Le beachstart

 

Dans le vent fort ou moins fort et avec un petit ou gros flotteur, il est plus facile de partir directement avec la voile hors de l’eau plutôt que de la lever au tire-veille et de se casser le dos… à condition de connaître la technique !
En général, il s’agit d’un move de base que l’on apprend avant de commencer le planning.

 

Le beachstart ou départ de plage :

Il faut prendre le temps de contrôler chaque étape, car cela est utile pour réussir cette manœuvre dans toutes les conditions, mais surtout commencer à apprendre le waterstart*.

 

1) Après avoir posé le flotteur dans l’eau, il faut maintenir le gréement en l’air et stabiliser l’ensemble au vent de travers. Pour cela, il est nécessaire de placer les mains sur le mât, juste au-dessus du wishbone.

beachstart1

 

2) Faire glisser la voile au-dessus de la tête en emmenant le wishbone dans la main arrière. Éviter de tirer sur cette main arrière, afin de ne pas avoir de pression sur la voile et se faire entraîner vers l’avant.
IL FAUT PRENDRE LE TEMPS DE CONTRÔLER LE MATERIEL EN TENANT LE GRÉEMENT À UNE MAIN SUR LE WISHBONE ET UNE MAIN SUR LE MÂT.

 

3) Ensuite, il faut poser le pied arrière devant le straps arrière, bien au milieu de la planche et rapprocher le flotteur de soi, tout en bordant légèrement la voile afin de redresser le gréement. C’est à ce moment qu’il peut être intéressant d’utiliser la main arrière pour mettre de la puissance dans la voile, mais il ne faut pas appuyer dessus. Entraînez-vous à redresser le gréement et à le poser de nouveau sur la tête.
Le meilleur conseil que je puisse donner est de tendre les bras vers le ciel. Surtout quand le vent est super léger.

 

4) Après avoir rapproché le flotteur, je vous propose de mettre la jambe arrière bien fléchie dessus. Il faut verticaliser le gréement au maximum donc tendre les bras le plus possible et appuyer sur le pied de mât avec le bras avant. Le mât doit être vertical et la puissance dans la voile très faible. Pour se faire, il faut tendre les bras et ne pas tirer trop fort sur la main arrière.

beachstart

 

Petit conseil :

Monter comme sur une marche en posant bien le pied au centre du flotteur sur son axe longitudinal.
5) Une fois debout sur la planche, on retrouve la position de navigation en favorisant la suspension. Il faut maintenir l’appui sur le pied de mât et border la voile un minimum afin d’avancer…

 

Il y a une seule erreur à éviter, c’est de laisser quelques grains de sable oubliés sur le wishbone, car cela pourrait pourrir le bord retour. Un nettoyage par une rapide trempette du wishbone avant le départ est indispensable !!!!

 

Bon entraînement !!:)

 

ET APRES AVOIR REUSSI LE BEACHSTART, APPRENEZ LE WATERSTART, DONC ALLEZ VOIR L’ARTICLE DE VALENTIN FLEGON

 

 

2 réponses sur “Le beachstart”

  1. Merci pour cette explication très claire.
    Petite question, il y a un truc qui m’a toujours fait galérer : le beachstart avec de l’eau presque au niveau de la poitrine (en étang comme à Leucate par exemple). Pas assez d’eau pour faire un rétro pédalage en se tenant droit en suspension et trop d’eau pour poser le pied arrière sur le flotteur, à moins d’avoir la souplesse d’une ballerine … Comment gérer une telle situation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *