Sur un mois, combien de jours es-tu sur l’eau ?

MH : C’est très variable! En moyenne entre une et deux fois par semaine s’il y a du vent, si mon matos est en état, sans bobo et dispo. J’ai payé mes semaines de vacances d’hiver en travaillant en 35h jusqu’au 31 mai, ce qui m’a laissé beaucoup moins de temps pour travailler sur les articles de mon blog windsurfeuseinparis.wordpress.com ou des vidéos, c’est un peu la galère!

 

EW : Comment te déplaces-tu sur ton spot ?

MH : J’aimerai bien pouvoir répondre à pied à vélo ou en train, mais c’est ma 806 mobile rom’ édition qui m’amène sur les spots! Ou les voitures des kiffeurs quand on covoiture. Je suis d’ailleurs très heureuse de n’avoir eu à souffrir d’aucune panne immobilisante depuis son acquisition un poilounet hasardeuse, c’était pas gagné.

marine hunter

 

EW : De combien de temps as-tu besoin pour te déplacer sur le spot le plus proche ?

MH : Environ 2h, sans problème de circulation. D’ailleurs j’adore aller en Normandie en semaine et faire des pieds de nez aux malheureux englués dans les bouchons d’en face. C’est assez puéril mais jouissif, surtout avec des planches sur le toit.

 

EW : Qu’es-tu en train de travailler ?

MH : Rien n’est jamais parfait, j’essaie de travailler un peu tout. C’est éternel recommencement! Même si comme le vélo ça ne s’oublie pas, on redevient très vite médiocre. En ce moment, j’insiste en particulier sur le forward, le tabletop, le surf backside et frontside en side-on.

 

EW : Dans ta région, y a-t-il des cours de planche à voile à l’école ?

MH : Bonne question! En tout cas je n’ai pas eu cette chance… Cela dit j’ai beaucoup apprécié apprendre secourir un mannequin en plastique rempli de flotte dans une piscine en terminale. On se sent toujours plus utile qu’à faire des allers-retour sur 50m.

 

EW : As-tu déjà une idée des études que tu souhaites faire? Pourquoi ?

MH : Honnêtement aucune idée. J’étais assez intéressée par Intechmer après une VAE chez Decat, j’adore l’anglais, en fait tant que le prof est intéressant j’apprends volontiers, à part pour les domaines vraiment rasoirs comme la sédimentologie.

marine-hunter

 

EW : Quelle est (était) l’implication de tes parents?

MH : Je ne voulais surtout pas qu’ils s’impliquent! Indirectement ils l’étaient quand même puisqu’ils m’ont aidé financièrement pour ma voiture et me demandaient avec la constance inlassable des parents aimants comment ça se passait. J’ai fini par leur répondre des choses un peu plus développées que “ça se passe”.

 

EW : Tes frères et soeurs font-ils du windsurf? Avec la même intensité ?

MH : Mon frère aîné en a fait, mon deuxième frère en également fait pas mal mais maintenant il est plus branché surf et kite, ma petite soeur a essayé mais préfère le kite. Quoiqu’après s’être fait trainée sur la plage ça l’a un peu refroidie. Bref si on a tous navigué en catamaran en équipage nous n’avons jamais planchés ensemble, et je suis la seule à avoir poussé jusqu’à la compét au détriment de mes études et au bénéfice de ma vie personnelle.

 

EW : Connais-tu d’autres personnes qui naviguent alors que leurs parents ne naviguent pas?

MH : C’est une question intéressante, mais je ne m’en rappelle pas comme ça. Manifestez-vous dans les com’!

 

EW : Navigues-tu avec beaucoup d’amis de ton âge ?

MH : Pas souvent mais de plus en plus ^^ la moyenne d’âge du planchiste se situe plus vers 30-40 ans, mais j’ai rencontré beaucoup de jeunes de ma génération et moins en compétition.

 

EW : Penses-tu avoir de la chance?

MH : Oh que oui! Je me sens très bien entourée et que ce soit parmi mes connaissances ou mes propres expériences j’ai matière à relativiser. J’ai la chance d’être toujours en vie, valide, d’avoir un patron humain, des collègues cools, de pouvoir pratiquer un sport élitiste dans des endroits quand même pas dégueu. Si ce n’est pas avoir de la chance, je ne sais pas ce que c’est.

 

EW : As-tu un entraîneur?

MH : Ça, j’aimerai bien mais c’est hors budget. J’ai eu la chance d’être invitée à quelques stages FFV mais ayant commencé la planche tard je suis hors critères pour pas mal de choses. Si jamais j’en trouve un ce sera un coach privé.

 

EW : Que maîtrises-tu le plus

MH : Ma grande spécialité ça pourrait être arracher mes vis de straps au jibe ou au bottom.

 

EW : Comment apprends-tu?

MH : Soit quelqu’un me donne un conseil qui provoque un déclic, soit je répète jusqu’à sentir un déclic. Dans l’ensemble c’est assez laborieux… C’est pour ça que je me suis mise à la compétition en slalom pour apprendre le jibe. Sous pression, on apprend plus vite à mon goût. La preuve, j’étais pour la première fois au harnais dans les straps à ma première compét’ de slalom. J’ai certainement bien fait chier le monde sur l’eau mais personne n’est venu me le dire, au contraire les gens étaient super sympas et certainement un brin amusés. J’ai donc poursuivi dans cette veine et résultat ça a fini en PWA ^^

 

EW : En vague et freestyle, comment fais-tu pour apprendre un nouveau move ?

MH : En vague, beaucoup de moves demandent un engagement avant tout psychologique. Le reste, c’est de la pratique une fois la peur mise de côté. J’essaie de demander des conseils mais les avis que je reçois sont parfois contradictoires, et les résultats perçus sur l’eau (du style j’ai l’impression d’avoir trop fait un move de ouf) n’ont parfois rien à voir avec les photos ou les vidéos (…), la déception est palpable dans ces trois points de suspension ^^ Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont aidées à progresser, sans eux je n’en serai pas là aujourd’hui!!! Et la liste est toujours plus longue 🙂

 

EW : Quels sont tes meilleurs résultats?

MH : Pour moi, un bon résultat n’est pas atterrir sur le podium de l’Hibiscus Naish Party quand on est trois filles et que je ne sais pas jiber (sans parler du reste). Il se mesure à la hauteur du combat mené pour l’obtenir. Les résultats qui m’ont plu donc, d’après moi, sont ma 5eme place au défi 2015 où il y avait des conditions et une concurrence de bâtard, ma 6eme place à l’IFCA en Croatie parce que j’en ai bien sué pour y arriver et après des résultats de manches assez savoureux comme une manche de 1 à l’IFCA de Sylt 2015 avec un départ de Deus, une manche de 2 à l’AFF de Marignane 2017 avec des jibes un peu chaud patate… Et mes premières victoires en vague sur l’Oléron Wave Classic et la Wissant Wave Classic, le genre de compétition où je faisais bonne dernière il y a peu. Il n’y avait pas Nath’ (Cottard) pour mettre tout le monde d’accord mais ce n’était pas gagné pour autant!

 

EW : Quels sont tes objectifs en windsurf?

MH : Progresser, passer des bons moments et me faire des amis! C’est exactement ça en plus, rien ne me démoralise plus qu’une mauvaise ambiance entre les gens. Le jour où ça devient comme ça, j’arrête! Je ne viens pas sur les compétitions pour passer le week-end avec des gens qui me tirent la tronche en permanence.

 

EW : Qu’aimerais-tu passer un jour ? (Move, championnat, …)

MH : Le backloop, le pushloop, le virement des deux côtés, le racing jibe, l’aerial, le tabletop backside, le 360 dans la vague… Ce n’est pas ça qui manque ^^ pour les championnats j’aimerai bien aller faire l’Aloha Classic, la Tiree wave classic, refaire l’Hibiscus party, faire la PWA slalom de Fuerte … (si on peut rêver, elle est réservée aux hommes) et pourquoi pas du speed à Fuerte également au Dunkerbeck Speed Challenge.

marine hunter

 

EW : Fais-tu attention à ta nourriture? Comment ?

MH : J’essaie mais étant boulimique ça ne dure jamais bien longtemps! Il suffit d’une journée à ne rien faire pour que toutes les cochonneries du frigo y passent, donner des conseils serait donc un peu se payer la tête du monde. Un peu comme le dernier de la course qui donnerait des conseils pour gagner, ça ne l’empêche pas de dire des choses vraies mais de manquer un brin de crédibilité. D’année en année, ça s’améliore un peu mais ça m’handicape parfois sur les compet’, rien de tel qu’une bonne crise de boulimie pour fatiguer l’organisme et ne pas en dormir de la nuit.

 

EW : Quel est le spot que tu as préféré?

MH : Bonne question, ça dépend des conditions qu’on y rencontre, mais j’avoue avoir un faible pour l’eau transparente. En France, je dois avouer avoir un faible pour le Dossen qui est un spot multi-facettes, un skate-park de rêve. En slalom j’apprécie beaucoup la rade de Cherbourg (Collignon).

 

EW : Quel est ton rider préféré?

MH : Je pourrai répondre mon copain mais il y en a plein que j’admire parce que j’ai pu voir de quoi ils étaient capables et les cotoyer un peu. Nathalie Cottard qui est devenue la légende de la rampe de Bercy et qui est super sympa, Florian le Boux son copain qui fait 4eme sur une compèt avec la main cassée et qui est super sympa aussi, Sarah Quitta pour sa caribbean attitude, Sarah Delaunay pour surfer des tailles de mât, Delphine Cousin pour sa simplicité et sa vitesse supersonique (du style on me voît, on me voît plus), Yann Sorlut parce qu’il est trop fort, Max Lesauvage pour ses sauts engagés, Antoine Albeau parce qu’il est trop gentil en plus de tout le reste, Julien Quentel parce qu’il est aussi super sympa et qu’il jibe comme personne, Maja Dziarnowska parce qu’elle aussi est trop sympa et super douée en slalom (genre elle se pointe sur l’IFCA et fait 2eme), Jason Polakow qui est super accessible, Yann Sune parce qu’il a des dreads et qu’il envoie fort, Jules Denel parce qu’il a un style puissant, Thomas Traversa parce qu’il est juste fantastique même quand c’est pourri… Et je ne parle pas des gens que je connais sur Paris qui ont repris la planche tard et ont vachement progressé en 3 ans!! C’est trop long ^^ en fait j’admire tous les windsurfeurs et windsurfeuses que je connais je crois, c’est un sport qui suscite l’admiration tout simplement.

 

EW : Lis-tu des magazines de windsurf ?

MH : Sur Paris on a la chance de pouvoir s’en procurer facilement, quand je passe devant un kiosque je ne me prive pas avant un trajet en train. Ou en attendant un train un jour de grève. Ou en attendant le lendemain de la grève pour rentrer chez moi (non je blague).

 

EW : Comment décrirais-tu le windsurf?

MH : Ça ne se décrit pas, ça se vit.

 

EW : Penses-tu faire du windsurf toute ta vie ?

MH : La vie le dira! Mais ça serait bien 🙂

 

EW : Es-tu sponsorisé ? Payes-tu une partie ? Reçois-tu quelque chose ?

MH : Ça dépend de mes sponsors. TTC je crois bien que c’est la Lunette Jaune qui me gratifie de la plus belle dotation en nature, en budget c’est la ville de Boulogne Billancourt. Côté windsurf ça ne vole pas très haut, mais ce n’est pas une surprise. C’est pour ça que je ne cherche pas de sponsor planche, ça me coûterait trop cher. Du coup quand on me donne des choses, je ne m’y attends pas et je suis contente ^^

 

EW : Que souhaites-tu rajouter ?

MH : Merci Céline pour ton travail! Sinon si jamais je commence à prendre mes aises sur l’eau en taxant comme une porcasse qui croit qu’elle a du niveau, faites-moi plaisir, collez-moi une baffe. Merci. Autre chose, j’ai une mémoire des visages qui s’approche du niveau de défaillance de celle de Dory, ne vous offusquez pas si vous me reconnaissez mais moi non… Toutes mes confuses ^^

 

La team EW sur l’ IFCA Words 2017

team-espace-windsurf

(pics @JérémyLACAVE, @FOURNIER, @EricBELLANDE, @FOVEAU)

Une partie de la team EspaceWindsurf était présente sur les Championnats du Monde Jeunes 2017, à l’Almanarre, du 17 au 22 avril dernier : la famille Fournier et la famille Foveau.

Une première pour tous, et une super expérience ! Une semaine de vent et de soleil, des manches de slalom qui se sont enchaînées tous les jours, une super organisation par l’HWO, en partenariat avec l’IFCA.

 

Perso,

salome-fournier

j’étais inscrite juste pour ne pas rester sur le bord de la plage à regarder mon frère naviguer, consciente de mon âge un peu jeune (12 ans), de mon niveau un peu encore en-dessous des autres filles qui allaient s’aligner sur la ligne de départ dans la catégorie -21 ans… Mais bon, j’étais motivée pour apprendre : départs, procédures, choix et préparation du matos, gestion des attentes, lecture des tableaux, des drapeaux, perfectionnement de l’anglais lors des briefings, mémorisation des enchaînements de poules de qualifications…Par exemple, si je suis dans le heat 4, combien de temps à l’avance dois-je partir sur l’eau sachant qu’il faut que je remonte au vent pendant 10 minutes pour rejoindre la ligne de départ, que le shore-break est un peu chaud, que si j’arrive 5 je devrai attendre 6 heats avec les masters qui s’intercalent pour courir la manche de classement, et que je n’ai pas le temps de rentrer à terre pour vérifier, que si une autre fille a grillé le départ, je me retrouve 4, et alors je passe dans 5 heats, que si par hasard j’arrive 4 sans que personne ne grille le départ, je me qualifie en demi-finale, et alors je dois attendre 5 heats ???…. Et c’est ce qui m’est arrivé : le 3ème jour, je suis fière de me qualifier en demi… Je suis contente aussi que me parents m’aient finalement laisser participer. Je suis contente encore d’avoir réussi à prendre tous les départs, et d’avoir fini toutes les manches sauf une (manche au départ de laquelle je me retrouve en 4.8 avec des rafales à 30 noeuds…). Au classement final, je fais 22 sur 27 en -21ans, et 7 dans l’extrait des -16ans…

Nascimo,

nascimo-fournier

fait 15 sur 43 en catégorie -16ans (avec 2 places de 5 en finale)… 

“Pas trop mal pour des habitants de l’est de la France (là où il y a la mer, l’océan, les alizés…)”

Matthis,  

matthis-foveau

avec une bonne 21ème place !

“Ce premier Championnat du Monde était une très belle expérience, ça m’a permis de voir le niveau mondial chez les jeunes, de rencontrer et d’échanger avec d’autres passionnés.
Et le plus important : de m’éclater !!”

Coraline,

coraline-foveau

malheureuse sur la plage, blessée après le premier jour de course… 

“Ma première journée à l’Ifca a été assez compliquée. Alors que j’étais qualifiée en finale, je me suis blessée aux côtes sur l’eau. J’étais déjà assez amochée suite à l’Aff de la veille mais cette catapulte m’a été fatale. J’ai donc dû faire un retour à terre rapidement pour ensuite passer le reste de ma journée à l’hôpital. Le verdict tombé, il se trouve que je n’avais pas qu’un problème aux côtes mais aussi au rein suite à ma chute. Alors, le reste de la semaine je l’ai passé sur le bord de l’eau.. assez déçue de ce championnat, mais je reviendrai en force l’année prochaine !”

 

Bon , c’était bien aussi de naviguer  en mode freestyle après les manches… 

dieter-vandereiken

et de croiser un champion du monde de freestyle sur l’eau, Dieter Van der Eiken (même si personne dans tous les slalomeurs ne savait qui il était ? incultes !?)…. D’ailleurs merci à  sa copine de m’avoir aidée à passer le shore-break !

 

Prochain récit ?

La team EW au DéfiWind…

avec Nascimo, Matthis, Coraline en pleine forme ;), Cyril ?, Olivia ?, Marine ? …

(je serai dans le coin, même si je suis trop petite pour participer…)

Un an après..Bel_250

Il y a plus d’ un an, j’avais répondu à l’interview de Espace Windsurf et je vous expliquais que je naviguais 2 fois par mois d’avril à septembre, surtout à Bergen op Zoom ou à Leucate et que je ne connaissais pas d’autres personnes qui aimaient autant la planche à voile que moi.

Maintenant, cela me fait rire, car ça a bien changé. J’ai rencontré Ben qui est patron du surfshop et son magasin me sponsorise.

C’est bien pour moi quand j’ai besoin d’acheter du nouveau matos. Mais surtout, on va naviguer ensemble dès que je suis en congé et qu’il y a du vent(1 à 2 fois par semaine) surtout aux lacs de l’eau d’Heure, parfois en Zeelande et en mer où j’ai découvert de nouveaux spots

Du coup, j’ai bien progressé en slalom et dans mes jibes .

Je m’entraîne beaucoup aussi avec Denis, Victoria et Audric qui font partie, comme moi, de la Wind’n’Surf Team et c’est Ben qui est notre coach.

J’aime beaucoup cela, car tout le monde se motive et c’est cool d’être avec d’autres qui font de la planche à voile.

Même au lac, je suis sur l’eau très souvent avec les mêmes planchistes. On se connaît tous, on parle matos, rafale, prévisions… j’ adore y aller.

Les compétitions ont démarré : Avec Denis et Audric, nous avons participé à la première journée du Championnat de Belgique Slalom. C’était un vent difficile, mais nous avons eu un bon classement. Je me réjouis d’être au mois de septembre pour la suite du championnat.

 

Et comme, j’ai maintenant 13 ans, je me suis inscrit au Défi Wind. Je n’ai pas peur d’y aller, même si je sais qu’il y a 1400 riders inscrits. Je suis impatient d’y être et je vous raconterai…

 

Au mois d’ octobre, je serai avec la team au DamX . J’espère le podium cette fois. Je suis aussi très content, car cette année je suis inscrit aux deux camps organisés par le club Sud Ouest( un en juillet et l’autre en août). L’année passée, je m’y étais super bien plu avec d’autres jeunes de mon âge,et ça,c’était super chouette.

Ce qui était cool aussi, c’est le 1er mai : Dieter, le champion du monde de freestyle en 2015 , est venu passer la journée avec nous lors des portes ouvertes du surfshop. Il nous a fait le show et j’ai pu naviguer avec lui . Trop top !!

C’était chouette de l’entendre donner des conseils à ceux qui testaient le foil lors du Test Starboard, le même jour.J’ai essayé…. Devinez quoi.. C’est génial…. J’en veux un !!!

 

 

Espace Fun Surfshop By Wind’n’Surf, super grand merci pour le soutien.

Ben, merci ..tu es top !

Espace Windsurf, Club Sud Ouest et tous les autres….merci pour le soutien.

 

Cyril Evrard( Bel 250)

 

 

 

 

 

 

1ère étape AFF, Marignane, Le Jaï

aff-foil

 

Lors du week-end du 14 au 16 avril, la première étape de l’AFF du Championnat de 1 France de slalom, a eu lieu à Marignane avec plus de 120 concurrents, dont 25 filles venant de tous les coins de la France, de Guadeloupe et de Nouvelle-Calédonie !!

On a pu courir dans de belles conditions, avec un vent léger le premier jour et des courses lancées en foil pour le trophée light wind. Les courses de foil ont été mises en place récemment à l’AFF, ce qui a permis de courir dans du vent faible lorsqu’il n’était pas assez fort pour partir en slalom avec un spectacle assuré !

aff-foil

 

Le deuxième jour, le vent était au rendez-vous avec environ 15-20 nœuds. Deux courses ontété courues chez les filles et j’ai terminé 2ème de la finale perdante, puis 8ème de la finale gagnante.

 

competition-windsurf-aff

 

Pour ce troisième et dernier jour, comme prévu, le plan d’eau du jaï était en folie avec beaucoup de clapot très serré et un peu dans tous les sens avec un bon 25-30 nœuds. Une grande majorité des filles ont sorti les petites voiles de vagues et petites planches. Deux manches de plus étaient au compteur et là, j’ai fait une 9ème place en finale gagnante puis 2ème de la finale perdante. Le vent est monté de plus en plus tout au long de la journée, les heats des garçons se sont enchaînés et c’est après avoir gréé ma 4m de vague que j’ai appris que la journée était finie pour les filles.

 

windsurf-aff

 

J’ai terminé 10ème au classement général et 3ème jeune dans la catégorie des moins de 21 ans, bien contente du résultat et encore plus déterminée en vue des autres étapes ! C’est toujours un plaisir de pouvoir prendre un départ avec des filles qui courent en PWA et surtout de voir le nombre de filles augmenter d’étapes en étapes !

 

olivia tournier

 

Un grand merci à toute l’orga.

