KING OF THAU, l’event freestyle du printemps

 

 

“KING OF THAU”
C’est l’event FreeStyle Windsurf du printemps en France!
 
Événement Facebook 
Page Facebook de l’association Sète Windsurf organisatrice
 
Le rassemblement est ouvert à tous, amateurs et pros. Il aura lieu sur le bassin de Thau, à Sète dans le sud de la France, en waiting period sur les we du 22/23 ou 29/30 avril.
 
Espace Windsurf est partenaire.
 

Questions à Jonathan Mourgues, et Teddy Fatet, les 2 instigateurs :

 
EspaceWindsurf : Qui êtes-vous ?

Teddy : Je suis originaire de Grenoble, expatrié sur Sète depuis 1999. Coach sportif, formateur métier de la forme au CREPS de Montpellier et propriétaire d’une salle de sport sur Agde (Ibiza Fitness) et bientôt d’une box de CrossFit. Je pratique le windsurf depuis 30 ans. J’ai participé aux championnats de France Aloha (Tiga), puis slalom, AFF course race et PWA freestyle en 2003. J’ai arrêté 9 ans à cause de mon travail. Reprise en 2013 en compagnie de Jonathan Mourgues. Depuis taquet dès qu’il y a du vent !
 
Jonathan : Je suis un windsurfeur sètois, j’ai 32 ans, j’ai commencé la voile à l’âge de 8 ans et le windsurf à l’âge de 11 ans, je travaille au centre nautique de la ville de Sète et je fais partie des fondateurs de l’association Sète Windsurf qui consiste à rassemblé les windsurfeuses et windsurfeurs pour rider et progresser ensemble avec une tendance freestyle (bien sûr !), mais pas que…

 

EspaceWindsurf : Pourquoi vous investir dans l organisation d un event freestyle ?

Teddy : Tout d’abord nous sommes très fier d’avoir créé notre association “Sète Windsurf”, qui rassemble tous les passionnés de windsurf du coin. Pour promouvoir notre association et célébrer sa création, nous avons décidé de faire plusieurs événements dont un de freestyle. Cette association a pour objet le windsurf loisir et nous encourageons les membres à pratiquer le freestyle qui est une discipline qui donne envie ! Jonathan Mourgues, Florian Cao, moi-même et d’autres membres sommes bien décidés à remettre le freestyle sur la place ! L’organisation d’événement, c’est un peu mon métier : puisque j’organise le plus grand rassemblement de fitness de France chaque année sur la plage du Cap d’Agde (Ibiza Fitness Beach). Même s’il y a pas d’enjeux, un sportif qui s’entraîne reste un compétiteur et nous déplorons le manque de rassemblements, compétitions et autres contests dans notre discipline. Nous avons donc pris cette initiative. Tout le monde n’adhère pas forcement à la “compétition”, c’est pour cela que nous avons opté pour un “rassemblement”, plus cool, plus fun et plus accessible dans son esprit. Nous attendons beaucoup de riders et spectateurs, en espérant que le vent sera de la partie !
 
Jonathan : ça fait longtemps qu’on voulait faire un événement freestyle à Sète. Ce qui nous motive : c’est déjà promouvoir la discipline du freestyle, mais aussi et surtout rassembler les freestylers français pros/amateurs/kids pour passer de bons moments ensemble autour de notre sport.

 

  
 
Les riders inscrits et photos : l’album

 

• TECHNIQUE • L’air-jibe (ou vulcan)

 

L’eau est chaude ? vous aussi ? C’est le moment de tremper un peu et de passer enfin l’#AirJibe.

photo01-nascimo-airjibe

C’est LA #figure de base du #windsurf #freestyle, il permet de comprendre les rotations des autres figures, de savoir doser ses mouvements pendant la manœuvre et de garder le bon équilibre.

 

 

 

 

Matériel :

Un matériel adapté facilitera la réalisation de l’air jibe :

– un #flotteur entre 80 litres et 100 litres selon sa corpulence, évidemment une planche de freestyle serait parfaite, mais une #freewave ou #wave peut tout aussi bien être utilisée pour un début ;

photo02-salome-airjibe

– une #voile, sans cambers cela va de soi, toujours en freestyle est le mieux, mais comme pour la #planche, une voile de vague ne sera pas très différente ;

– un #aileron petit est conseillé : entre 18 et 25 pour commencer.

 

Conditions :

Un plan d’eau plat ou avec de petits clapots est obligatoire : des vagues ou de gros clapots gêneront à l’impulsion et à la fin de la manœuvre. Il faut avoir un bon planning avant de lancer l’air jibe.

 

Manœuvre :

Pour l’impulsion, prendre un peu de large, décrocher le harnais, et surtout bien se redresser (corps et voile) en déplaçant le poids du corps sur le pied avant.

20160726_1029_cam-nas-airjib-tb-mp4-image-fixe001 20160726_1029_cam-nas-airjib-tb-mp4-image-fixe000

Au moment du #pop, lâcher la main arrière et la replacer directement sur la prochaine #amure. Dès l’impulsion donnée, il faut commencer la rotation : pour cela c’est la tête qui dirige l’ensemble (planche comme corps), on doit donc diriger son regard vers l’arrière, derrière l’épaule, et ainsi dans la direction vers laquelle on va repartir.

20160726_1029_cam-nas-airjib-tb-mp4-image-fixe003 20160726_1029_cam-nas-airjib-tb-mp4-image-fixe005

Pour atterrir, c’est l’avant de la planche qui doit se poser en premier. La grande partie de la rotation se fera autour du #nose et non en l’air, c’est l’une des erreurs les plus courantes : il ne sert à rien de donner beaucoup de force dans l’impulsion, juste décoller l’aileron, et encore.

20160726_1029_cam-nas-airjib-tb-mp4-image-fixe007 20160726_1029_cam-nas-airjib-tb-mp4-image-fixe006

En atterrissant, en #switch-stance, après une rotation à 180°, il faut se rééquilibrer en glissant en arrière et en gardant son poids sur le pied avant, en gardant la voile neutre.

20160726_1029_cam-nas-airjib-tb-mp4-image-fixe008 20160726_1029_cam-nas-airjib-tb-mp4-image-fixe009

Une fois rétabli, il suffit de border la voile progressivement pour repartir, et de dé-switcher (remettre ses pieds dans le bon sens).

Pour résumer : “TU SAUTES, TU TOURNES, TU POUSSES, TU TIRES …”

 

Conseils pendant la progression (ce à quoi il faut penser sur l’eau) :

– la première étape est de tourner le 180° : il faut donc penser à poper (décoller) et tourner son regard et ainsi son corps pour initier la rotation.

photo08-salome-airjibe

Ici, l’erreur est un appui trop sur l’arrière à l’impulsion, engendrant un déséquilibre dans la manœuvre.

 

– la deuxième étape est de rattraper le wish sur l’autre amure :

photo09-nascimo-airjibe

il faut donc penser à placer sa nouvelle main avant directement de l’autre côté du #wishbone. Les bras se croisent comme dans le # jibe.

photo10-nascimo-airjibe

Certains peuvent poser la main sur le mât, mais ça fait une étape supplémentaire que je ne conseille pas : perte de temps, déséquilibre, le corps s’abaisse au lieu de rester droit.

– pendant toutes les étapes, garder à l’esprit qu’il faut rester en appui sur le pied avant : avant de poper, il faut redresser son corps, et donc la voile, et ainsi basculer l’appui du pied arrière sur l’avant ;

photo-11-nascimo-airjibe

pendant le saut, les appuis sont dirigés vers le nose pour atterrir avec un bon appui avant en switch, et ainsi ne pas être déséquilibré et tomber en arrière.

photo12-nascimo-airjibe

 
 

Sur ContinentSeven :

Air Jibe – Nascimo Fournier

 
 

La team EspaceWindsurf en air- jibe et en photos :
photo14-ew-david-moreau

David Moreau

 

photo13-ew-cyril-evard

Cyril Evrard

 

 

Stage au club Sud Ouest Eau d’heure

Pour cette dernière semaine de vacances j’ai été invité par Ben(@espacefunsurfshop_by_windnsurf)  et le club Sud-Ouest à une semaine de stage Windsurf….

 

En ce qui me concerne…perfectionnement et cours de freestyle No wind J

 

Cette semaine m’a permis de progresser dans les différents moves en lightwind : Duck, fausse panne, traversée du lac en contre, Kono, Hélico Tack,….

Et me faire de nouveaux potes partageant la même passion.

Pas de bol, on a pas eu bcp de vent mais, une super semaine rythmée entre les sessions de planche à voile, paddle, wake au spin…. Bref, une excellente manière de passer la dernière semaine avant l’école L.

 

Merci encore Ben pour cette super semaine

DSC_0131

Tow-in freestyle – Les débuts…

20150531_1417_eos (2) Nas Gilles zod vit TBBB

Pas de vent et un tracteur : essayez le tow-in !

Si il y a assez de vent pour planer : allez vite naviguer ! Le tow-in ne doit rester qu’une alternative fun quand il n’y a rien d’autre…

 

1. Se régler,

 

Un bateau qui démarre, assez puissant, ou un jet ski, plus un copain chauffeur… Un moniteur sympa dans son club (par exemple Gilles du Club Nautique Haut-Saônois de Vesoul !)… Une board de freestyle, de freewave…

Nécessité de s’entendre avec le pilote : de lui expliquer ce qu’on veut, et d’échanger avec lui afin d’être en accord, de déterminer le parcours (généralement une boucle) et à quel moment faut-il lâcher, …

20150531_1354_eos (1) Nas tract TBBB nb ew

 

2. Se placer, sortir la voile de l’eau !

Il faut se préparer dans l’eau… C’est donc plus facile si on à pied…

Le principe est de positionner la #planche et la voile du bon côté, réfléchir à la #figure (et donc à l’amure), afin de :

 

3. Se faire tracter !

Quand le bateau démarre, on prend facilement le bas du mât avec la main arrière (celle qui le deviendra) et la corde dans l’autre, puis petit à petit on monte la voile, jusqu’à passer sur le wish. Cela tout en faisant attention à tenir la voile éloignée du corps (qui, lui, est droit) pour ne pas se faire renverser en arrière. Dans le même temps, il faut que le bateau aie déjà de la vitesse et ainsi on peut se mettre facilement dans les straps sans que la planche coule.

Ensuite, comme exercices possibles : surfer, comme en wake, petits sauts, …

20150531_1417_eos (4) Nas Tract TBBB

 

4. Lâcher et envoyer !

Avant de lâcher, sortir des vagues créées par le bateau, à l’extérieur de la courbe.

La figure de base est le Flaka/Funnel, après le pop, parfois difficile, gardez la voile dans l’alignement de la planche (doser l’appui de la main arrière) et tourrnnneezzz ! ! ! ! !

20150531_1404_eos (3) Nas move TBBB nb 20150531_1354_eos (6) Nas move TBBB

WindSkate – Move – Variations autour du Flaka

windsskate - nascimo fournier


20160113_1450_Eos7 Action à contre Nas TB+++


Intro – le flaka sur l’eau


En #windsurf, le #flaka est une figure de #freestyle : c’est un 360° à l’horizontal et au vent, corps + #planche + #voile. Après l’impulsion qui initie le premier 180°, le principe est d’envoyer le #gréement au vent afin de glisser sur le nose de la #board pour boucler à contre le deuxième 180°.