Chez les filles de la Team Espace Windsurf, Marine Hunter a terminé à la 5ème place avec une dernière manche top, où elle est arrivée 2 ème . Coraline Foveau qui s’est malheureusement blessée à une côte dans les grosses conditions du dernier jour a continué à courir toutes les manches telle une warrior !

Prochaine étape : 6 au 8 mai à Brest !

 

Photos : Jeremy Lacave, Christian Laubaney

Team – Salomé Fournier – Retour sur 2016, et perspectives 2017

Bilan saison 2016 :
 
– ENTRAINEMENT et TRIPS : supers sessions cet été dans les îles grecques, avec la famille, et plein de copains et de copines ! Eau chaude et vent quasi tous les jours !
Pendant les vacances de printemps et d’automne : autres trips en camping-car à travers la France : Bretagne, alentours de Leucate, La Ganguise
 
– FREESTYLE : j’ai bien progressé sur l’air-jibe, et sur la conduite en switch !
Un peu de windskate aussi les jours moins ventés sur les plages ou à la maison.
J’ai essayé le tow-in, c’est pas encore évident…
 
– REGATE bic293 et SLALOM : J’ai participé pour la première fois (première année de minime) aux Championnats de France en bic293, à Quiberon. Je fais une honorable 25ème place (la 6.8 était encore un peu lourde pour moi, je courais en 5.4…).
Juste avant, j’ai été invitée sur le Stage National de détection à Quiberon, qui m’a permis de rencontrer d’autres jeunes de mon âge, et d’autres pratiques de la voile.
Ils ne veulent pas encore de moi au DéfiWind… trop petite… 

 

– PARTENAIRES : merci à tous ceux qui m’ont soutenus cette année : notamment à HotSailsMaui qui font des supers mini voiles adaptées aux enfants, à Enemii, SolaWetsuits.
Merci à mes parents et à mes grands-parents qui assurent bien pour les déplacements, et tout le reste…
 
Objectifs 2017 :
 
– ENTRAINEMENT et TRIPS : j’espère pouvoir retourner dans les îles grecques cet été (juillet, août) en famille, et avec mon frère Nascimo, et retrouver d’autres jeunes pour se motiver !
 
– FREESTYLE : j’espère améliorer mon air-jibe (un peu plus d’amplitude et de glisse arrière)… Et essayer d’autres moves !
Du windskate encore, un peu de tow-in éventuellement…
 
– REGATE b293 et SLALOM :  en bic293, me sélectionner au niveau de la ligue pour pouvoir aller pour la deuxième année aux Championnats de France, début juillet à Marignane avec pour objectif de progresser un peu dans le classement minime.
DéfiWind : je serai encore trop petite…
 
– PARTENAIRES : intégrer la team EW !
Les partenaires de mon frère Sailloft, F2, Enemii, Sola Wetsuits, et Maui Ultra Fins me soutiendront également, merci à eux !

 

Les bilans 2016 et perspectives 2017 pour la team Espace Windsurf

coraline foveau - windsurf

 

CYRIL EVRARD

 

cyril evrard windsurf

 

 

Bilan 2016

 

— première course internationale et une très bonne position de 4e en slalom avec en prime une page dans la dernière heure les sports… Assez rare pour le windsurf et vers l’avenir Namur 🙂

— premiers moves de Freestyle

— beaucoup de nav par tous les temps avec une bonne progression en slalom

— beaucoup de fun ce qui reste le principal…du plaisir à naviguer

— partenariat avec le shop espacefunsurfshop.be grâce à espace windsurf

 

 

Perspective 2017

 

— participer au Championnat Belgique slalom 🙂

— continuer à progresser en slalom

— s’amuser en freestyle

— Défi wind… Si papa arrive à m’inscrire

— un max de nav et de fun

 

 

 

NASCIMO FOURNIER

 

nascimo fournier windsurf

 

Bilan saison 2016

 

— ENTRAINEMENT et TRIPS : tout se passe nickel et ça progresse dur ! J’ai eu des super sessions cet été dans les îles grecques et j’ai pu passer les nouvelles figures freestyle que je voulais sur les moves aériens. Notamment, le Switch Kono. Content !

 

— FREESTYLE EFPT : Durant l’automne, j’ai pu participer à l’EFPT de Brouwersdam en freestyle, en tant que rookie ! Super expérience, à renouveler l’année prochaine, peut-être avec d’autres dates. C’est super de pouvoir naviguer avec les pros et dans la même série, ça motive !! Apprentissage des heats, et expérience nickel !

Rencontre de Cyril Evrard de la team EW !

Un peu de Tow-in par-ci, par-là…

Du windskate aussi.

 

— SLALOM AFF : J’ai aussi participé pour la première fois à une étape de l’AFF en Slalom à Ouistreham, j’ai fait une encourageante 33e place sur 48 parmi les pros et les meilleurs français, ça motive aussi !

Sur l’épreuve AFF de Leucate, j’ai fait 41 sur 65. Pas mal aussi pour mes (pas encore) 15 ans…

Au classement général AFF sur le tour (en ayant participé à seulement 2 épreuves sur 4 !), je termine donc à la 40e place sur plus de 120 coureurs français. Et à une bonne 11e place sur l’extrait des -18.

J’ai également été sélectionné pour le Stage national de préparation slalom en Bretagne cet automne, bon bilan, bonne préparation à terre avec l’élite jeune de la FFV, rencontre des pros à la Torche, malheureusement pas de vent pour concrétiser sur l’eau…

Rencontre de Coraline et Matthis Foveau de la team EW !