Voir l’article du team mate #YannDelaunay : « Le Flaka »,flaka - yann


En #windskate, on remplace l’eau par du sable, ou du bitume : forcément, ça #glisse moins… Le #move peut s’adapter de différentes façons…

( Vidéo 100% entière : NFW – WindSkate – Move – ?Flaka? )

 

1ère variation sur terre – Le move en 2 temps : « flaka dos tempos »

Sans forcément beaucoup de vitesse, il faut faire un premier demi-tour en balançant la voile au #vent et prendre appui sur la jambe avant, pour pouvoir décoller l’arrière du #skate.  Après cela, on peut s’équilibrer quelques secondes, avant de balancer à nouveau la voile, cette fois sous le vent, en l’ouvrant un maximum pour que le vent nous aide à finir la rotation, toujours en appui sur la jambe avant.

 

2ème variation sur terre – Le move en 2 temps : « flaka dos tempos à bascule »

Inverser le point de pivot entre les deux 180° : le point de pivot du premier 180° est sur les roues avant, puis on inverse les appuis, et le point de pivot du deuxième 180° est sur les roues arrières.

 

3ème variation sur terre – Le move en un temps : « flaka oune tempos »

Il s’agit de faire le même mouvement que précédemment, mais cette fois, en continuant le 360° sans reposer la board entre les deux demi-tours. Le 360° se fait entièrement en pivot sur les roues avant. Le corps est bien au-dessus du nose, le corps ne prend pas forcément appui sur la voile à contre. Elle peut servir à seulement s’équilibrer.

 

4ème variation sur terre – Le « flaka ouch’boum’aïe »

Le bitume , ça pique !! Les protecs sont bienvenues…

 

Commentaires…

On reste dans le domaine du freestyle : donc tout est possible, une #manœuvre peut présenter plusieurs variations, le #rider reste “libre” d’interprétation…

Sur le sable, on peut arriver à mieux “glisser” ou déraper : variations en vidéo .

Ci-dessus sont présentées certaines variations du “flaka” : elles sont relativement simples, mais d’autres variations en faisant décoller complètement la planche, ou avec une main, sont possibles. (peut-être dans un prochain article, si j’arrive à les passer !).

Pour les plus forts : air flaka one hand….

Ne pas hésiter à laisser un commentaire, et à nous envoyer vos variations, vos idées !

 

Autres articles de la team Espace Windsurf : 

“Comparatif entre l’«Air Jibe » en windsurf et le « 180 frontside» en skateboard”, par Jules Cachat

“Le flaka”, par Yann Delaunay

 

Freestyle moves to win a competition !

 

Photography : Russell Groves & Eric Bellande

 

In this article I am looking at 9 high risk moves and the moves that lead up to them. The simpler moves normally happen when the conditions are not quite there, so they become a lower risk move. Often they are turned into double/triple moves to create a higher score.
 

6 moves allowed on each side with 3 moves to count per side, 4 in the quarter finals to the finals.

So could this be a winning combination?

 

Pasko

pasko
Tonky Frans
Pasko
Davy Scheffers

 

Burner 900

Capture d’écran 2015-10-05 à 14.52.25
Adrian Beholz

 

Air Funnel 900

funnel-900
Antoine Albert

 

Air Kabikuchi

kabikuchi
Julien Mas

 

Air Skopu

skopu
Sam Esteve

 

skopu
Yentel Caers

 

skopu
Hugo de Souza

 

Shifty

shifty
Edvan Souza

 

shifty
Yentel Caers

 

 

If you could do all these six moves on both sides, you would only have to perfect 6 moves, but there are not many people that can do that. So there may be other moves you will have to do.

So maybe I have to add:

Double-Culo

double-culo
Amado Vrieswijk

 

Air-Bob

air-bob
Kiri Thode

 

Air-Chacho

air-chacho
Hugo de Souza

 

Some explanation

 

Pasko

PASKO-WH

A move that is loved by all freestyle sailors that sail waves.