DéfiWind : une première inscription, une bonne ambiance, malheureusement pas de courses validées…

Championnats de France ExtremeGlisse : Marseillan, pas de courses validées

 

— PARTENAIRES : merci à tous ceux qui m’ont soutenu cette année : notamment à EW, Sailloft, Patrik, Enemii, SolaWetsuits, MauiUltraFins.

Merci à mes parents et à mes grands-parents qui assurent bien pour les déplacements et tout le reste…

 

Objectifs 2017 

 

— ENTRAINEMENT et TRIPS : j’espère pouvoir retourner dans les îles grecques cet été (juillet, août) en famille et avec ma sœur Salomé. Et, autre projet, : j’aimerais bien si possible partir un peu plus tôt au mois de juin “tout seul” pour m’entraîner avec Julien Mas, en Crète, ou à Karpathos et éventuellement donner des cours dans un club là-bas… 

 

— FREESTYLE : j’espère pouvoir participer à nouveau à l’épreuve de Brouwersdam sur l’EFPT à l’automne, une autre épreuve peut-être au Brusc et je devrais pouvoir la faire aussi. Je suis conscient du gros niveau sur le tour, mais ça fait progresser !! 

Si d’autres events se profilent sur la saison, j’en ferai un max. On est en train de prendre contact et de se renseigner sur le tour proposé en Belgique. 

Au niveau des moves (aériens et glissés), j’espère progresser encore plus et plus rapidement cet été, : finaliser les Flaka, Funnel et passer peut-être le Shaka, le Skopu …

Du windskate toujours, un peu de tow-in éventuellement…

 

— SLALOM : je ferai le tour AFF en entier (les 4 étapes) : objectif un top 30 au général et un top 5 en -18.

Participation également au Championnat du Monde IFCA jeune à Hyères au mois d’avril (ce sera une première).

Championnat de France Extrême-Glisse à la fin août : objectif top 10.

DéfiWind.

Stage national à l’automne (espoirs FFV).

 

— et plein de rencontres, j’espère !! En gardant à l’esprit un objectif primordial, : celui de se faire plaisir sur l’eau avec plein de copains !

 

 

 

MANRINE HUNTER

 

marine hunter windsurf

©John Ducoq

 

Bilan de 2016 (année de la b…e et ça s’est vérifié)

 

Une année fort instructive que celle-là, rythmée par des blessures et des casses diverses et variées.

— Deux tendinites aux épaules m’auront poursuivies toute l’année et auront eu le mérite de m’imposer un minimum de rigueur avant d’aller à l’eau — s’échauffer obligatoirement et boire le plus possible avant, pendant (boire la tasse ne compte pas) et après, et s’étirer bien sûr. Je ne me serai quasiment pas entraînée hors compétition, rendant vaine toute velléité de progression.

J’aurai réussi à maintenir le même niveau qu’en 2015 avec de bonnes perf l’été quand les compèt’ étaient plus rapprochées, mais sinon rien de particulier…

 

— En vague, l’objectif était de s’attaquer au forward et c’est en voie de progression 🙂

Si pour le slalom en 2016 le bilan est relativement moyen avec toujours un problème de concentration et des résultats de manches en dents de scie, j’ai en revanche la sensation de m’être améliorée en vague et d’ailleurs je finis la saison avec mon premier podium sur l’YCO Wave Contest. Bon, on était 4, ce n’était pas une coupe du monde, mais entre ma première compèt de vague sur Oléron et celle-là, la progression était visible ^^ La faute aux bonnes conditions en Manche :p

 

Objectifs 2017

 

— Sur le plan compèt, on est chauds et c’est parti pour deux PWA en slalom (Marseille et 2eme à choisir) et deux PWA en vague (El Medano et Sylt ou Maui) + l’IFCA de la Tranche sur Mer, dans la joie et la bonne humeur!

— Pour la vague, l’objectif est, comme à chaque fois, de ne pas finir dernière et de tout donner,

— en slalom d’atteindre les finales perdantes le plus souvent possible et garder un niveau de concentration plus égale en ne relâchant pas la pression trop vite.

— Je participerai également au Défi Wind mais sans prétention à quoi que ce soit sinon me marrer un peu sur l’eau, pour une fois!

— J’espère pouvoir naviguer plus cette année, sans partir en petits morceaux cette fois-ci, mais je crois qu’il faut faire le deuil de ma jeunesse ^^

— Trouver des ailerons plus compétitifs, passer plus de temps sur les réglages

Autre objectif, arriver à gérer mon premier trip en avion sans mourir de stress. Parce que oui, je pars à Ténérife rejoindre environ 99.9% des autres worldcuppeurs m’entraîner chez TWS. Il ne me reste que les boardbags à faire, l’occasion de mettre en application mon merveilleux talent de tétrisation (laswl). À la suite de ce brin de fantaisie, place à la vague en clinic avec Nicolas Akgazciyan (ouf je ne me suis presque pas trompée ^^) pour bosser les sauts et les surfs, puis rentrer me faire massacrer par mes heures de boulot décalées. Bon, pour naviguer je vais peut-être devoir attendre le mois de juin finalement !!!

— Aller chercher d’autres sponsors pour étoffer mon budget et mieux organiser ma com’

— Arriver à mettre une préparation physique régulière et suivie sur l’année!