This is a double upwind rotation in the air. There are various styles, mostly depending on the water conditions. Flat water, it will tend to be a double Air Flaka.

Air Flaka

air-flaka
Youp Schmit

 

When they can get a bit more hight off a bit of chop, it becomes an Air Flaka Shaka.

Shaka

shaka
Jonathan Mourgues

 

The aim being to get the shaka completely in the air.

Shaka

shaka
Philip Koster

 

Air-Shaka

air-shaka
Yentel Caers

 

In some circumstances the first rotation can be a bit more like a Ponch, where it is tweaked.

Ponch

ponch
Sarah Quita Offringa

 

They like this move going out, as the bigger the wave the better!!!!!!!!! but on flat water they will do it both directions.

Burner

BURNER-WH
 

This is a down wind rotation when they go switch stance before the move. Switch stance is being in the foot straps on the opposite side. In the past it was counted as part of the move but now because there are so many moves in switch stance, it is not.

SWITCHSTANCE-WH
 

It also involves ducking the sail, so you are back to sail, likewise it is now not included in the move due to the same reason.

DUCK-WH
 

The variations make it so much fun. Such as 1 handed and no handed………..

Burner no hands:

burner-no-handed
Dieter van der Eyken

 

Burner-one-handed:

burner-one-handed
Sam Esteve

 

They will invent more.

Air Funnel

Funnel-WH

 

This is the same rotation as the burner except it is horizontal.

Air-Funnell:

air-funnell
Quincy Offringa

 

Air-Funnell-one-handed:

air-funnell-one-handed
Hugo de Sousa

 

Air-Funnell:

air-funnell
hugo-de-souza

 

The more horizontal the board and rig can be the better as sometimes I find it hard to know whether it is a Burner or Funnell

Burner-into-Air-Funnell:

burner-into-air-funnell
Hugo de Sousa

 

Air-Funnell-into-Funnell:

air-funnell-into-funnell
Danny Kater

 

Culo

CULO-WH
 

We have the Burner which is switch stance and when it is done in normal stance, it is the Culo.

Culo:

culo
Yentel Caers

 

Culo-no-handed:

culo-no-handed
Rick Jendrusch

 

The Bob is normal stance and when it is switch stance it is the Funnell.

Air-Bob

air-bob
Steven van Broeckhoven

 

Air-Bob-into-Air-Bob:

air-bob-into-air-bob
Kiri Thode

 

Like with the Funnell I do like the rotation to be horizontal. Sometimes it still can be difficult to say which is a Culo and which a Bob but it will tend to be a Culo if it is a second move in a combination.

Air-Bob-into-Culo:

air-bob-into-culo
Steven van Broeckhoven

 

Air-Bob-into-Culo:

air-bob-into-culo
Amado Vrieswijk

 

Air-Bob-into-Culo:

air-bob-into-culo
Kiri Thode

 

Kono

KONO-WH
 

This move can be done switch stance or normal but it is still called the same move. It is also the same move whether it is 180 or 360 degree rotation.

 

Switch-Kono:

switch-kono
Thiseas Kampas

 

Kono:

kono
Anton Munz

 

Kono:

kono
Riccardo Marca

 

It is this move that develops into the Skopu or Kabikuchi, it is a 180 degree upwind rotation followed by a 180 degree downwind rotation.

Skopu

Skopu-WH
 

This is the switch stance move.

 

Skopu:

skopu
Adrian Beholz

 

Skopu-into-Funnell:

skopu-into-funnell
Philip Soltysiak

 

And here is the normal stance move.

Kabikuchi:

kabikuchi
Gollito Estredo

 

Air Chacho

AIR-CHACHO-WH

Coming in it will tend to be the normal Chacho but going out it turns into an Air Chacho.