 

  • Dernier objectif, ne pas perdre de vue ce(ux) que j’aime!

 

 

 

MATTHIS FOVEAU

 

matthis foveau - windsurf

 

L’année 2016 été une année de découverte c’était mes premiers championnats de France FFV et AFF.

Avec une 30e, place au Championnat de France bic293 et une belle place de 7e jeune et 25es au général pour 3 épreuves sur 4 courues au Championnat AFF.

 

Je démarre donc cette année 2017 avec beaucoup de détermination pour remonter dans le top 15 au Championnat de France FFV bic293, pour un top 10 au Championnat de France FFV extrême glisse et un top 15 au Championnat AFF avec espoir de me rapprocher encore plus du podium jeune.

 

Sans oublier le RipCurl Pro Tour si le calendrier le permet.

 

 

 

CORALINE FOVEAU

 

 

coraline foveau - windsurf

 

À la suite d’une année 2016 bien remplie, il est temps de penser aux objectifs pour cette nouvelle année…

 

Tout d’abord niveau FFV, je souhaite participer aux compétitions de la ligue Haut de France en Bic 293 et Extrême Glisse, afin d’être qualifiée aux Championnats de France de cet été. J’ai pour objectif pour chacun d’eux, d’être dans un top 15 en Glisse (Bic 293) et top 10 en Extrême Glisse.

 

De plus, je suis plus que déterminée pour effectuer la totalité du circuit AFF ! L’année 2016 fut extrêmement motivante, puisque j’ai franchi la 3e place au Podium jeune avec une très belle 8e place au général ! De ce fait, j’ai la ferme intention d’atteindre le top 7 et une marche supérieure sur le podium jeune !

Niveau vague, j’aimerais commencer des compétitions régionales et puis, pourquoi pas, me lancer dans le RipCurl Pro Tour…

Pour finir, participer à d’autres Championnats qui se passeront en France font partie de mes objectifs ! C’est pourquoi le Défi Wind, le Championnat du Monde IFCA et bien d’autres sont aussi au programme !

Et tout ça avec un BAC S en préparation que j’ai pour intention d’obtenir avec mention pour être prise dans l’école supérieure de mon choix.

 

 

 

 

 

Interview David Moreau

david-moreau-tarifa


david moreau windsurf

 

David Moreau

  • Hardelot (originaire de Charente Maritime)
  • 34 ans
  • North /Fanatic
  • Brevet d’État voile/planche à voile

ESPACE WINDSURF (EW): À quel âge as-tu commencé la planche ?

DAVID MOREAU (DM): J’ai commencé la voile à 5 ans et la planche à 7 ans. Comme je faisais de l’Optimist, j’ai commencé réellement la planche à 14 ans.

david-moreau-optimist


EW: Navigues-tu souvent en planche à voile ?

DM: Oui, dès que le vent le permet et que je ne travaille pas.


EW: Qu’as-tu comme matos ?

DM: Matos de vague et freestyle.


EW: Où navigues-tu ?

DM: Wissant, Baie de Canche, Sangatte, Wimereux et sur l’île d’Oléron lorsque je rentre voir la famille.


EW: En vague, quelle orientation aimes-tu le mieux ?

DM: Babord, side, side-off.


EW: Quels sont tes spots préférés ?

DM: Les Palles et l’îlot sur l’île d’Oléron, Bolonia à Tarifa et l’Afrique du Sud.


EW: Qu’est-ce qui te passionne le plus ?

DM: Le windsurf ! Mais aussi le surf, la course au large et les windsurf’s trips.


EW: Sur quoi flashes-tu?

DM: Sur une vague side qui déroule parfaitement et un beau backloop vertigineux.


EW: Est-ce que tu fais d’autres sports ?

DM: Oui, VTT, escalade, course à pied, surf et fléchettes au bar.


EW: Quels sont tes rêves ?

DM: Passer tous les moves de freestyle. Hahaha !!!


EW: As-tu fait de la compétition ?

DM: Oui, beaucoup en Otptimist dès 6 ans, puis en planche à voile olympique Aloha et Mistral de 14 à 18 ans. Puis, j’ai fait quelques compétitions de vague et participé 2 fois à l’Oléron Wave Classique, sans parler des compétitions en cata, habitable et dériveur.

david moreau aloha


EW: Qu’as-tu fait comme formation ?

DM: J’ai fait 1 BEP CAP Plastique et composite puis un Brevet d’État d’Éducateur Sportif.


EW: Que fais-tu comme travail ?

DM: Je suis moniteur de voile au Club Nautique d’Hardelot et entraîneur en catamaran au sein de la ligue haut de France.


EW: Depuis combien de temps es-tu entraîneur cata ?

DM: J’exerce le métier d’éducateur sportif voile depuis 16 ans avec une grosse pratique d’entraînement, notamment en catamaran.


EW: Qu’est-ce que t’a apporté la planche à voile en compétition ?

DM: Une grosse technicité de la régate et l’envie de se battre. Apprendre à gérer une grosse toile dans le vent fort.


EW: Qu’est-ce que l’Optimist t’a apporté ?

DM: Les bases de la voile et de la régate, la combativité et les réglages, les abords stratégiques et tactiques (ce n’est pas facile de faire avancer une caisse à savon), ainsi que la gestion d’une course.


EW: Qu’est-ce que ça t’a apporté d’être coach catamaran ?

DM: Tous les abords préparatifs d’une compétition, aussi bien en terme logistique que technique et préparation du matériel.

Tout le côté préparation physique et une multitude de petits détails qui peuvent faire la différence.


EW: Quels sont tes meilleurs résultats sportifs en tant que coureur et en tant que coach ?

DM: Plusieurs fois dans les 10 meilleurs nationaux en Optimist. Dans les 5 premiers en Championnat de France en Aloha et dans les 10 premiers au mondial Aloha. En tant que coach, plusieurs médailles de bronze, argent et or sur les Championnats de France, un titre de champion d’Europe et 6 titres de champion du monde.


EW: Te sentirais-tu capable de coacher une équipe en slalom ?

DM: Oui, car le slalom est une discipline où, certe, il faut aller vite, mais il y a aussi plein d’attraits combatifs comme la prise de risque sur le départ, la position et le placement sur le jibe…

Il y a aussi toute la partie travail sur le matériel pour gagner le petit plus qui fait que tu vas plus vite que les copains et c’est ce qui est intéressant.


EW: Et en vague ?

DM: La vague, c’est plus du feeling. Ce n’est pas la même approche. Il y a une grosse part de gestion de heat, afin de savoir où et quand envoyer quoi.

david-moreau-tarifa


EW: Que fais-tu quand tu vas sur internet ?

DM: Facebook et Windsurf Journal, mais pour le moment, je suis de près le Vendée Globe.

Et Espace Windsurf, of course !!!


EW: Que penses-tu d’Espace Windsurf ?

DM: C’est super cool pour soutenir et encourager les jeunes. Il faudrait juste qu’il y ait plus d’actions et plus d’articles.

C’est une bonne méthode pour promouvoir et faire connaître le windsurf.


EW: Qu’est-ce que tu conseilles aux jeunes windsurfers ?

DM: Ne rien lâcher ! Le windsurf est un sport difficile et on a tous les mêmes galères. Il y a certains moments, où on se dit qu’on veut arrêter ce sport de con, mais il ne faut pas lâcher, car à côté de ça, il y a tellement de moments et de rencontres fabuleuses.


EW: Qu’est-ce que tu conseilles aux compétiteurs ?

DM: De s’arracher et de donner le meilleur d’eux-mêmes à chaque fois qu’ils prennent le départ d’une course ou d’un heat !

david moreau windsurf


Finale Slalom AFF – Etape La Franqui, Leucate

 

01-erci-bellande

Ce week-end du 11 novembre, déplacement sur l’étape de LaFranqui, Leucate pour la finale de l’AFF Funboard Tour 2016 Slalom. C’est juste la deuxième expérience pour moi sur ce tour, après l’étape de Ouistreham, il y a un mois.

Je me classe 42ème  au général (12ème jeune -18) sur 65 hommes inscrits (dont Pierre Mortefon, vice Champion du Monde par exemple…, et une quinzaine de gus’ de la PWA).
Assez content pour mes tout juste 15 ans..

 

20000101_0018_eos-2-nas-tbb-ew

 

J1 – Une première manche où je rate une qualif’ en 1/4 de finale de une place, après une chute au jibe… (ouais, je sais !! moyen pour un freestyleur…). Heureusement, je fais une bonne 2ème place à la course de classement.
J2 – Lors de la deuxième manche, je suis en retard sur mon heat de poule, finis 7 et rate encore ma qualif pour les quarts. Enervé.
J3 – Concentré, je prends un bon départ lors de la course de classement, gratte un peu avec des intérieurs au jibe, je passe 2ème à la dernière bouée à quelques encablures de Valentin Brault, mais une petite perte de vitesse à quelques dizaines de mètres de la ligne d’arrivée, et je finis 3ème. Super course !
Sur le classement annuel, en ayant participé à seulement 2 étapes sur 4, je prends une 40ème place sur 120 participants. Encourageant !!

 

La team Espace Windsurf était bien représentée avec aussi :

20000101_0012_eos-4-ew-tbb

 

Coraline Foveau : 8ème au général (2ème jeune -18 !!) : bravo !
sur 15 filles inscrites (dont Delphine Cousin, multiple Championne du Monde par exemple… et quelques 5 ou 6 filles de la PWA)
et Mathis Foveau  : 49ème au général (14ème jeune -18) : bravo !
(qui a 15 ans aussi).
Une bonne 10ème place d’Antoine Lorin, ex-Espace Windsurf !!
Cyril Evrard, on t’attend ! Mathilde Zampieri, y’a moyen ?
See you in 2017 ??

 

Stage au club Sud Ouest Eau d’heure

Pour cette dernière semaine de vacances j’ai été invité par Ben(@espacefunsurfshop_by_windnsurf)  et le club Sud-Ouest à une semaine de stage Windsurf….

 

En ce qui me concerne…perfectionnement et cours de freestyle No wind J

 

Cette semaine m’a permis de progresser dans les différents moves en lightwind : Duck, fausse panne, traversée du lac en contre, Kono, Hélico Tack,….

Et me faire de nouveaux potes partageant la même passion.

Pas de bol, on a pas eu bcp de vent mais, une super semaine rythmée entre les sessions de planche à voile, paddle, wake au spin…. Bref, une excellente manière de passer la dernière semaine avant l’école L.

 

Merci encore Ben pour cette super semaine

DSC_0131