 

Chacho:

chacho
Bjorn Saragoza

 

Air-Chacho:

air-chacho
Tonky Frans

 

Shifty

SHIFTY-WH

The last move I wish to do.

 

Shifty:

shifty
Nicolas Akgazciyan

 

It is a skaka Ponch, it can be done on flat water but in waves it is very impressive. The move is so new there are not that many videos out yet.

Even though I only showed 6 moves in the top list, due to the progression to those move. I have listed many more that automatically are done if the top scoring move can not be done.

When you are watching what tends to happen is, on the way out the moves are normal stance and on the way in switch stance. However the moves can be done both directions.

There are obviously a lot more moves but they can be done in another article.

 

More article from Russell Groves

Le forward loop de Tonky Frans

 

Il s’agit d’une explication des différentes étapes du forward loop. Pour celle-ci, j’ai utilisé une série de photos que j’ai prise l’été passé avec Tonky Frans. Chaque rider a son propre style mais les éléments sont toujours les mêmes.
J’aimerais démontrer qu’il n’y a, en réalité, pas de saut donc pas de vague nécessaire. Et il ne faut pas se jeter en avant dans un forward loop, ainsi on enlève les deux éléments qui effraient les gens.

 

FORWARD-WH

 

Le Take off. Il est vrai que l’angle de décollage peut changer en fonction de la puissance que vous avez, mais c’est plus par rapport à la hauteur et la distance que vous souhaitez atteindre. La plupart du temps, on décolle légèrement au vent. Il n’est pas nécessaire de sauter, j’appelle ça faire un pop. Pour ce faire, il faut être bien centré sur le milieu de la planche, pousser vers le bas avec les deux jambes et puis faire un bond avec les deux jambes en bougeant le gréement en direction du vent. A ce moment, il y a vraiment très peu de puissance dans la voile.

 

GRAPHIC-1-100

On remarque qu’en bougeant le gréement vers le vent cela fait abattre la planche. Les deux jambes doivent se placer en dessous des fesses. On remarque également que le gréement ne va pas en avant, mais sur le côté de la planche tout en n’engageant pas encore de puissance. Au moment où la planche est à 45° au vent arrière, c’est le moment d’engager la puissance. A ce stade, certains riders glissent la main arrière vers l’arrière du wishbone, mais Tonky garde ses mains dans la même position. (Selon les conditions).

WH-F-1

 

 

GRAPHIC-2-100

La première chose à considérer est le pied arrière. Il faut qu’il soit sous les fesses pour être juste au-dessus du tail de la planche. Le corps ne doit pas se pencher vers l’avant de la planche. Du fait que le gréement se trouve sur le côté de la planche, le bras avant est donc tendu. Ainsi, l’engagement de la puissance va se faire uniquement par la main arrière proche du corps. Le fait de tendre la jambe avant au moment de la puissance dans la voile, va accélérer la rotation. Il s’agit de l’étape la plus importante du forward et si ça fonctionne, le reste devient automatique.

WH-F-2

 

 

GRAPHIC-3-100

La planche tourne et commence à monter. Il faut garder la position N°2, monter avec le wishbone proche de soi. Ainsi, on reste sous le gréement et à l’arrière de la planche.
GRAPHIC-4-100

(C’est une image intéressante, car sur la photo en elle-même, on ne peut pas dire s’il s’agit d’un backloop ou un forward). Donc la première chose à remarquer est qu’on est au plus haut du saut et qu’on a déjà fait ¾ de la rotation. La position n’a pas changé depuis l’engagement dans la N° 2. La chose la plus importante à faire est de regarder en arrière par dessus l’épaule, afin d’observer la réception, vérifier la vitesse de rotation et la hauteur.

WH-F-3

 

 

GRAPHIC-5-100

Lorsque la rotation est parfaite en N°4, il faut rester dans la position jusqu’à l’atterrissage. Sur cette image, Tonky ralentit la rotation en ouvrant la voile et en ramenant le mât vers le centre de la planche. Si la rotation n’est pas suffisante, c’est souvent parce que la voile a été ouverte durant la rotation et finit dans cette position. Donc, il faut ramener le gréement dans la position en N° 1 avant d’atterrir.

WH-F-4

 

 

GRAPHIC-6-100

En utilisant la N°5 pour ralentir la rotation, on atterrit sur l’arrière de la planche et celle-ci va pivoter autour de l’angle optimum d’atterrissage. Lorsque la rotation est parfaite, on devrait pouvoir viser l’angle optimum d’atterrissage. En voulant faire un forward posé full planing, il faut le poser le plus abattu possible. Ainsi, on peut voir sur l’image qu’un forward consiste en une rotation de plus de 360° 😉

WH-F-6

 

 

Les images 1, 2 et 3 sont placées ensemble car elles représentent les parties les plus importantes ! En faisant les mouvements corrects, on obtient la rotation et il est bien plus facile de ralentir une rotation que d’essayer d’avoir de la puissance, selon la N°4, pour finir le forward.

En gardant la position N° 3 et 4, on est ainsi toujours en dessous de la voile en se redressant seulement à l’atterrissage. Donc si l’on tourne trop, il n’y pas de problème puisqu’on atterrit juste sur le dos. Cela permet aussi d’éliminer une frayeur au sujet du forward.

Revenons sur le saut. Sauter à cet angle est la seule manière d’acquérir de la hauteur. En sautant plus sous le vent, on n’atteint une certaine hauteur que grâce à la vague. Plus on saute sous le vent et moins on a de hauteur, mais on avance plus dans la rotation donc pour un double forward, on a plus tendance à sauter sous le vent.
Si on monte contre le vent, il faut se rappeler d’abattre (laisser dériver), sinon le mât ira trop loin devant et la rotation deviendra plus verticale.

Pour finir, il existe une coïncidence intéressante. Si je montrais N°3, 4 et 5 sans les numéros, pourriez-vous me dire de quel saut il s’agit?

This sequence actually comes from the Bonka but I liked the fact he uses No. 5 to stop his rotation. Showing do not be frightened to commit at the beginning.
Ces séquences viennent en fait du Bonka, mais j’aime le fait qu’il utilise le N°5 pour arrêter sa rotation. Donc, il ne faut pas hésiter à se lancer dès le début.

Bonka-3-WH

 

 

Comment faire un SPOCK ?


Le spock est un « move » de Freestyle assez basique, mais pour le réaliser il faut au moins mettre l’air jibe ou au moins le glisser.
Le spock consiste à faire l’air jibe accompagné d’un helitack en marche arrière et toujours avec les pieds dans les straps, afin de repartir dans le même sens que le départ.

Le spock a été inventé par Josh Stone.


spock2


Il existe différents enchaînements du spock : double spock, spock into kono, spock into culo, etc.




Les conditions idéales pour s’entraîner :


Le vent : entre 16 et 20 nœuds.

Il est important d’avoir de la puissance dans la voile et de la vitesse, sinon il sera très difficile de glisser en marche arrière et d’avoir de l’appui.

Le matériel : une planche selon notre gabarit et une taille de voile entre 4.2 et 4.8.




Voici les étapes que je conseille :


1/ Grâce a une bonne vitesse, il faut prendre l’impulsion sur un petit clapot et ensuite envoyer un air jibe.

2/ Après avoir envoyé l’air jibe en marche arrière, attraper le mât et laisser glisser la planche, afin que le nose soit en direction du vent.

3/ Quand le nose est face au vent, attraper le wish avec la main avant et mettre la voile sur l’avant. Une fois que la planche a fait un 360°, faire un helitack pour repartir.


dylan-nishikawa




Les erreurs de débutants :


– Pas assez de vitesse et donc impossible de bien glisser et d’avoir du pop.

– Oublier d’attraper le mât et donc chuter vers l’arrière.